Pages hebdo Santé
 

Nouvelle approche de Prise en charge du diabète de type 2

Le traitement se focalise beaucoup plus sur la personne que sur l’hyperglycé

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.09.17 | 12h00 Réagissez

Les maladies cardio-vasculaires sont les causes principales de la mortalité chez les patients diabétiques de type 2. La relation entre le diabète de type 2 et les maladies cardio-vasculaires inquiète aujourd’hui les spécialistes et devient une priorité dans la prise en charge des patients.

Dans le monde plus de 400 millions de personnes sont atteintes de diabète, ce qui correspond à la moitié de la population d’Europe. Le diabète de type 2 est étroitement lié aux maladies cardio-vasculaires. Les patients sont sujets à deux, voire six fois plus de risques de mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires. Dans certains pays, les maladies cardio-vasculaires causent 50% des décès liés au diabète. Améliorer les taux de glycémie dans le sang et prévenir les événements cardio-vasculaires chez les personnes diabétiques est désormais le challenge porté par les recommandations internationales.

Les moyens thérapeutiques s`offrent aujourd’hui aux praticiens pour assurer une prise en charge optimale avec une meilleure qualité de vie. De nouvelles molécules font leur apparition pour justement accompagner ces patients tout en leur permettant une meilleure espérance de vie avec moins de complications. Il y a quelques années, l’objectif recherché chez un patient diabétique était la réduction du taux de sucre dans le sang. Aujourd’hui, l’attention est plutôt, en plus de l’équilibre de la glycémie, orientée vers la lutte contre les facteurs de risques favorisant justement ces complications (glycémie non contrôlée, pression artérielle élevée, taux des lipides dans le sang, surpoids, etc. De nombreux patients diabétiques de type 2 présentent un risque de maladie cardio-vasculaire.

Les spécialistes réunis au 53e congrès annuel de l’Association européenne de l’étude du diabète (EASD) à Lisbonne, au Portugal, du 11 au 15 septembre dernier, a regroupé 40 000 participants venus des quatre coins du monde dont d’éminents spécialistes en diabétologie, en endocrinologie, médecine interne, cardiologues, dont des médecins algériens. Aujourd’hui, la prise en charge du diabète de type 2 est centrée sur le patient. Une approche qui prend en compte la personne dans sa globalité, prônent les spécialistes. On ne traite pas seulement l’hyperglycémie mais la personne. Les médecins sont unanimes à dire que «l’intensification du traitement dans le traitement du diabète de type 2, en passant de la première ligne à la deuxième ligne, est désormais décidée non pas en fonction de l’efficacité du traitement sur la glycémie mais en fonction des différents mécanismes d’action pour prévenir les complications, notamment les facteurs de risques liés aux maladies cardio-vasculaires».

La majorité des études présentées lors de ce congrès européen annuel convergent justement vers cette approche avec de nouvelles thérapeutiques pour une meilleure gestion de la maladie et la lutte contre les facteurs de risques des maladies cardio-vasculaires. Sur la base de ces études dont Leader, Devote et autres, certaines molécules ont désormais le label européen. «Victoza® devient le seul analogue du Glucagon-Like Peptide-1 humain (GLP-1) pour lequel la prévention des événements cardio-vasculaires est incluse dans le label européen, à l’exemple de Victoza (Liraglutide) Danois Novo Nordisk. La Commission européenne a approuvé une mise à jour du label (résumé des caractéristiques du produit) pour refléter sa capacité à améliorer la glycémie et les événements cardio-vasculaires en tant que parties intégrantes du traitement du diabète de type 2.

La molécule est largement indiquée dans le traitement des adultes atteints de diabète de type 2 insuffisamment contrôlés, en complément du régime alimentaire et de l’exercice physique. Par ailleurs, Victoza® est le seul agoniste des récepteurs du GLP 1 dont l’efficacité dans la prévention des événements CV ait été prouvée chez les personnes atteintes d’un diabète de type 2 et à risque élevé. Dans une présentation des résultats de l’étude Leader sur les maladies cardio-vasculaires, le Dr Neil Poulter, du Royaume-Uni, a mis l’accent sur les bénéfices de cette molécule sur la prévention des maladies cardio-vasculaires.

«Ce résultat était principalement attribuable à une réduction significative de 22 % des décès d’origine cardio-vasculaire», a-t-il indiqué, et de rappeler que Leader était un essai multicentrique, international, randomisé, en double aveugle, contrôlé versus placebo, visant à évaluer les effets à long terme (3,5 à 5 ans) de Victoza® (liraglutide) par rapport au placebo, en complément d’une prise en charge standard chez les personnes atteintes d’un diabète de type 2 et présentant un risque élevé d’événements cardio-vasculaires . Le traitement standard comprenait des modifications du mode de vie, des traitements hypoglycémiants et des médicaments pour le traitement des pathologies cardio-vasculaires .

L’étude a impliqué 9340 patients diabétiques de type 2, originaires de 32 pays. Le critère composite principal était la survenue d’un premier événement cardio-vasculaire comprenant l’un des événements suivants : décès d’origine cardio-vasculaire, infarctus du myocarde non fatal ou accident vasculaire cérébral non fatal. «Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les personnes vivant avec un diabète de type 2 car la maladie cardio-vasculaire est la première cause de décès chez ces patients.

Avec la mise à jour du label de Victoza®, les professionnels de santé peuvent se tourner vers une option thérapeutique bien établie qui aidera leurs patients à conserver un contrôle glycémique tout en prévenant également les événements cardio-vasculaires chez les personnes atteintes d’un diabète de type 2 et à risque cardio-vasculaire élevé», se félicitent les médecins algériens présents au congrès, qui regrettent que de nouvelles molécules ayant fait leur apparition en Europe depuis des années, ne soient pas encore enregistrées en Algérie. «Regardez cette panoplie de produits qui font des miracles et qui sont inexistants en Algérie.

Des antidiabétiques performants, aux insulines modernes en passant par les pompes. Dans certains pays, 70% de la population diabétique de type 1, notamment les enfants, sont mis sous pompes», relève un diabétologue. Par ailleurs, l’hypoglycémie sévère, considérée comme un des facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires et donc de mortalité, est aujourd’hui prise en compte sérieusement.

Les résultats de l’étude Devote ont montré que les diabétiques de type 2 qui connaissent une hypoglycémie sévère (épisodes hypoglycémiques) sont exposés à un risque de mortalité plus élevé. Le risque était quatre fois plus élevé 15 jours après un événement, et deux fois et demi plus élevé à tout moment après un épisode d’hypoglycémie sévère.

Les résultats ont également montré que les fluctuations quotidiennes des taux de glycémie chez les diabétiques de type 2 sont associées à un risque de mortalité supérieur. Le Dr Bernard Zinman, de l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum de l’hôpital Mount Sinai de l’Université de Toronto au Canada et membre du Comité de pilotage de Devote, a indiqué que ces résultats soulignent l’importance de maintenir une faible variabilité des taux de glycémie, et de réduire le risque d’hypoglycémie sévère lors de la prise en charge des diabétiques de type 2. «Dans l’essai Devote, Tresiba® (insuline degludec) réduisait la fréquence de l’hypoglycémie sévère de 40 % et la fréquence de l’hypoglycémie nocturne sévère de 53 %par rapport à l’insuline glargine U100 chez les diabétiques de type 2. Des réductions similaires ont été observées dans l’essai Switch 2 avec une baisse de la fréquence de l’hypoglycémie nocturne sévère de 51 % sur la période de traitement complète de l’essai et une réduction de 42 % de la fréquence de l’hypoglycémie nocturne par rapport à l’insuline glargine U100 chez les diabétiques de type 2», a-t-il précisé.

Sur le plan de la pression artérielle, qui constitue également un des facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires, Novo Nordisk a présenté également les résultats d’une nouvelle analyse avec la combinaison de deux produits, Victoza (Liraglutide) avec l’insuline dégludec, qui réduit de manière significative certains facteurs associés au risque accru de maladies cardio-vasculaires (MCV), en comparaison avec l’insuline basale. «Les personnes atteintes de diabète de type 2 présentent un risque plus élevé d’infarctus du myocarde ou d’AVC en comparaison avec la population générale. La réduction de ce risque devrait être un objectif du traitement», explique le professeur Tina Vilsbøll, Steno Diabetes Center Copenhague, Danemark et Centre de recherche sur le diabète, Gentofte Hospital, Copenhague, Danemark. «Je suis ravie de constater les effets bénéfiques dy Xultophy® sur les marqueurs de risque cardio-vasculaire», a-t-il ajouté. 
 

 

Le dépistage précoce pour une meilleure prise en charge

n Le dépistage précoce du diabète permet de réduire de manière significative les complications liées au diabète, a souligné le Pr Belhadj, chef de service de diabétologie à l’EHU d’Oran, en marge des travaux du 53e congrès de l’Association européenne de l’étude du diabète lors d’une session consacrée aux premiers résultats du baromètre en Algérie. L’initiative lancée par les laboratoires Novo Nordisk depuis 2010 a concerné 11 515 personnes dépistées, âgées de 35 ans et plus. Les premiers résultats concernent 8 wilayas du pays (Adrar, Tiaret, Alger, Jijel, Oran, El Oued, etc.) où il a été relevé un taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) voisine de 9%, voire jusqu’à 10%, selon les wilayas. A Adrar, par exemple, 57% des personnes dépistées ont plus de 9% de HbA1c. La prise en charge des patients à travers les 23 centres, a tenu à souligner le Pr Belhadj, a montré une nette amélioration des indicateurs, telle la Hba1c, qu’on a vu réduite de 2% chez des patients dépistés. Les intervenants ont donc insisté sur l’importance de la prise en charge précoce avec une thérapeutique adaptée, selon les dernières recommandations internationales. Il est donc question de mettre en place un schéma thérapeutique qui se résume à une insuline premix avec moins d’épisodes d’hypoglycémie et une meilleure gestion de la maladie. D. K.

Djamila Kourta
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...