Pages hebdo Santé
 

Docteur Corine Levy. Médecin attaché au Centre de recherche clinique du CHI de Créteil

«Une baisse des infections invasives entre 40 et 50% en terme d’incidence»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.11.17 | 12h00 Réagissez


La surveillance pré et post-vaccination contre ces maladies, selon Dr Corine Levy, se situe à plusieurs étapes. Il y a certaines maladies qui sont causées par le pneumocoque et qui nécessitent une surveillance   chez les médecins de ville et pour les plus dangereuses (méningite, septicémie, etc.), la surveillance doit se faire à l’hôpital. Il est donc question de faire une surveillance du portage épidémiologique. Un réseau de pédiatres de ville et hospitaliers, en collaboration avec les microbiologistes, doit être créé afin d’évaluer et suivre l’évolution après la vaccination et surveiller l’apparition de nouveaux sérotypes qui peuvent être plus méchants. C’est un vrai challenge pour les pays qui ont mis en place ce système de surveillance pour voir ce qui se passe après la vaccination sur plusieurs années. En France, depuis l’introduction de ce vaccin en 2007, on a observé une baisse des infections invasives entre 40 et 50% en terme d’incidence, surtout pour les sérotypes vaccinaux.

Djamila Kourta
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...