Pages hebdo Magazine
 

Philatélie . l’avifaune sur les timbres algériens

Un loisir instructif et passionnant

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.06.17 | 12h00 Réagissez


Les ornithologues amateurs algériens viennent de tenir leurs premières journées nationales, organisées les 19 et 20 mai dernier par l’association Aquacirta de Constantine. Un véritable événement pour ces amoureux des oiseaux, qui, outre l’aspect récréatif de ce loisir, réalisent un grand travail scientifique d’observation, de recensement et de préservation de la faune. La rencontre a été aussi une belle opportunité pour les profanes, qui découvriront plein de choses sur le monde merveilleux des oiseaux. Un domaine qui connaîtra son âge d’or à partir du XIXe siècle, où le premier catalogue des oiseaux d’Algérie fera son apparition dès 1846. La mise à jour de l’avifaune en Algérie en 1981 a permis de recenser 402 espèces d’oiseaux, sur les 10 000 espèces existant dans le monde et 2 650 espèces en Afrique. Ce qui veut dire que l’Algérie recèle 15% des espèces en Afrique et 4% dans le monde. Ce qui n’est pas négligeable. Comme pour les ornithologues, amoureux des oiseaux, les philatélistes comptent aussi dans leur grande famille des milliers de passionnés de par le monde par cette thématique  très prisée. Certains ont même fait des collections à part entière. On ne se trompe pas si on invente le mot «philornithologues» pour désigner ces passionnés d’oiseaux à travers les timbres. La preuve en est donnée par le catalogue philatélique algérien.

En le feuilletant, on a l’impression de lire un petit guide des oiseaux d’Algérie, grâce à une douzaine d’émissions parues entre 1976 et 2010, soit en tout 39 oiseaux illustrés. Les philatélistes apprendront aussi à connaître les noms scientifiques de ces espèces. Les premières belles séries de timbres imprimés chez le Suisse Courvoisier, émises le 24/1/1976 et le 19/5/1977, ont fait leur apparition durant l’âge d’or de la philatélie algérienne.

Ils ont révélé des espèces, comme l’amarante du Sénégal (Lagonostica senegala), la tchagra (Tchagra senegala cucullata), la mésange bleue (Parus caerulus ultramarinus), le ganga unibande (Ptérocles orientalis), la fauvette de l’Atlas (Sylvia deserticola), le rougequeue de Moussier (Phoenicurus moussieri), l’alouette bilophe (Eremophila bilopha) et la célèbre huppe fasciée (Upupa epops). La fameuse sittelle kabyle (Sitta Ledanti), sujet d’un timbre paru le 18/10/1979, est un oiseau à l’origine d’une belle histoire, qui avait fait sa renommée mondiale et que les spécialistes connaissent bien, après sa découverte le 5/10/1975 dans la région de Djebel Babor, en Algérie, par l’ornithologue belge Jean-Paul Ledant (l’oiseau a été baptisé en son nom). L’annonce de la découverte de cette espèce, qui était inconnue jusque-là, mais aussi rare et menacée, avait même étonné les ornithologues en Europe.

La nouvelle avait fait le tour du monde. Elle fera l’objet d’un article paru dans Le Monde du 28 juillet 1976, repris par les revues spécialisées Sciences et Vie et La Vie des Bêtes. Inconnue jusque-là, la sitelle kabyle est devenue en quelque temps une vedette mondiale, ce qui avait poussé les autorités algériennes à organiser en 1979 un séminaire international sur l’ornithologie algérienne, avant de consacrer durant la même année un timbre à ce petit oiseau. La richesse de l’avifaune en Algérie sera également mise en valeur dans plusieurs timbres sous divers thèmes. C’est ainsi que Kamredine Krim sera le premier dessinateur d’une série consacrée à la protection de la nature, parue le 23/12/1982, où l’on découvre l’ibis chauve, l’outarde, l’aigle des steppes et le gypaete barbu. Les émissions consacrées aux oiseaux suivront à une cadence régulière sous la signature de Sid-Ahmed Bentounes, devenu le dessinateur attitré des oiseaux, avec la parution, le 15/10/1987, d’une série illustrant le flamant rose, la poule sultane, le milan royal et l’Elanion blanc. Une autre sortira le 20/12/1995 avec pour thème le gibier aquatique (Tadorne de Belon et la bécassine des marais). Le 11/11/1998 quatre timbres ont révélé le balbuzard pêcheur, le goeland d’Audoin, le cormoran huppé et le grand cormoran. Une charmante série de petits oiseaux dessinée par Mounir Azzouz fera son retour le 19/1/2000 avec le pinson, le serini ciri, le bouvreuil et l’adorable chardonneret.

Dans cette belle collection de timbres émis de 2001 à 2010, on trouve également les oiseaux d’eau (oie cendrée, avocette, butor étoilé, courlis cendré), les pigeons (pigeon ramier, pigeon biset), les échassiers (cigogne blanche, cigogne noire, spatule blanche, grue cendrée) et les rapaces (aigle royal, faucon lanier, faucon pèlerin). Une grande richesse qui laisse les passionnés dans l’attente de nouvelles émissions et de nouvelles découvertes.  
 

Arslan Selmane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie