A la une International
 

Côte d’Ivoire

3 soldats tués lors de tirs dans un camp militaire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.07.17 | 12h00 Réagissez


Trois soldats ont été tués, dans la nuit de vendredi à samedi, par des tirs dans un camp militaire de Korhogo, grande ville du nord de la Côte d’Ivoire, selon l’AFP citant le chef d’état-major général des armées, le général Sékou Touré. «Dans la nuit du 14 au 15 juillet, quelques soldats ont cru devoir exprimer des récriminations en se servant de leurs armes dans la commune d’Abobo   (quartier populaire d’Abidjan) et dans la ville de Korhogo», a-t-il ajouté dans   un communiqué. «Les forces de défense et de sécurité sont immédiatement intervenues pour mettre fin à ces agissements», poursuit le texte, précisant qu’il y a eu «trois  morts, trois blessés et trois interpellés» à Korhogo, ainsi que trois personnes interpellées à Abobo. «Les auteurs de tels agissements seront purement et simplement radiés des effectifs et mis à la disposition de la justice», a déclaré le général Touré.  
 

Antécédents

La Côte d’Ivoire a été au cours des derniers mois le théâtre de mutineries de soldats réclamant le versement de primes. Selon une source proche de l’armée ivoirienne, les tirs de la nuit seraient le fait de militaires mécontents. «Ce sont des caporaux de l’armée qui sont à la base de mouvements, mais jusque-là, on ne connaît pas leurs motivations», a-t-elle dit.  
En janvier puis en mai, la Côte d’Ivoire a connu des mutineries d’anciens rebelles intégrés dans l’armée et réclamant le paiement de primes promises. Ils ont fini par obtenir de l’Etat 12 millions de francs CFA par tête (18 000 euros).
Environ 6000 anciens rebelles «démobilisés», qui n’ont pas été intégrés à l’armée, ont eux aussi réclamé des primes, sans succès. Quatre d’entre eux  ont été tués en mai lors de l’intervention des forces de l’ordre pour disperser leur mouvement. La Côte d’Ivoire a connu une décennie de violente crise entre 2002 et 2011. Le pays était coupé en deux entre les rebelles des Forces nouvelles occupant le Nord et l’armée régulière qui a la maîtrise du Sud. 

Rédaction internationale
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie