Pages hebdo Santé
 

Prix Sanofi-ATRSS

Le premier prix revient à un chercheur en immunologie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.11.17 | 12h00 Réagissez


Les lauréats de la troisième  édition du prix Sanofi-ATRSS de recherche en santé,  dans le cadre de la coopération entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, celui de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, et les Laboratoires Sanofi ont été primés, jeudi dernier, en présence des responsables des différentes institutions. Trois chercheurs sur 28 candidatures avaient été sélectionnés par un jury composé de doyens et professeurs d’université, de chercheurs dans le  domaine de la santé et d’experts, et présidé par le professeur Messaoud Zitouni.

Ainsi, le premier prix a été décerné à Kheir Eddine Kerboua, enseignant associé en immunologie dans plusieurs facultés de médecine et de biologie pour son travail   intitulé «Développement d’un test compagnon à base du complément dans le cancer, étude pilote sur le LNHCB».  Le deuxième prix est revenu à Mohamed Nadjib Boukhatem, de l’université de Blida, pour son travail intitulé «Valorisation de l’huile essentielle de  citronnelle en dermo-pharmacie : mise au point d’une formulation topique naturelle (crème dermique) aux propriétés antimicrobienne,   anti-inflammatoire et cicatrisante».  Le troisième prix a été attribué à Amel Boumendjel, pour son travail intitulé «Exploitation d’un modèle d’asthme expérimental: étude des marqueurs de l’inflammation et du stress oxydatif et valorisation des   plantes médicinales locales». 

Le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la  Recherche scientifique, Salah Seddiki, a, pour sa part, affirmé que l’Etat soutient la recherche scientifique et consacrait une enveloppe financière aux chercheurs algériens en vue de créer une dynamique dans ce domaine   entre les établissements nationaux et le secteur de l’enseignement supérieur, rappelant le programme du gouvernement d’appui au secteur de la recherche, notamment dans les domaines de la sécurité alimentaire et de l’amélioration des soins. Le secrétaire général du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Saïd Harbane, a appelé, de son côté, à mobiliser la société pour encourager la recherche scientifique dans le domaine de la santé, qui est, selon lui, un grand investissement pour le pays, affirmant que l’Etat comptait sur les compétences universitaires nationales pour   développer ce domaine. Pour sa part, le président-directeur général de Sanofi Algérie, Haissam Chraiteh, a relevé l’importance d’accompagner le développement de la  recherche scientifique en Algérie. «Nous encourageons les jeunes  chercheurs algériens  dans le but  d’améliorer la  connaissance des pathologies, leur diagnostic et leur prise en charge en Algérie»,  a-t-il déclaré, en revenant sur le partenariat entre Sanofi et le ministère de la Santé,  dans le dépistage précoce des maladies, telles que le diabète et l’hypertension artérielle.  

M. Hassain a mis l’accent sur  l’apport des laboratoires à l’industrie nationale, citant  l’exemple de l’usine de Sidi Abdellah, qui entrera en production prochainement.

 

Djamila Kourta
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...