Pages hebdo Magazine
 

Bureaucratie, «fatwas», incivilité, insécurité, manque d’hygiène…

un tourisme agonisant en Algérie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.08.17 | 12h00 Réagissez

La wilaya de Mila pourrait devenir un pôle pour le thermalisme à part entière, compte tenu du nombre important de sources thermales qu’elle recèle et de l’importante affluence que ces établissements connaissent, même en période estivale.

Le tourisme en Algérie se porte mal, selon les spécialistes, ce qui est vrai, c’est comme si chacun poussait nos touristes hors de nos frontières, chez nos voisins et souvent dans des pays lointains.

Nos quotidiens d’information font même état de facilités des sorties avec moins d’attente aux frontières. Ce qui est bien, mais faciliter l’entrée au pays, en particulier par mer, c’est encore mieux [près de 5 heures d’attente au port de Béjaïa].
Il est urgent de mettre fin aux entraves bureaucratiques et environnementales multiples :

- Pas de livret de famille, pas de chambre pour le couple légitime.
- Documents d’identité oubliés, pas de chambre non plus.
- Quand le vacancier, résidant dans un établissement balnéaire se rend à la plage, il ne trouve plus de place, tout est squatté, quand il veut faire le tour de ville ou visiter des sites, pas de moyens de transport approprié…
- Quand le touriste sort avec sa femme, sa sœur, sa fille, il essuie des regards foudroyants, lorsqu’il est agressé dans la rue personne ne lui vient en aide.
- Quand il sort de son portefeuille une carte de crédit, on lui exige du cash.
- Sans oublier les fréquentes coupures d’électricité, d’eau, de routes.
- De plus, le mauvais état de celles-ci invite à une circulation escargot…

Ceci constitue quelques raisons décourageantes, mais pourtant faciles à lever.
A l’étranger, les hôtels coûtent cher et ne désemplissent pas, toute la machine hôtelière et touristique est bien huilée.
Ici, tout le monde oublie l’amour du pays, le sens du devoir, ce pays féerique. Il y a un potentiel considérable et unique à mettre en œuvre et nos valeurs traditionnelles doivent être mises en avant :

- Notre culture, notre révolution exemplaire, autrefois admirée de tous, notre fibre patriotique.
- La courtoisie, l’hospitalité, la qualité du service, le respect, l’hygiène, la sécurité, la justice avec toute sa rigueur et sa force pour réprimer les cas d’incivisme…

Il faut que nos représentations diplomatiques jouent leur rôle de vendre la destination Algérie. Notamment auprès des émigrés et de leurs enfants, qui dépensent de fortes sommes en optant pour des vacances dans d’autres pays, alors qu’ils ont le devoir et l’obligation morale d’apporter quelque chose au leur.
Pour développer le tourisme en Algérie, il faut aussi que chacun s’y mette sérieusement, en commencent par :

- La mise en œuvre de nos vraies valeurs intrinsèquement supérieures à celles de nos voisins, et l’éveil de notre fibre patriotique…
- Nos médias doivent éduquer, sensibiliser, développer une image positive du pays [a-t-on déjà oublié les images de l’Algérie vue du ciel] et cesser de présenter des émissions néfastes [en particulier durant le Ramadhan] se moquant des handicapés par des bégaiements…

Dans les années 1970, nous attirions des dizaines de milliers d’étrangers juste pour nos valeurs reconnues, nos richesses multidimensionnelles et un accueil et une générosité exemplaires, avec pourtant des structures d’accueil dérisoires.
Il en est autrement aujourd’hui et il est urgent que cela change positivement.

Khoudir Aroudj
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie