RecycloBekia : Une nouvelle vie pour les objets électroniques à l'abandon en Égypte

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.06.16 | 11h48 Réagissez

Le recyclage des déchets électroniques peut-il être profitable ? Vingt étudiants de l'Université de Tanta ont répondu oui en établissant une culture du recyclage électronique en Égypte, un projet baptisé RecycloBekia.

 

Cette nouvelle entreprise cherche à s'établir à travers l'Égypte avec une idée simple : penser avant de laisser vos ordinateurs, téléphones ou télévisions usagés à la décharge ou à l'abandon dans votre grenier.

RecycloBekia est la première entreprise spécialisée dans la récupération des déchets électroniques en Égypte. La firme se concentre sur le recyclage vert et le démantèlement sécurisé dans le but de combattre les dangers du gaspillage électronique tout en préservant les ressources naturelles.

Les étudiants de l'Université de Tanta sont les têtes pensantes de RecycloBekia. Ils ont su convertir leur idée novatrice en une activité économique viable après avoir remporté le premier prix à un concours organisé par Injaz Egypt (un programme qui soutient les start-ups en encourageant le savoir-faire financier et l'esprit entrepreneurial).

L'idée est venue du constat que l'Égypte ne dispose d'aucun système de gestion des déchets électroniques pour protéger l'environnement, un besoin qui se fait de plus en plus pressant. La plupart des équipements électriques et électroniques contiennent des matériaux de valeur et réutilisables« dont l'argent, l'or, le plastique et le cuivre », détaille Mostafa Hemdan, PDG de RecycloBekia. « Par conséquent, le recyclage de ces composants permet de préserver de l'énergie et des ressources naturelles. »

D'après M. Hemdan, l'enfouissement et la dissolution des rejets électroniques « remplis de métaux toxiques et dangereux entraîne un pourissement graduel du sol. » Cela mène à la contamination de l'eau et de la nourriture, voire pire avec les « émissions de gaz polluants » lorsque les composants sont brûlés.

En réaction à l'absence d'usines de recyclage des biens électroniques en Égypte, l'entreprise collecte, démantèle, filtre et trie puis envoie ces effets dans des usines en Allemagne qui recycleront la marchandise.

Avec seulement 1 000 $ de budget de base, la jeune équipe s'est rapidement émancipée de ses racines universitaires pour ouvrir un nouveau bureau au Caire et investir le marché vierge du recyclage des déchets électroniques. Leur modèle s'appuie sur de multiples sources de revenus, à commencer par les entreprises égyptiennes, qui sont pour certaines plus qu'heureuses de devenir clientes, selon le responsable communication et relations publiques de RecycloBekia, Mohamed Sehsah.

Pour débuter une collecte des appareils obsolètes, il suffit de demander un formulaire « qui sera complété sur notre site Internet par l'une de nos antennes locales. Cela déterminera le montant exact de déchets dont la compagnie souhaite se débarrasser », explique Mostafa Hemdan. 

Ensuite, RecycloBekia envoie gratuitement ses propres fourgonnettes en plus d'offrir une certification « partenaire vert ». Il arrive que la start-ups paie lorsque la quantité de matériel donné est conséquente. Mobinil, Orange, Intel, Oracle et ExxonMobil font partie des compagnies ajoutées à la liste des associés verts qui, à travers leur entente avec RecycloBekia, réalisent un pas vers la responsabilité écologique.

L'entrée de RecycloBekia dans la sphère des start-ups égyptiennes n'a cependant pas été dénuée d'obstacles. L'instabilité politique du pays a pesé sur la firme, lancée en 2011,« ce qui a coïncidé avec l'arrivée de la révolution du 25 janvier » se souvient Nahla al-Shami, responsable de la relation client.

En temps normal les pays étrangers ne voient pas d'un bon œil l'idée de faire du commerce d'importation de déchets électroniques avec un État qui souffre déjà d'une situation économique en détérioration.

Les membres de l'équipe ont également dû s'atteler à d'autres défis qui ont nécessité d'énormes débauches d'énergie. En juin 2013, RecycloBekia scellait un accord avec une firme d'investissement allemande, une aubaine détruite quelques mois plus tard lorsque l'armée égyptienne fît tomber l'ex-président Mohamed Morsi. Les médias faisaient état de fermetures de routes par l'armée et de terroristes qui prenaient de l'importance dans les rues : « Un désastre pour nous, rappelle M. Hemdan. À la fin de l'année nous avions perdu la plupart des investissements que nous avions rassemblé. »

Ce désordre politique, associé aux fluctuations des prix de l'or avaient alors mené la compagnie au bord du gouffre, mais l'entrepreneur a évité la fermeture en cherchant de nouveaux partenaires de l'autre côté de l'Atlantique, où Dynamic Recycling, au Wisconsin, a offert de meilleures conditions de paiement.

Mostafa Hemdan prévoit dorénavant d'étendre son activité au Moyen-Orient. Il s'est déjà associé avec Jumia, un détaillant en ligne africain, ce qui permet aux clients (individuels et entreprises) d'échanger leurs rejets électroniques contre des bons pour acheter d'autres produits. « Nous comptons faire un bond quantitatif dans la culture du recyclage électronique chez les habitants de la région à travers le lancement de campagnes de sensibilisation dans les clubs, les écoles, les universités et les expositions. Il faut qu'ils soient encouragés à délaisser leurs appareils usagers pour la bonne cause », s'enhousiasme Nahla Al-Shami. 

RecycloBekia prévoit de franchir l'étape supérieure dans un futur proche : « Nous aspirons à ouvrir la première usine de recylage électronique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cela créerait un modèle à long-terme pour raviver l'économie et ouvrir des portes à de nouvelles opportunités d'emploi », assure avec confiance Mostafa Hemdan.

Con O'Donnell, investisseur providentiel et cofondateur du principal événement entrepreneurial en Égypte RiseUp Summit soutient que « M. Hemdan a fait la même erreur que de nombreux jeunes entrepreneurs font, ce à une échelle encore plus grande. Cependant, il n'a pas failli. Il a appris. »

 

 

Ghada Ghaleb (Al Masri al Yom, Egypte)
 
 
Votre réaction
 
El watan a décidé de suspendre provisoirement l’espace réservé aux réactions des lecteurs, en raison de la multiplication de commentaires extrémistes, racistes et insultants.