Régions Centre Actu Centre
 

Médéa : La pénurie de lait en sachet s’éternise

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.12.17 | 12h00 Réagissez

 
	 Les sachets de lait se font très rares sur les étals des commerçants
 Les sachets de lait se font très rares sur les étals...

La  situation, qui a fait couler beaucoup d’encre, continue de durer dans le temps depuis plusieurs années, en dépit des instructions du précédent wali, qui avait sommé autrefois le secteur du commerce de réguler en urgence cet état de fait, donnant une image triste qui rappelle les années des vaches maigres et les fameux Souks el fellah.

Une sorte de psychose s’est installée dans les esprits des consommateurs, qui sont au quotidien préoccupés et aux aguets derrière un sachet de lait pasteurisé qui se fait très rare sur les étalages du commerçant habituel. Au point de vente de l’ex-Onalait, situé au centre-ville de Médéa, c’est le comble !

On assiste à des scènes absurdes et honteuses de gens des deux sexes et de tous âges, qui sont là debout depuis l’aube, exposés aux intempéries, qu’il neige ou qu’il pleuve. Ils forment une longue queue interminable des deux côtés de l’unité approvisionnée par la laiterie de Arib (Aïn Defla) en train d’attendre impatiemment ce produit alimentaire indispensable pour leur progéniture et les personnes malades. L’achat est rationné à raison de 4 litres par personne.

Cette situation, qui a fait couler beaucoup d’encre, continue de durer dans le temps depuis plusieurs années, en dépit des instructions du précédent wali, qui avait sommé autrefois le secteur du commerce de réguler en urgence cet état de fait, qui donne une image triste, rappelant les années des vaches maigres et les fameux Souks el fellah. Mais en vain, aucune amélioration n’a été constatée, c’est toujours le statu quo et la chaîne continue de grossir davantage.

Car chez certains particuliers agréés, pour ne pas dire tous, ils revendent le sachet de lait à 30 DA, au lieu de 25 DA, au vu et au su de tout le monde, et le consommateur n’a pas d’autre choix que de se résigner, en bousculant pour s’arracher quelques sachets de lait, en particulier chez les familles démunies, pour lesquelles le sachet de lait est devenu le repas principal, avec un bout de galette, car ne pouvant se permettre aujourd’hui une simple soupe aux légumes devant la cherté de la vie insoutenable.

Quelques laiteries ont été ouvertes à Berrouaghia et Beni Slimane, s’inscrivant dans le cadre des investissements locaux, mais la capacité de production reste largement en deçà des besoins de la population de la wilaya de Médéa. Le secteur du commerce et du contrôle des prix devra à cet effet s’impliquer sérieusement pour renforcer l’approvisionnement de ce produit très demandé en cette période hivernale, et d’un autre côté mettre un terme à la spéculation et à l’anarchie dans la commercialisation du sachet de lait dont le prix est soutenu et subventionné par l’Etat.

A.Teta
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie