Le financement particiatif pour donner une seconde jeunesse aux campagnes et à l'agriculture philippines

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.06.17 | 08h00 Réagissez

zoom | © Cropital

Les bonnes actions sont largement récompensées. C'est la philosophie qui a inspiré Cropital, une plateforme de financement partagé créée par un groupe de jeunes philippins appartenant à la génération Y pour venir en aide aux agriculteurs locaux.

Depuis son lancement en novembre 2015, Cropital a soutenu financièrement environ 560 agriculteurs à travers les Philippines, explique la co-fondatrice de l'organisation, Rachel de Villa. « Cropital est née pour fournir aux petits agriculteurs des services destinés à leur donner plus de moyens pour améliorer leur productivité et augmenter leurs revenus », précise la jeune femme âgée de 24 ans, qui est également la directrice de la technologie de la structure. « Tout cela est possible grâce au réseau global de la communauté Cropital qui ne cesse de s'étendre grâce à des personnes venues de tous les horizons, prêtes à donner une partie de l’argent qu’elles ont durement gagné pour soutenir nos agriculteurs», affirme-t-elle. 


L'entreprise permet de réaliser des investissements agricoles à faible coût pour soutenir les agriculteurs et favoriser leur productivité tout en luttant contre la pauvreté et en assurant la sécurité alimentaire. « Au-delà du financement, Cropital aide les agriculteurs à réduire les risques liés à leur activité et à améliorer leur productivité en prenant en charge l'assurance-récolte, en les mettant en relation avec des acheteurs et en leur proposant des formations et un accès à des partenaires disposant de technologies pouvant les intéresser », ajoute Rachel de Villa.



 

« Gagner de l'argent en aidant les agriculteurs »

Avec Cropital, les gens peuvent choisir parmi une liste de fermes celle où ils souhaitent investir leur argent. Cropital gère le fond pour les agriculteurs en s'assurant qu'ils perçoivent les ressources dont ils ont besoin, et que les investisseurs reçoivent leur retour sur investissement une fois que le produit a été vendu.

A ce jour, Cropital a recueilli 120 000 dollars d'investissements (environ 107 300 euros), souligne la co-fondatrice. L'entreprise est mondialement reconnue et soutenue par différentes organisations, aux Philippines et à l'étranger, notamment aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Malaisie. 

« Pour ceux qui placent leur argent, Cropital est un investissement à impact social qui permet d'aider nos agriculteurs tout en faisant fructifier leur argent pour assurer leur avenir. Nous proposons une manière alternative d'investir votre argent avec un retour surinvestissement plus rapide et plus élevé qui vient s'ajouter à vos sources de revenus », ajoute Rachel de Villa. Les sommes investies vont de 5000 jusqu'à 50 000 pesos philippins (de 89 à 895 euros).

Les taux d’intérêt s'échelonnent de 3% à 30% en moins de 6 mois. Cropital a reçu le prix de « l’Entreprise Sociale de l'année » lors du « Philippine Rice Bowl Startup Awards 2016 ». Rachel de Villa, de son côté, a été choisie l'an dernier par le magazine Forbes pour figurer parmi les 30 entrepreneurs âgés de moins de 30 ans dans la catégorie finance et entreprise.

 Selon Rachel de Villa, Cropital s'est engagée à proposer aux agriculteurs locaux un financement durable et peu coûteux et à leur fournir des services de valeur ajoutée et de mise en relation afin de les aider à augmenter leur productivité au travers des dernières innovations technologiques.

« Le cœur de ce que nous essayons de faire, c'est d'améliorer le revenu et la productivité de nos agriculteurs grâce au financement participatif », dit-elle. "Cropital, c'est le point de rencontre entre l'agriculture, la technologie et les sources de financement", a-t-elle appuyé. Cropital fonctionne selon une formule simple : capital + ressources destinées à la productivité = un revenu durable pour les agriculteurs locaux. Rachel de Villa regrette que les agriculteursphilippinssoientendettésetqu'ilssoientrégulièrementexploités par les négociants.

« Traditionnellement, les agriculteurs devaient se rapprocher d'usuriers afin d'obtenir le capital nécessaire pour lancer un cycle agricole. Ils en retiraient ainsi moins de profits à cause des taux d'intérêts qui pouvaient s'élever jusqu'à 30% par mois », explique-t-elle. « Avec Cropital, les agriculteurs reçoivent un salaire pour leur travail et, en même temps, ils bénéficient de l’essentiel de leur revenu, ce qui est une bien meilleure affaire qu'avec d'autres  créanciers. C'est pourquoi l'accueil réservé au service Cropital est très chaleureux », poursuit-elle. La plupart des agriculteurs philippins subissent également des pertes :chaque année, au moins vingt tempêtes s'abattent sur le pays à cause du changement climatique dû au réchauffement de la planète.

Les agriculteurs locaux, fait remarquer Rachel de Villa, sont également de plus en plus âgés avec une moyenne d'âge qui atteint 57 ans. « Si les nouvelles générations ne montraient pas d'intérêt pour le travail agricole, nous perdrions nos paysans d'ici 10 à 15 ans. Cette réalité de l'agriculture est inacceptable et Cropital est là pour résoudre ces problèmes », poursuit-elle. Teresa Ganzon de BangkoKabayan, une institution de micro finance fondée en 1957 à Ibaan, dans la province de Batangas, aux Philippines, a été surprise par ce qui a été accompli en peu de temps par le groupe.

Mais, pour assurer la durabilité du programme, elle a affirmé que sur le terrain, les équipes doivent s'assurer que les agriculteurs reçoivent les ressources dont ils ont besoin et qu'ils accomplissent leur travail en les utilisant à bon escient. « Plus important que la plate forme vers laquelle l'argent du grand public afflue, le plus grand défi c’est de le gérer durablement. Teresa Ganzon n'encourage pas la prolifération des projets de financement participatif aux Philippines : « Je ne voudrais pas qu'ils prolifèrent jusqu'à lasser le public qui ne soutiendrait plus ces campagnes. Cependant, des services similaires innovants et basés sur le numérique, seraient certainement les bienvenus dans le domaine bancaire et agricole ».

 

Futursprojets

Cropital cherche à étendre son modèle économique rapidement dans toutes les provinces des Philippines, à fournir des emplois et à améliorer la vie de milliers d'agriculteurs dans les années qui viennent. Selon Rachel de Villa, Cropital vise à étendre ses activités en Asie du Sud-Est, en fournissant des services financiers et agricoles et une aide financière, améliorant ainsi la sécurité alimentaire de certains pays de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est).

L'entreprise vise à soutenir des centaines de milliers d'agriculteurs locaux en les mettent en relation avec des acheteurs contractuels, et en leur fournissant des systèmes de production efficaces, ainsi que des technologies pour résister aux conditions météorologiques. 

« Nous sommes convaincus que l'agriculture est le moteur de la création d'emplois dans notre pays. En offrant à nos agriculteurs le soutien dont ils ont besoin pour atteindre leur plein potentiel, nous permettons à notre pays de devenir véritablement riche », assure-t-elle.


https://www.cropital.com/


 

<script>
( function (i,s,o,g,r,a,m){i[ 'IJD2017Object' ]=r;i[r]=i[r]|| function (){ (i[r].q=i[r].q||[]).push( arguments)  },i[r].l= 1 * new   Date ();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[ 0 ];a.async=1   ;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })( window , document , 'script' , 'http://ijd-2017-tracking.preprod-munso.co/ijd2017.js' , 'ijd' );
ijd( 'create' ,  'philippine-star' ); ijd( 'consult-solution' ,  'P40' ); </script>
Par Helen M. Flores (The Philippine Star)