Régions Centre Alger
 

24 heures

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.07.17 | 12h00 Réagissez


- Nouvelles cités de la capitale : Elles sont dépourvues de téléphone et d’Internet

Des cités nouvellement réalisées ont été dès leur réception raccordées au réseau téléphonique. Mais au 1er semestre de l’année en cours, aucune ligne n’est fonctionnelle. Même le site de Sidi Abdallah, inauguré le 11 décembre passé par l’actuel Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, se trouve dépourvu de téléphone et surtout d’internet.

Les bénéficiaires de logements de type LPP ont été informés dès la remise des clés de la présence dans leur cité de toutes les commodités. «Dès qu’il y a occupation des appartements, vous pouvez avoir une ligne téléphonique avec un accès internet très haut débit», leur ont dit les responsables de la wilaya.

Ce qui est totalement faux, car aucune ligne téléphonique n’est à ce jour fonctionnelle. M. Tebboune a été tout simplement dupé par Algérie Télécom, qui n’a pas achevé le réseau. «Algérie Télécom a montré au ministre de l’Habitat un appartement doté d’internet. Le ministre a constaté par lui-même le fonctionnement de l’internet et l’existence d’un réseau wifi outdoor. Après le départ de la délégation, les responsables ont tout éteint», affirme un bénéficiaire.

- Square Port-Saïd : Des escaliers infects

L’escalier menant du Théâtre national algérien (TNA) à la place du square Port-Saïd vers la Basse Casbah sont dans un état déplorable. Ils sont sales,  détériorés et jonchés d’ordures. Toute personne qui s’y aventure le regrettera forcément. Aux odeurs d’urine et autres détritus abandonnés sur place, ce coin qui longe pour autant l’ex-Opéra d’Alger, est dans un état de dégradation, faute d’entretien.

Il est fréquenté la nuit par les malfrats et les drogués et transformé, à longueur de journée, en toilettes publiques. Bien que des travaux d’extension de la ligne du Métro d’Alger soient en cours, cet escalier ne semble pas concerné par le chantier.

D’ailleurs, même les travaux de réhabilitation et d’embellissement lancés çà et là, semblent oublier l’existence de ces escaliers, autrefois très fréquentés. En attendant que les autorités locales y accordent un peu d’intérêt, force est de préciser que cette situation perdure depuis plusieurs années, sans qu’aucun responsable  se sente interpellé.
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie