Pages hebdo Portrait
 

Nina Koriz. comédienne, écrivaine, actrice, psychothérapeute

«C’est le cinéma qui m’a ouvert les yeux»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.11.13 | 10h00

«C’est le cinéma qui m’a ouvert les yeux»
zoom | © D. R.

«Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse.»
                            Albert Camus

C’est un parcours singulier que celui de Nina Koriz, Algérienne établie en France depuis 50 ans. C’est une écrivaine qui a une riche culture littéraire. Elève du prestigieux cours Saint Simon de Paris, elle a bénéficié d’une formation d’art dramatique qui lui a permis d’exercer en qualité de comédienne. Elle est aussi psychothérapeute. Elle est surtout pour le lecteur une prometteuse romancière. Ses parents quittent l’Algérie en 1963 alors qu’elle n’a que 2 mois. Elle renoue avec son pays d’origine à la faveur d’un tournage. C’est alors qu’elle rencontre des femmes d’origines et de confessions différentes, souvent ignorées, mais ayant en commun leur participation à la guerre de Libération. Elle décide de sortir de l’ombre, s’identifiant à celles qui souffrent dans la solitude, Nina est authentique dans la proximité avec les préoccupations de ces femmes oubliées…

Née Bada le 11 avril 1963, Koriz a vu le jour à Bou Saâda. Mais ses parents, pour des raisons économiques, émigrent en France. La petite Nina n’avait que 2 mois. C’est de l’autre côté de la Méditerranée qu’elle a grandi et fait des études à Lyon où elle a décroché le diplôme de psychothérapeute. Elle «monte» à Paris pour y travailler tout en suivant des cours d’art dramatique. Ses talents apparaissent et sa passion grandit. Ses rapports à l’Algérie datent de sa prime jeunesse. «Au milieu des années 1970, ma sœur aînée Nacera a fait un stage de volontariat à Tiaret en pleine révolution agraire décrétée par Boumediène au temps du socialisme triomphant pour rester dans la sens de l’histoire. J’avais 10 ans. J’ai commencé à regarder l’Algérie différemment. Il y avait un vieux monsieur, un paysan, qui nous racontait le pays. J’étais toute ouïe. Cela m’intéressait. En France, au lycée, j’avais fait un exposé sur l’Algérie en construction et l’image de la réalité ne renvoyait pas forcément aux idées reçues.»

Une vocation est née

Elle songe déjà à lever le voile sur des comportements insoupçonnés. Puis, de retour en France, elle découvre le film Chronique des années de braise, en 1975. «Je me souviens que l’Amicale des Algériens en Europe avait lancé des invitations pour toute la communauté algérienne de l’Isère. Ça a été un coup de poing dans le cœur et dans l’âme. Je découvris l’histoire de l’Algérie et la puissance du cinéma. Le spectacle était autant à l’écran que dans la salle en effervescence. Des ouvriers au bout du rouleau, abattus par des heures de labeur, étaient là à s’époumoner, applaudissaient et dansaient. J’avais compris que le cinéma avait cette magie de donner de la puissance, du souffle, de faire renaître la fierté, la fierté d’être Algérien, d’autant que c’était difficile de l’être avant ce film.Les cicatrices étaient encore à vif. On vivait discrètement. Ce film nous dit d’avoir des raisons d’être debout. C’était le révélateur de mon identité, sachant que nos parents n’en parlent pas ou peu…»

C’est ce film qui l’influence énormément, suscitant chez elle de l’admiration et une envie folle de devenir comédienne. «Mon souhait, c’était de voir Lakhdar Hamina pour lui dire ma reconnaissance. Et comme parfois le hasard fait bien les choses, c’est à l’occasion d’un casting que j’ai rencontré Mohamed et son fils Malik Lakhdar Hamina en Algérie. Tourner un film était pour moi l’occasion d’y séjourner plus longtemps et autrement que je ne l’avais fait jusqu’alors en période de vacances à Bou Saâda. Le film de Malek Hamina s’appelait Automne et évoquait les événements d’Octobre 1988.» «Nous étions à la veille des élections législatives de 1991 et le tournage s’est fait dans un climat de tension et d’insécurité qui m’ont plongée dans la réalité oppressante qui était le quotidien des Algériens.»

A titre personnel et en marge de son métier de comédienne, Nina a rencontré des gens, des femmes en particulier, pour savoir quel serait leur choix au moment du vote, leurs préoccupations, leurs attentes. Avec une vue sur le cheminement de ce pays depuis son indépendance, aux espoirs et aux attentes générées par l’euphorie de la libération et si vite déçus… Le film a été tourné à Alger et en Kabylie. Et Nina qui a joué le rôle principal en est sortie grandie. Indépendante, pugnace, curieuse, Nina s’en est allée sur les monts de Kabylie et les plaines de la Mitidja à la rencontre de ces mères courage qui avaient des destins fabuleux pendant la Révolution.

«Avant, j’avais des idées très simplistes. Je voyais les maquisardes confinées dans les rôles d’infirmières ou de cuisinières. En rentrant en France, j’ai lu des livres retraçant le parcours ignoré de ces femmes. Je me suis rendu compte que c’étaient les grandes oubliées de l’Algérie. Une immense amnésie qui me rappelle La femme sans sépulture, œuvre d’Assia Djebar. J’ai été aussi impressionnée par la Bataille d’Alger de Gilo Pantecorvo et Djamila de Youcef Chahine et de quelques films faits par des étrangers durant les années 1950. A partir de là, j’ai décidé de m’approprier la guerre d’Algérie en me documentant à loisir. Je suis venue en Algérie en compulsant les journaux et les archives, les tracts. Je suis allée rencontre des moudjahidate anonymes, analphabètes. J’ai eu beaucoup de mal à les convaincre de ma mission. Elles ne voulaient pas, car elles pensaient que j’étais une journaliste. Je leur ai dit que c’était un roman écrit pour les générations futures. L’argument de la transmission a été accepté. Elle m’ont raconté des choses hallucinantes.»

L’Algérie au cœur

«En France, j’ai rencontré des Européennes qui ont participé à la guerre aux côtés des Algériens. Enfin, j’ai travaillé sur les témoignages des époux Chaulet et des autres. Cela m’a pris 4 ans. Ça a donné chair à des personnages qui racontent des destinées de femmes. J’ai mis en avant leurs blessures, leurs angoisses.» C’est ainsi qu’est né Femmes de cœur, un bel hymne qui se décline en 370 pages paru aux Editions Zyriab. Cette expérience lui a donné un sens infaillible du rôle du cinéma lorsqu’il est sincère. Le père de Nina, Boudina Bada, était parti en France à l’âge de 16 ans pour exercer des petits métiers, notamment garçon de café.

C’était en 1948. Il est retourné au pays en pleine guerre. Il s’est marié à Bou Saâda et a eu 4 enfants. Pour des raisons économiques, il retourne en France en 1963, où il s’établit en Isère jusqu’à sa retraite à la fin des années 1990. Il retourne au bercail à Bou Saâda, la cité du bonheur qui fait toujours rêver Nina. «Je suis amoureuse de cette ville belle et attrayante. Etienne Dinet ne l’a pas choisie pour rien comme ça par hasard. Comme c’est un artiste et qu’il a du goût, on ne peut douter de ses choix. Moi, en tout cas, j’en suis très fière. Chaque fois que je retourne en Algérie, j’ai un besoin viscéral d’atterrir dans ma ville, regarder ses couleurs sublimes. J’aimerais être enterrée là-bas.»

Puis, revenant au cinéma et au constat qu’elle a pu faire lors de ses déplacements en Algérie, Nina s’interroge : «L’Algérie a la chance d’avoir des cinéastes doués qui ont de très bons sujets de films. Maintenant, j’ai pu me rendre compte de l’extrême pauvreté et de la rareté (pour ne pas dire l’inexistence) des infrastructures en la matière. Il est urgent d’ouvrir des salles de cinéma. Le public est demandeur, comme il est demandeur de culture et de connaissance. Au SILA où je présentais mon roman, j’ai réalisé à quel point les Algériens sont curieux, passionnés, avides d’échanges avec les artistes, les créateurs. Un peuple qui a faim de savoir est un peuple en éveil, en mouvement. Il faut donc le nourrir en conséquence, car la ressource humaine est la première richesse d’un pays…».

Nina ne reste pas insensible à la situation de nos ressortissants en France : «De très nombreux Algériens et Algériennes de la ‘‘seconde’’ génération ont brillamment réussi leur insertion professionnelle et sociale dans des domaines aussi divers que la médecine, le droit, l’enseignement, etc. Mais ils n’intéressent pas les médias qui préfèrent braquer leurs projecteurs sur ceux qui sont en échec et qui commettent des actes de délinquance. Cette stigmatisation a toujours cours aujourd’hui malgré l’engagement (et la prise de responsabilité) de plus en plus d’Algériens dans les partis politiques. La ‘‘troisième’’ génération est aujourd’hui adulte et je constate que ces jeunes ont autant de mal que leurs aînés, sinon plus, du fait de la crise économique et de leur origine qui demeure un sujet sensible et passionnel.»

Son regard sur l’Algérie des temps présents est implacable. «Elle n’est plus du tout celle que j’ai connue en 1991. Les années de terreur, d’horreur sont passées par là et je ressens aujourd’hui chez les jeunes de 20 ans et plus un besoin compulsif de posséder. ‘‘L’avoir’’ a supplanté ‘‘l’être’’. En 1991, on me parlait du besoin de liberté d’expression, de confession religieuse, du désir de voyager, d’étudier, de trouver un logement pour pouvoir fonder une famille. Aujourd’hui, j’ai l’impression que la vie matérielle est devenue le centre des préoccupations et qu’il y a urgence à acquérir ‘‘vite’’ et ‘‘beaucoup’’. C’est comme si l’imminence de la mort rôdait en permanence et qu’il fallait profiter de la vie quels qu’en soient les moyens pour y parvenir…» Dans son livre Des femmes de cœur, elle entend encore leurs complaintes tinter à ses oreilles. C’est un témoignage émouvant, même s’il est romancé. C’est une fresque que Nina abritait depuis longtemps. si elle n’avait pas écrit ce livre, elle risquait d’être ensevelie par le silence qui tue.

L’oubli cet ennemi

Elle n’a cessé de replacer l’homme et la femme au centre du monde et de faire de leur destin individuel un des éléments essentiels de l’histoire collective. Tout son récit s’inscrit dans le droit fil de la réconciliation des rapports apaisés et contre tous les fabricants de haine et d’exclusion. Et à l’égoïsme des hommes (et des femmes), elle propose un vaste et puissant chant d’espoir. En avançant dans ses écrits où ses personnages ont été délibérément changés, les blessures originelles apparaissent. Nina a visiblement pris part à ces secondes voix qui lui permettent de faire part de ses doutes et de ses interrogations. Mais elle reste sans voix devant des situations impardonnables.

«J’aimerais pour ma part ajouter que la plupart des moudjahidate que j’ai rencontrées vivent dans des conditions matérielles très précaires, pour ne pas dire un dénuement inacceptable pour une nation qui leur doit reconnaissance et aujourd’hui assistance. Pour beaucoup, leurs démarches administratives se sont soldées par des échecs et de guerre lasse elles ont fini par abandonner. J’en appelle donc aux responsables politiques pour qu’un recensement soit fait (vu leur âge, elles ne sont plus très nombreuses) afin que leur soit donnée la possibilité de vivre leurs dernières années de manière décente et dans la dignité. C’est bien le moins qu’on puisse faire pour elles qui nous ont donné un pays…».

Kafka avait écrit que l’écriture est une attaque contre les frontières. Pour Nina, c’est une manière à elle de les repousser.
«Celui qui m’a éditée, M. Necib, avait écrit sur Bou Saâda. Il a lu mon livre d’une traite. J’ai appris qu’il avait fait une intéressante étude sociologique sur ma ville. Il ne savait pas que j’étais originaire de Bou Saâda. C’est un hasard extraordinaire. Et pour paraphraser Théophile Gautier, ‘‘le hasard n’est-ce pas le pseudo de Dieu quand il ne veut pas signer...».

 

Parcours :

Bada Nina Koriz est née le 11 avril 1963 à Bou Saâda. A 2 mois, elle part avec ses parents en France qui s’établissent dans l’Isère. Comédienne, actrice, écrivaine, psychothérapeute, Nina a joué un premier rôle dans le film Automne tourné en 1991 par Malek Hamina et qui relate les événements d’Octobre 1988.

Depuis 13 ans, elle gère un centre de formation à Paris où elle accompagne des femmes originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne vers leur insertion professionnelle.
En marge du tournage, l’idée lui est venue d’aller à la rencontre des femmes des deux rives ayant pris part à la guerre de Libération. Ce travail de recherche se poursuivra de longues années durant pour aboutir à la naissance de Femmes de cœur, son premier ouvrage paru aux Editions Zyriab. Nina, qui vit en France, effectue de fréquents séjours à Bou Saâda, où sa famille s’est réétablie. Nina est mariée et mère de Myriam, 15 ans.

Hamid Tahri
 

 
Sur le même sujet
Caroline Philibert. Réalisatrice du documentaire A chacun son Algérie : «Plutôt que des réticences, c’est la peur de s’exprimer»
Parution. Un cœur à prendre de Tarik Djerroud : Un polar intrigant
HOMMAGE. OSMAN BECHIKH, ACTEUR ET MEMBRE DE LA CINéMATHEQUE : Ce gentleman...
Du même auteur
Khaoula Taleb Ibrahimi. Spécialiste en sciences du langage, professeure à l’université d’Alger, militante des libertés : «Le pouvoir ne communique qu’avec sa clientèle»
Omar Benmahdjoub. Ancien membre de l’OS, du bureau politique du FLN (1964) et de l’Assemblée : Du djebel Ouarsenis aux frontières
Adolfo Suarez. Ancien Premier ministre, architecte de la transition en Espagne, décédé dimanche : «Comment j’ai réussi la transition…»
Athmane Ariouet : Le poète a toujours raison…
Tayeb Talbi (Thaâlibi), dit si Allel. Ex-membre du Conseil national de la Révolution Algérienne, moudjahid désabusé : La Révolution, ses faiseurs et ses imposteurs…
 
Tous les titres d'El Watan

Actualité

Khodir Babaz, membre du FFS et militant des droits de l’homme, remis en liberté provisoire.

L’affaire a fait grand bruit à Ghardaïa, tant Khodir Babaz est connu pour son engagement militant tant au sein du FFS que pour les droits de l’homme et aussi au sein de l’union générale des commerçants et artisans Algériens (U.G.C.A.A.) de la commune de Ghardaïa. 

Offensive d’Air Algérie au Canada

Boumerdès : Fausse alerte à la bombe à la faculté de droit

Après les brutalités de Tizi Ouzou : La répression policière choque les Algériens

Des enquêtes sans lendemain

Ils ont été arrêtés lors d’une manif à Alger : Deux citoyens toujours en détention

Interdiction de la marche du 20 Avril à Tizi Ouzou : Polémique sur les donneurs d’ordre

Saïd Khelil. Un des initiateurs de la marche : «Il y a eu une répression indigne d’une institution républicaine»

Les Ligues des droits de l’homme exigent des sanctions : «Les auteurs doivent répondre de leurs actes»

Vers une conférence nationale sur la transition démocratique : L’opposition s’organise

 

Sports

Finale de la coupe d’Algérie de football : Billet et transport gratuits pour les supporters de la JSK

Sur initiative du wali de  Tizi    Ouzou , le directeur de la Jeunesse et des sports  ( Djs )  et le président de la JSK   ont  décidé  d’un commun accord  d’assurer le déplacement ainsi que le billet d’accès au stad e Mustapha  Tchaker  de Blida, à titre gratuit, pour tous les supporters âgés de 18 ans et plus . 

La direction lui renouvelle sa confiance : Velud restera-t-il à l’USMA ?

Coupe du Monde : ZDF remporte un procès

JS Saoura : Rien ne va plus chez les Sudistes

Real Madrid-Bayern Munich : Deux ogres pour une demi-finale

ASO Chlef : La reprise sans quatre joueurs

 

Economie

L'Algerie a importé pour près de 55 milliards de dollars de marchandises en 2013

Les importations de marchandises de l'Algérie ont augmenté en 2013 par rapport à 2012 de 11,5% en valeur et de 10,4% en volume, alors que les prix à l'importation ont connu une évolution "modeste" de 1%, selon l'Office national des statistiques (ONS).

L'opérateur de téléphonie mobile Djezzy sera introduit, à terme, en bourse

Smartphones et tablettes : Condor détient 10% du marché

La Tunisie prête à appliquer les termes du libre-échange avec l’Algérie : Silence sur la date de dédouanement des produits algériens

L’inflation en baisse : Un taux de 2% enregistré en mars

Les brèves

 

International

Crise politique et sécuritaire à Tripoli et Benghazi : Le gouvernement libyen toujours sans chef

Le Congrès national général libyen (CGN) a reporté hier la réunion prévue pour élire un nouveau chef de gouvernement, faute de consensus sur l’un des sept candidats ayant présenté leurs programmes dimanche dernier.

Les chefs du Fatah et du Hamas doivent se réunir à Ghaza : La réconciliation inter-palestinienne sur les rails ?

Les brèves

Des experts en droit international le soulignent à Alger : L’autodétermination de la RASD ne souffre aucune équivoque

Le régime syrien met le cap sur l’élection présidentielle : Bachar Al Assad sans concurrence

L’est se détache et Biden en mission de sauvetage : Ukraine, le saut dans l’inconnu

 

Culture

Parution : Bou Saâda en quelques traits…

Magnifiée dans ses sublimes toiles par Etienne Dinet, séduite par le sociologue Necib Youssef et par le fin observateur Mostefa Lacheraf, Bou Saâda, la cité du bonheur, si elle a succombé aux charmes de ces illustres personnages n’en reste pas moins jalouse de ses secrets.

Patrimoine : Projet de reconstruction du navire de Raïs Hamidou

Parution. Un cœur à prendre de Tarik Djerroud : Un polar intrigant

Bourse aux USA : Avoir une idée géniale

Roman : Délicatesse de Abbès Bahous

Benachour adapte Malek Haddad

 

Région Est

Manifestation culturelle 2015 : Les nombreux couacs font monter la pression

Le statu quo perdure dans certains projets gérés à la hussarde, alors que l’échéance approche, faisant craindre l’échec de toute l’opération.

Développement local : Des projets importants pour Rasfa

La commune connaît un retard considérable en matière d’alimentation en eau potable, d’assainissement et de branchement au réseau du gaz de ville.

Affaire de la femme dépossédée de son terrain sur la corniche de Annaba : La justice ordonne l’arrêt des travaux par la force publique

Le propriétaire d’un chantier de promotion immobilière, R+14, érigé sur une assiette de terrain au bord de la corniche de Annaba, a été notifié officiellement ce dimanche par un huissier de justice assisté de la Gendarmerie nationale, d’un jugement ordonnant l’arrêt immédiat des travaux.

Jijel : Le paludisme au menu d’une campagne d’information

Le paludisme, cette maladie tropicale qui a fait son apparition dans certaines wilayas du pays, est au menu d’une campagne d’information et de sensibilisation dans la wilaya de Jijel.

Un salutaire retour vers les métiers de la mer : Des charpentiers maritimes et des ramendeurs en formation

Aujourd’hui, la wilaya peut vraiment se targuer d’être la seconde du pays et la seule à travers l’est du pays, à dispenser des métiers propres aux gens de la mer.

Faculté de médecine : Les internes s’insurgent

Des étudiants encore en formation, sont tenus d’assurer des gardes dans des conditions difficiles, à la place de certains médecins qui préfèrent rentrer tranquillement chez eux.

Biskra : Arrestation du meurtrier de la gare routière

Mercredi dernier, la nouvelle gare routière de Biskra, sise sur le territoire de la commune d’El Hadjeb, a été le théâtre d’une violente altercation entre deux chauffeurs de taxi urbain, desservant la ville de Biskra, qui s’est terminée par la mort tragique de l’un d’entre eux.

Construit en 1886 à Souk Ahras : L’ex-hôtel de ville devient musée des arts et de l’Histoire

Siège principal de la première mairie de l’Algérie indépendante, la bâtisse, véritable joyau architectural, est un témoin de premier ordre de l’Histoire de la ville.

 

Région Ouest

Mois du patrimoine : Riche animation à Oran

Lectures collectives, lectures paysagères, spectacle en plein air et balades urbaines.

Mostaganem : Découverte macabre

Habitat : 9740 logements sociaux achevés

Plus de 20 000 logements sociaux seront construits dans la wilaya en vue de l’éradication totale de l’habitat précaire.

Aïn Fettah : La grande souffrance des villages

Située à environ 12 km au sud de Felaoucene, la commune d’Aïn Fettah semble à l’écart de tout développemental susceptible d’améliorer le quotidien de sa population répartie sur une quinzaine de villages.

Culture : «La Cause» présentée au Théâtre

La pièce de théâtre El Qadia (La cause) a été présentée mardi au Théâtre régional de Sidi Bel Abbès, dans une comédie satirique qui a mis en avant le procès kafkaïen intenté, pour une raison inconnue, à un jeune fonctionnaire.

Mascara : Travaux en retard et bâclés à Mamounia

Les travaux d’aménagement urbain, lancés il y a plus de six mois, dans certains quartiers de la commune de Mamounia, à 2 km du chef-lieu de la wilaya de Mascara, n’avancent plus.

Tiaret : Des demandeurs de logements manifestent à Sidi Hosni

Plusieurs dizaines d’habitants de la commune rurale de Sidi Hosni (ex-Waldeck Rousseau), 25 kilomètres à l’est de Tiaret, ont fermé, depuis les premières heures de la matinée, le siège de la mairie pour protester, entre autres, contre «l’annulation d’une liste de bénéficiaires de logements dans le cadre de l’habitat rural, l’occupation du stade communal par des transhumants et de l’amenuisement du foncier pour l’injection d’équipements».

Enquête : Gravissime scandale autour du domaine forestier à Béni-Saf

Sur le territoire de la commune de Béni-Saf, pas moins de 40 ha d’un lot de 110 ha appartenant au domaine forestier ont été privatisés grâce à des complicités au sein des différentes administrations qui ont en charge la sauvegarde du domaine privé de l’Etat.

 

Région Kabylie

Wilaya de Tizi Ouzou : Les prix de l’huile d’olive flambent

La production oléicole dans la wilaya de Tizi Ouzou a connu une sérieuse baisse des récoltes. Le prix du litre d’huile d’olive ordinaire atteint les 800 DA, alors que «l’extra vierge» est cédée à 1500 DA.

Béjaïa : Dar Djebel, un quartier délaissé

Les habitants se trouvent confrontés à plusieurs carences qui rendent peu enviable leur cadre de vie.

Aïn Turk (Bouira) : Le développement n’arrive pas à Zeboudja

Les habitants de Zeboudja prennent leur mal en patience en attendant que leur village bénéficie de projets de développement.

Commune de Taouarga (Boumerdès) : L’antique Tigist délaissée

Les vestiges découverts dans cette commune ne sont toujours pas  mis en valeur. Les habitants  réclament des infrastructures de jeunes et le raccordement de leurs foyers au gaz de ville.

 

Région Centre

Des sociétés étrangères et une nationale engagées : L’hypercentre de la capitale connaît des travaux de ravalement

La wilaya a bénéficié d’une première enveloppe de cinq milliards de dinars pour la rénovation d’immeubles, composés de 7200 logements, à Alger-Centre.

Le Professeur Nouar M’hamed achève son mandat de Président de l’A.O.L.F.

L’Association des Orthopédistes de Langue Française (A.O.L.F) tiendra son 14 ème   Congrès  scientifique  à Saint  Pétersbourg  (Russie) du 19 au 23 mai 2014. Le Professeur algérien en  chirurgie-orthopédique,  Nouar  M’ hamed  est   le Président sortant de l’A.O.L.F.  Il achèvera son mandat  (2 années, ndlr)  en Russie, après avoir présidé cette institution scientifique planétaire depuis 2012. L’A.O.L.F regroupe 400 spécialistes et chercheurs en  chirurgie- orthopédique issus de 30 pays des différents continents qui parlent la langue française.

Ben Salah à Oued El Alleug : L’insécurité angoisse les habitants

La population dénonce l’inertie des autorités locales. Le phénomène de la criminalité prend des proportions alarmantes.

Médéa : Le pré-emploi, un provisoire qui dure

Les dispositifs d’aide à l’emploi mis en place par les pouvoirs publics depuis plusieurs années en vue d’absorber un tant soit peu le chômage endémique n’ont pas abouti à des résultats concrets.

 

Région Sud

Dispositif de soutien à l’emploi des Jeunes : Cap sur l’agriculture

La direction des services agricoles assurera la formation des jeunes investisseurs. 1200 jeunes sont concernés par ces cycles d’apprentissage.

Après la mise à feu d’un bureau de la wilaya de Ouargla : Les chômeurs dénoncent des arrestations arbitraires

Les chômeurs ont observé, lundi, un sit-in devant le tribunal de Ouargla, en soutien à leurs amis arrêtés par la police.

Bordj Omar Driss : La santé nécessite une réforme de grande ampleur

Le secteur de la santé dans la région de Temassinine accuse un énorme déficit en matière de prise en charge des habitants de cette localité, la plus anciennement habitée du Tassili n’Ajjer l Une réforme profonde de ce secteur est absolument nécessaire. 

 

Contributions

Un refus de visa peut-il être contesté ?

Le contentieux relatif au visa reste une préoccupation pour toute personne désireuse d’exercer sa liberté de circulation.

Constat sur l’exercice de la profession d’avocat

 

Magazine

Chronique d’une campagne inédite

De quelle Algérie rêvent-ils ?

 

Etudiant

La communauté universitaire réagit : La présidentielle accentue le malaise

Quelques-uns y ont cru, d’autres pas du tout. L’espoir d’un changement exprimé à la veille de l’élection présidentielle par la communauté estudiantine s’est évaporé au lendemain de l’annonce de la reconduction de Bouteflika à la tête de l’Etat. La mobilisation née suite à la candidature contestée pour un quatrième mandat a fait résonner la voix de cette communauté à l’extérieur des enceintes universitaires. Pour certains, le combat pour le changement continue.

Belkacem Boukherouf .Enseignant universitaire en économie et chercheur à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou : D’une «Mecque des révolutionnaires» à un «Temple de larbins»

 

Auto

Mercedes BENZ : GMS s’attaque aux importateurs multimarques

Ces deux modèles ont été introduits par un revendeur multimarques algérien.

Coup de gueule, coup de cœur : Des miradors à défaut de feux tricolores

 

Environnement

Agro-écologie : Plaidoyer pour l’avenir

Près d’un milliard d’habitants vont célébrer aujourd’hui la Journée mondiale de la Terre, dans le but de sensibiliser les habitants à la protection de l’environnement.

La vie serait possible sur cette planète : La Terre a une jumelle !

 

France-actu

Caroline Philibert. Réalisatrice du documentaire A chacun son Algérie : «Plutôt que des réticences, c’est la peur de s’exprimer»

Depuis Dijon, une expérience filmée originale donne la parole à la mémoire portée par des gens ordinaires sur la guerre d’indépendance de l’Algérie. Réalisé par Caroline Philibert et Luc Thiébaut, le documentaire A chacun son Algérie est monté à partir de témoignages de Dijonnais d’aujourd’hui sur l’Algérie de 1954 à 1962.

Un refus de visa peut-il être contesté ?

 

Histoire

Sur l'exécution de Maurice Audin : exécutants, exécuteurs, responsabilité politique

Intervention de René Gallissot à la soirée Nous demandons la vérité sur l'assassinat de Maurice Audin organisée le 24 mars 2014 par la Ligue des droits de l'Homme, Mediapart et l'Association des amis de l' Humanité au TARMAC, Paris.

Célébration de la journée de la femme à Tipaza : Des moudjahidates méprisées par les organisateurs

 

Mode

Fashion night Algiers : Un show… so chic!

C’est une première en Algérie. Vendredi dernier, au Centre commercial de Bab Ezzouar, le public algérois avait rendez-vous avec un show assez particulier : le Fashion Night Algiers.

 

Multimédia

Salon de l'informatique et de la bureautique : Révolution technologique et nouveautés

La 23e édition du Salon international de la communication, de l’informatique et de la bureautique d’Alger (Sicom) sera inaugurée aujourd’hui au Palais des expositions, Alger (Safex) et s’étalera jusqu’au 26 avril.

Mobilité et transformation numérique : Microsoft veut connecter l’Algérie aux TIC

 

Santé

Le Professeur Nouar M’hamed achève son mandat de Président de l’A.O.L.F.

L’Association des Orthopédistes de Langue Française (A.O.L.F) tiendra son 14 ème   Congrès  scientifique  à Saint  Pétersbourg  (Russie) du 19 au 23 mai 2014. Le Professeur algérien en  chirurgie-orthopédique,  Nouar  M’ hamed  est   le Président sortant de l’A.O.L.F.  Il achèvera son mandat  (2 années, ndlr)  en Russie, après avoir présidé cette institution scientifique planétaire depuis 2012. L’A.O.L.F regroupe 400 spécialistes et chercheurs en  chirurgie- orthopédique issus de 30 pays des différents continents qui parlent la langue française.

Semaine mondiale : Promouvoir les bienfaits des vaccins

 

Arts et lettres

Alger. LA FUTURE STATION-MUSéE DE LA PLACE DES MARTYRS : Sous les pavés, l’histoire

Dans le ventre de la ville, le métro de la modernité a rencontré le passé.

FRONTON : Le passé est-il re-cyclable ?

 
Journalism Impact Day 2014 - Elwatan

El Watan 2014 l'info indépendante présidentielle



El Watan Magazine

El Watan Etudiant

ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Les débats d'El Watan

Les débats d'El Watan
Vos réactions
Cache ton Bendir.
Vos bendirs bruyants, nous rendent de plus en plus sourds à vos discours d'un autre âge, dénués de toute vérité. L'armée Algérienne, comme la Police et la gendarmerie, s'arment à outrance, non pas pour la ...   la suite
Argou sur : Le Maroc « craint que l’Algérie devienne le gendarme de la région »
le dessin du jour
LE HIC MAZ
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter

El Watan sur Facebook

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Téléchargements PDF

Journal du 23/04

El Watan week-end

en ligne en PDF