Pages hebdo Santé
 

Dr Schaukat Sadikot. Président de la Fédération internationale du diabète

«Il faut lutter contre tous les facteurs de risque liés aux maladies cardio-vasculaires»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.09.17 | 12h00 Réagissez

Au cours d’une table ronde consacrée à la question relative à la prévention des décès liés aux maladies cardio-vasculaires, le président de la Fédération internationale du diabète (IDF), Dr Schaukat Sadikot, a bien voulu répondre à nos questions. Dans cet entretien, il met l’accent sur la personnalisation du traitement du diabète et surtout sur l’importance de l’éducation thérapeutique. Il a lancé un appel aux médias afin d’alerter sur les aspects liés aux complications dangereuses de cette maladie.

La question de la prévention des maladies cardio-vasculaires chez les patients diabétiques se pose avec acuité. Ne pensez-vous pas que la survenue de ces événements est due à l’échec du traitement du diabète ?

Les maladies cardio-vasculaires sont de plus en plus courantes chez les patients diabétiques. C’est pourquoi il est désormais établi que le traitement du diabète ne se limite pas à réduire la glycémie, mais aussi à traiter les autres facteurs de risques de maladies cardio-vasculaires, à savoir réduire le taux de cholestérol, la pression artérielle, la glycémie et le poids. Tout doit être contrôlé en même temps.

La question débattue lors de la table ronde est justement pourquoi nous n’empêchons pas plus de décès dus aux maladies cardio-vasculaires chez les diabétiques de type 2. Quel est votre avis ?

Je pense que c’est parce que nous ne pouvons pas prévenir toutes les complications et les facteurs de risques chez le patient diabétique. Mais on essaie de réduire des événements cardio-vasculaires. S’il y a 70% des patients qui font des AVC, c’est bien de réduire le taux à 50%. Cela peut être possible grâce aux traitements thérapeutiques et à cette nouvelle approche de prise en charge globale, notamment la lutte contre les facteurs de risques. D’où l’intérêt de l’éducation thérapeutique qui doit être assurée par des spécialistes formés.

Comment peut-on justement adapter cette approche?

Le travail doit être déjà fait au niveau des médecins généralistes qui doivent être informés de cette nouvelle stratégie de prise en charge et des nouvelles thérapeutiques sans pour autant leur demander d’être spécialistes. La chose doit être expliquée de manière très simple afin de faire passer le message en insistant sur l’intérêt du contrôle de la glycémie, le taux de cholestérol, le poids, la pression artérielle, etc., afin d’éviter les événements cardio-vasculaires qui sont parfois fatals pour les patients diabétiques. Les médias ont un rôle à jouer pour la réussite de cette prise en charge. Il est important de parler de toutes ces complications qui surviennent mais qui peuvent être prévenues.
 

Djamila Kourta
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...