Pages hebdo Portrait
 

Nina Koriz. comédienne, écrivaine, actrice, psychothérapeute

«C’est le cinéma qui m’a ouvert les yeux»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.11.13 | 10h00

«C’est le cinéma qui m’a ouvert les yeux»
zoom | © D. R.

«Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse.»
                            Albert Camus

C’est un parcours singulier que celui de Nina Koriz, Algérienne établie en France depuis 50 ans. C’est une écrivaine qui a une riche culture littéraire. Elève du prestigieux cours Saint Simon de Paris, elle a bénéficié d’une formation d’art dramatique qui lui a permis d’exercer en qualité de comédienne. Elle est aussi psychothérapeute. Elle est surtout pour le lecteur une prometteuse romancière. Ses parents quittent l’Algérie en 1963 alors qu’elle n’a que 2 mois. Elle renoue avec son pays d’origine à la faveur d’un tournage. C’est alors qu’elle rencontre des femmes d’origines et de confessions différentes, souvent ignorées, mais ayant en commun leur participation à la guerre de Libération. Elle décide de sortir de l’ombre, s’identifiant à celles qui souffrent dans la solitude, Nina est authentique dans la proximité avec les préoccupations de ces femmes oubliées…

Née Bada le 11 avril 1963, Koriz a vu le jour à Bou Saâda. Mais ses parents, pour des raisons économiques, émigrent en France. La petite Nina n’avait que 2 mois. C’est de l’autre côté de la Méditerranée qu’elle a grandi et fait des études à Lyon où elle a décroché le diplôme de psychothérapeute. Elle «monte» à Paris pour y travailler tout en suivant des cours d’art dramatique. Ses talents apparaissent et sa passion grandit. Ses rapports à l’Algérie datent de sa prime jeunesse. «Au milieu des années 1970, ma sœur aînée Nacera a fait un stage de volontariat à Tiaret en pleine révolution agraire décrétée par Boumediène au temps du socialisme triomphant pour rester dans la sens de l’histoire. J’avais 10 ans. J’ai commencé à regarder l’Algérie différemment. Il y avait un vieux monsieur, un paysan, qui nous racontait le pays. J’étais toute ouïe. Cela m’intéressait. En France, au lycée, j’avais fait un exposé sur l’Algérie en construction et l’image de la réalité ne renvoyait pas forcément aux idées reçues.»

Une vocation est née

Elle songe déjà à lever le voile sur des comportements insoupçonnés. Puis, de retour en France, elle découvre le film Chronique des années de braise, en 1975. «Je me souviens que l’Amicale des Algériens en Europe avait lancé des invitations pour toute la communauté algérienne de l’Isère. Ça a été un coup de poing dans le cœur et dans l’âme. Je découvris l’histoire de l’Algérie et la puissance du cinéma. Le spectacle était autant à l’écran que dans la salle en effervescence. Des ouvriers au bout du rouleau, abattus par des heures de labeur, étaient là à s’époumoner, applaudissaient et dansaient. J’avais compris que le cinéma avait cette magie de donner de la puissance, du souffle, de faire renaître la fierté, la fierté d’être Algérien, d’autant que c’était difficile de l’être avant ce film.Les cicatrices étaient encore à vif. On vivait discrètement. Ce film nous dit d’avoir des raisons d’être debout. C’était le révélateur de mon identité, sachant que nos parents n’en parlent pas ou peu…»

C’est ce film qui l’influence énormément, suscitant chez elle de l’admiration et une envie folle de devenir comédienne. «Mon souhait, c’était de voir Lakhdar Hamina pour lui dire ma reconnaissance. Et comme parfois le hasard fait bien les choses, c’est à l’occasion d’un casting que j’ai rencontré Mohamed et son fils Malik Lakhdar Hamina en Algérie. Tourner un film était pour moi l’occasion d’y séjourner plus longtemps et autrement que je ne l’avais fait jusqu’alors en période de vacances à Bou Saâda. Le film de Malek Hamina s’appelait Automne et évoquait les événements d’Octobre 1988.» «Nous étions à la veille des élections législatives de 1991 et le tournage s’est fait dans un climat de tension et d’insécurité qui m’ont plongée dans la réalité oppressante qui était le quotidien des Algériens.»

A titre personnel et en marge de son métier de comédienne, Nina a rencontré des gens, des femmes en particulier, pour savoir quel serait leur choix au moment du vote, leurs préoccupations, leurs attentes. Avec une vue sur le cheminement de ce pays depuis son indépendance, aux espoirs et aux attentes générées par l’euphorie de la libération et si vite déçus… Le film a été tourné à Alger et en Kabylie. Et Nina qui a joué le rôle principal en est sortie grandie. Indépendante, pugnace, curieuse, Nina s’en est allée sur les monts de Kabylie et les plaines de la Mitidja à la rencontre de ces mères courage qui avaient des destins fabuleux pendant la Révolution.

«Avant, j’avais des idées très simplistes. Je voyais les maquisardes confinées dans les rôles d’infirmières ou de cuisinières. En rentrant en France, j’ai lu des livres retraçant le parcours ignoré de ces femmes. Je me suis rendu compte que c’étaient les grandes oubliées de l’Algérie. Une immense amnésie qui me rappelle La femme sans sépulture, œuvre d’Assia Djebar. J’ai été aussi impressionnée par la Bataille d’Alger de Gilo Pantecorvo et Djamila de Youcef Chahine et de quelques films faits par des étrangers durant les années 1950. A partir de là, j’ai décidé de m’approprier la guerre d’Algérie en me documentant à loisir. Je suis venue en Algérie en compulsant les journaux et les archives, les tracts. Je suis allée rencontre des moudjahidate anonymes, analphabètes. J’ai eu beaucoup de mal à les convaincre de ma mission. Elles ne voulaient pas, car elles pensaient que j’étais une journaliste. Je leur ai dit que c’était un roman écrit pour les générations futures. L’argument de la transmission a été accepté. Elle m’ont raconté des choses hallucinantes.»

L’Algérie au cœur

«En France, j’ai rencontré des Européennes qui ont participé à la guerre aux côtés des Algériens. Enfin, j’ai travaillé sur les témoignages des époux Chaulet et des autres. Cela m’a pris 4 ans. Ça a donné chair à des personnages qui racontent des destinées de femmes. J’ai mis en avant leurs blessures, leurs angoisses.» C’est ainsi qu’est né Femmes de cœur, un bel hymne qui se décline en 370 pages paru aux Editions Zyriab. Cette expérience lui a donné un sens infaillible du rôle du cinéma lorsqu’il est sincère. Le père de Nina, Boudina Bada, était parti en France à l’âge de 16 ans pour exercer des petits métiers, notamment garçon de café.

C’était en 1948. Il est retourné au pays en pleine guerre. Il s’est marié à Bou Saâda et a eu 4 enfants. Pour des raisons économiques, il retourne en France en 1963, où il s’établit en Isère jusqu’à sa retraite à la fin des années 1990. Il retourne au bercail à Bou Saâda, la cité du bonheur qui fait toujours rêver Nina. «Je suis amoureuse de cette ville belle et attrayante. Etienne Dinet ne l’a pas choisie pour rien comme ça par hasard. Comme c’est un artiste et qu’il a du goût, on ne peut douter de ses choix. Moi, en tout cas, j’en suis très fière. Chaque fois que je retourne en Algérie, j’ai un besoin viscéral d’atterrir dans ma ville, regarder ses couleurs sublimes. J’aimerais être enterrée là-bas.»

Puis, revenant au cinéma et au constat qu’elle a pu faire lors de ses déplacements en Algérie, Nina s’interroge : «L’Algérie a la chance d’avoir des cinéastes doués qui ont de très bons sujets de films. Maintenant, j’ai pu me rendre compte de l’extrême pauvreté et de la rareté (pour ne pas dire l’inexistence) des infrastructures en la matière. Il est urgent d’ouvrir des salles de cinéma. Le public est demandeur, comme il est demandeur de culture et de connaissance. Au SILA où je présentais mon roman, j’ai réalisé à quel point les Algériens sont curieux, passionnés, avides d’échanges avec les artistes, les créateurs. Un peuple qui a faim de savoir est un peuple en éveil, en mouvement. Il faut donc le nourrir en conséquence, car la ressource humaine est la première richesse d’un pays…».

Nina ne reste pas insensible à la situation de nos ressortissants en France : «De très nombreux Algériens et Algériennes de la ‘‘seconde’’ génération ont brillamment réussi leur insertion professionnelle et sociale dans des domaines aussi divers que la médecine, le droit, l’enseignement, etc. Mais ils n’intéressent pas les médias qui préfèrent braquer leurs projecteurs sur ceux qui sont en échec et qui commettent des actes de délinquance. Cette stigmatisation a toujours cours aujourd’hui malgré l’engagement (et la prise de responsabilité) de plus en plus d’Algériens dans les partis politiques. La ‘‘troisième’’ génération est aujourd’hui adulte et je constate que ces jeunes ont autant de mal que leurs aînés, sinon plus, du fait de la crise économique et de leur origine qui demeure un sujet sensible et passionnel.»

Son regard sur l’Algérie des temps présents est implacable. «Elle n’est plus du tout celle que j’ai connue en 1991. Les années de terreur, d’horreur sont passées par là et je ressens aujourd’hui chez les jeunes de 20 ans et plus un besoin compulsif de posséder. ‘‘L’avoir’’ a supplanté ‘‘l’être’’. En 1991, on me parlait du besoin de liberté d’expression, de confession religieuse, du désir de voyager, d’étudier, de trouver un logement pour pouvoir fonder une famille. Aujourd’hui, j’ai l’impression que la vie matérielle est devenue le centre des préoccupations et qu’il y a urgence à acquérir ‘‘vite’’ et ‘‘beaucoup’’. C’est comme si l’imminence de la mort rôdait en permanence et qu’il fallait profiter de la vie quels qu’en soient les moyens pour y parvenir…» Dans son livre Des femmes de cœur, elle entend encore leurs complaintes tinter à ses oreilles. C’est un témoignage émouvant, même s’il est romancé. C’est une fresque que Nina abritait depuis longtemps. si elle n’avait pas écrit ce livre, elle risquait d’être ensevelie par le silence qui tue.

L’oubli cet ennemi

Elle n’a cessé de replacer l’homme et la femme au centre du monde et de faire de leur destin individuel un des éléments essentiels de l’histoire collective. Tout son récit s’inscrit dans le droit fil de la réconciliation des rapports apaisés et contre tous les fabricants de haine et d’exclusion. Et à l’égoïsme des hommes (et des femmes), elle propose un vaste et puissant chant d’espoir. En avançant dans ses écrits où ses personnages ont été délibérément changés, les blessures originelles apparaissent. Nina a visiblement pris part à ces secondes voix qui lui permettent de faire part de ses doutes et de ses interrogations. Mais elle reste sans voix devant des situations impardonnables.

«J’aimerais pour ma part ajouter que la plupart des moudjahidate que j’ai rencontrées vivent dans des conditions matérielles très précaires, pour ne pas dire un dénuement inacceptable pour une nation qui leur doit reconnaissance et aujourd’hui assistance. Pour beaucoup, leurs démarches administratives se sont soldées par des échecs et de guerre lasse elles ont fini par abandonner. J’en appelle donc aux responsables politiques pour qu’un recensement soit fait (vu leur âge, elles ne sont plus très nombreuses) afin que leur soit donnée la possibilité de vivre leurs dernières années de manière décente et dans la dignité. C’est bien le moins qu’on puisse faire pour elles qui nous ont donné un pays…».

Kafka avait écrit que l’écriture est une attaque contre les frontières. Pour Nina, c’est une manière à elle de les repousser.
«Celui qui m’a éditée, M. Necib, avait écrit sur Bou Saâda. Il a lu mon livre d’une traite. J’ai appris qu’il avait fait une intéressante étude sociologique sur ma ville. Il ne savait pas que j’étais originaire de Bou Saâda. C’est un hasard extraordinaire. Et pour paraphraser Théophile Gautier, ‘‘le hasard n’est-ce pas le pseudo de Dieu quand il ne veut pas signer...».

 

Parcours :

Bada Nina Koriz est née le 11 avril 1963 à Bou Saâda. A 2 mois, elle part avec ses parents en France qui s’établissent dans l’Isère. Comédienne, actrice, écrivaine, psychothérapeute, Nina a joué un premier rôle dans le film Automne tourné en 1991 par Malek Hamina et qui relate les événements d’Octobre 1988.

Depuis 13 ans, elle gère un centre de formation à Paris où elle accompagne des femmes originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne vers leur insertion professionnelle.
En marge du tournage, l’idée lui est venue d’aller à la rencontre des femmes des deux rives ayant pris part à la guerre de Libération. Ce travail de recherche se poursuivra de longues années durant pour aboutir à la naissance de Femmes de cœur, son premier ouvrage paru aux Editions Zyriab. Nina, qui vit en France, effectue de fréquents séjours à Bou Saâda, où sa famille s’est réétablie. Nina est mariée et mère de Myriam, 15 ans.

Hamid Tahri
 

 
Sur le même sujet
HOMMAGE. OSMAN BECHIKH, ACTEUR ET MEMBRE DE LA CINéMATHEQUE : Ce gentleman...
«Mon ami, mon double», un film sur Abderahmane Bouguermouh
PARUTION. LE DERNIER BOUDJEDRA : Une saison inédite
Du même auteur
Khaoula Taleb Ibrahimi. Spécialiste en sciences du langage, professeure à l’université d’Alger, militante des libertés : «Le pouvoir ne communique qu’avec sa clientèle»
Omar Benmahdjoub. Ancien membre de l’OS, du bureau politique du FLN (1964) et de l’Assemblée : Du djebel Ouarsenis aux frontières
Adolfo Suarez. Ancien Premier ministre, architecte de la transition en Espagne, décédé dimanche : «Comment j’ai réussi la transition…»
Athmane Ariouet : Le poète a toujours raison…
Tayeb Talbi (Thaâlibi), dit si Allel. Ex-membre du Conseil national de la Révolution Algérienne, moudjahid désabusé : La Révolution, ses faiseurs et ses imposteurs…
 
Tous les titres d'El Watan

Actualité

En Espagne, l´élection présidentielle a été marquée par le boycott et l´indifférence

Un peu plus de 12 % des 24 912 électeurs inscrits sur les listes électorales des Consulats d’Algérie à Madrid, Barcelone, et à alicante se sont déplacés aux 18 bureaux de vote mets à leur disposition, du 12 au 17 avril 2014 .Abdelaziz Bouteflika est sorti avec plus de 70% des suffrages exprimés.

Il ne reconnaît pas la victoire de Bouteflika : Benflis appelle à combattre le système

Sellal toujours en campagne pour le président : «C’est nous qui avons besoin de Bouteflika, pas le contraire»

Abdelaziz Belaïd : «Le plus dur nous attend»

Touati dénonce la fraude : «Cette élection n’a aucun sens»

Un fort taux d’abstention et une large «victoire» pour Bouteflika : Score à la brejnévienne !

Repère : Abstention-sanction

Louisa Hanoune arrive en 4e position : La grande désillusion

L’image de Bouteflika dénude le système : Un président «dirigé» pour une Algérie qui regarde ailleurs

Surveillance de l’élection : Deux commissions, zéro résultat

 

Sports

Réflexion sur la loi, l’esprit de la loi et le libre arbitre en football : Trois situations récurrentes débattues

Mondial 2014 / Italie : La guerre des sept buteurs

Le billet du Mondial dévoilé par la FIFA

Valcke va inspecter trois stades inachevés

Mondial 2014 - Sao Paulo : Mea culpa du responsable des travaux

Brésil- Argentine le 11 octobre à Pékin

 

Economie

L’état prend le contrôle de Djezzy

Vimpelcom empoche 4 milliards de dollards de dividendes Djezzy transférera 4 milliards de dollars à Vimpelcom au titre des dividendes bloqués depuis 2009.

Moyen-Orient et Afrique du Nord : Le FMI lance un débat sur le changement économique

Les brèves

L'Algérie acquiert 51% du capital Orascom Telecom Algérie OTA

Pour développer son secteur long courrier : Aigle Azur renforce sa flotte avec deux Airbus

Rachat de FagorBrandt : Cevital reçoit le feu vert de la justice française

 

International

Accord de Genève sur l’Ukraine : Le niet des insurgés séparatistes

La paix en Ukraine n’est manifestement pas pour demain. Les insurgés séparatistes de l’est de l’Ukraine ont rejeté hier l’accord conclu jeudi à Genève, lui préférant une réforme constitutionnelle. 

L’université au cœur de la crise en égypte : «Les militaires n’ont pas peur de nous !»

Face à la misère en Jordanie, certains préfèrent retourner en Syrie : Le drame des réfugiés syriens

Colonisations et non-libération des prisonniers : L’UE critique les décisions d’Israël

Turquie : Gül exclut un ticket avec le «président» Erdogan

Les brèves

 

Culture

Concert de jazz à Alger : « Nights in Tunisia » : L’effet Dizzy Gillespie

La formation de jazz Diagonal, à travers son projet  Nights  in  Tunisia, donner un concert, le lundi 28 avril à 19h, à  salle Ibn Zeydoun, à Alger

Mort de l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez : Adios Gabo !

Garcia Marquez et l'Algérie : Un Colombien vaut bien un Algérien

Automobile club d'Egypte de Alaâ El Aswany : Le roman du face-à-face entre nantis et serviteurs

Alaa El Aswany. Romancier : «Il s’agit de la relation dominant-dominé»

Souad Asla, l’authentique Sahrouia sur scène

 

Région Est

Projet du palais des expositions de Zouaghi : Les travaux au point mort

Au fur et à mesure de l’avancement des chantiers, l’on s’aperçoit que les projets ont été lancés dans la précipitation au niveau central, ce qui ouvre la voie à tous les dépassements.

Réhabilitation des écoles primaires : 200 millions de dinars végètent dans les tiroirs

En dépit de la disponibilité des moyens financiers, l’opération n’a toujours pas été lancée à cause des procédures administratives imposées par le code des marchés.

Annaba : 72 individus sous mandat de dépôt

Commerce de bazar à El Milia (JIJEL) : La nouvelle vocation de Trik Ezzaoualia

Plateforme pétrochimique : Les agents de sécurité durcissent le ton

Tazoult (Batna) : La vespasienne de la discorde

Biskra : Arrestation du meurtrier de la gare routière

Souk Ahras : Lancement imminent de la 4G

 

Région Ouest

EL Aoumeur et Slatna (Boufatis) : Le transport public est défaillant

À El Aoumeur tout comme à Slatna, le transport est quasi inexistant, ce qui pousse les habitants de ces deux localités à recourir au transport clandestin.

Mostaganem : 200 aides supplémentaires au logement rural

Chlef : La CNAS lance la télé- déclaration des cotisations

Ghazaouet : Les parents d’élèves revendiquent une passerelle

Sidi Bel Abbès : La ville se prépare au festival du théâtre professionnel

Cimenterie Lafarge d'Oggaz à Mascara : La solidarité avec les employés licenciés prend forme

Tiaret : 132 familles relogées à Rahouia

Saïda : Progression alarmante de la tuberculose

 

Région Kabylie

Éleveurs et producteurs de lait à Tizi Ouzou : Protestation au siège de la wilaya

Des dizaines d’éleveurs de bovins et de producteurs de lait ont procédé avant-hier à la fermeture des sièges de la direction des services agricoles et de la chambre de l’agriculture de la wilaya.

Inauguration de la stèle Saïd Mekbel à Béjaïa : Le wali «récupère» l'événement

La placette aménagée à la cité Rabéa, dans la ville de Béjaïa, au centre de laquelle trône un buste de Saïd Mekbel, journaliste assassiné le 3 décembre 1994, a enfin été réceptionnée.

Wilaya de Bouira : Des familles croupissent dans des garages

8000 DA de loyer pour vivre dans un garage de 20m2. Aucune promesse de relogement pour ces familles en détresse.

Secteur de la santé à Boumerdès : Les consultations spécialisées «sorties» des hôpitaux

Le transfert des consultations spécialisées vers les polycliniques a provoqué le mécontentement de nombreux patients de la région.

 

Région Centre

L’EPIC créé en 2013 est opérationnel depuis janvier ExtraNet, une nette amélioration !

L’Epic ExtraNet couvre 29 communes, soit 80% de la superficie de la wilaya d’Alger l En plus des locations, l’établissement de la wilaya compte acquérir une vingtaine de camions.

Tipasa : Un taux plus bas que celui de 2009, Bouteflika en tête

Conférence sur l’efficience énergétique à Blida : Vers le respect des normes de l’isolation thermique

Laghouat : Une eau à la couleur suspecte

 

Région Sud

Déficit en parcs d’attraction et de loisirs à Tamanrasset : Les parents exigent la création d’espaces de jeux

La ville de Tamanrasset accuse un déficit énorme en matière d’espaces d’attraction et de loisirs, notamment en ce qui concerne les parcs de jeux pour enfants.

Ouargla : La CNDDC dénonce une campagne médiatique diffamatoire

Dans communiqué de presse rendu public mercredi, le comité national pour la défense des droits des chômeurs «condamne vigoureusement le discours diffamatoire soutenu par des chaînes de télévision privées ainsi que certains candidats à la présidentielle».

Djanet : Importante saisie de drogue et de psychotropes

Les éléments de la sûreté de daïra de Djanet, relevant de la sûreté d’Illizi, ont arrêté deux personnes impliquées dans la commercialisation de drogue, a-t-on appris auprès de la sûreté de wilaya.

 

Contributions

Pourquoi le déclin du monde arabo-musulman relève d’une fausse conception de l’Histoire ?

L’humanité, et cela est incroyable malgré toute sa complexité, se lit au fond presque à livre ouvert. Et c’est cela qui fait sa richesse.

Quid des intellectuels algériens

 

Magazine

Chronique d’une campagne inédite

De quelle Algérie rêvent-ils ?

 

Etudiant

Situation délétère à Ghardaïa : L’Université va mal

«On ne comprend plus ce qui se passe. On est fatigués. On veut que ça cesse. C’est notre avenir qui est en danger.» Cette phrase est revenue dans la bouche de Rabab, Sara, Belkacem, Mohamed, Amine et tant d’autres étudiants de Ghardaïa, malékites soient-ils ou ibadites. Des étudiants qui vivent au quotidien, depuis des mois déjà, un regain de violence inouïe, qui les prend en tenaille, menaçant sérieusement leur cursus universitaire. Reportage.

Métallogénie, à la recherche des minéraux utiles

 

Auto

Mourad Oulmi, nouveau président de l’AC2A

Le PDG du groupe Sovac, Mourad Oulmi, a été désigné à la tête de l’AC2A, l’association des concessionnaires automobiles d’Algérie. Il remplace ainsi Lachachi Abderrazak, qui était président par intérim et qui vient d’être installé au poste de directeur exécutif de l’association.

Activité de concessionnaire automobile : Quand l’agrément pose problème

 

Environnement

La vie serait possible sur cette planète : La Terre a une jumelle !

Baptisée Kepler, cette planète est dans une zone dite habitable et où l’eau serait en état liquide.

Découverte : Un herbivore âgé de 300 millions d’années

 

France-actu

Recueillement au Père-Lachaise : Ali Mécili rassemble toujours

Le recueillement en hommage à la mémoire de Ali Mécili a rassemblé, hier au cimetière parisien du Père-Lachaise, plusieurs dizaines de militants de tous bords politiques et associatifs.

Premier jour de vote à l’étranger : Faible engouement en France

 

Histoire

Sur l'exécution de Maurice Audin : exécutants, exécuteurs, responsabilité politique

Intervention de René Gallissot à la soirée Nous demandons la vérité sur l'assassinat de Maurice Audin organisée le 24 mars 2014 par la Ligue des droits de l'Homme, Mediapart et l'Association des amis de l' Humanité au TARMAC, Paris.

Célébration de la journée de la femme à Tipaza : Des moudjahidates méprisées par les organisateurs

 

Mode

Fashion night Algiers : Un show… so chic!

C’est une première en Algérie. Vendredi dernier, au Centre commercial de Bab Ezzouar, le public algérois avait rendez-vous avec un show assez particulier : le Fashion Night Algiers.

 

Multimédia

Mobilité et transformation numérique : Microsoft veut connecter l’Algérie aux TIC

Microsoft a organisé, pendant deux jours à Alger, un événement majeur «Connect Algeria 2014».

El Khabar lance sa chaîne KBC : Il passe à la télévision

 

Santé

Alerte sur un médicament biosimilaire mexicain : Un produit encore commercialisé en Algérie

Le ministère de la Santé et la Commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires (Cofépris)mexicains ont lancé une alerte sanitaire, le 14 mars dernier, pour le retrait d’un médicament biosimilaireb anticancéreux fabriqué au Mexique et importé par l’Algérie.

Commercialisation des médicaments Biosimilaires : Des traitements qui ne sont soumis à aucune législation

 

Arts et lettres

Alger. LA FUTURE STATION-MUSéE DE LA PLACE DES MARTYRS : Sous les pavés, l’histoire

Dans le ventre de la ville, le métro de la modernité a rencontré le passé.

FRONTON : Le passé est-il re-cyclable ?

 
Journalism Impact Day 2014 - Elwatan

El Watan 2014 l'info indépendante présidentielle



El Watan Magazine

El Watan Etudiant

ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Les débats d'El Watan

Les débats d'El Watan
Vos réactions
Cache ton Bendir.
Vos bendirs bruyants, nous rendent de plus en plus sourds à vos discours d'un autre âge, dénués de toute vérité. L'armée Algérienne, comme la Police et la gendarmerie, s'arment à outrance, non pas pour la ...   la suite
Argou sur : Le Maroc « craint que l’Algérie devienne le gendarme de la région »
le dessin du jour
LE HIC MAZ
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter

El Watan sur Facebook

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Téléchargements PDF

Journal du 19/04

El Watan week-end

en ligne en PDF