Pages hebdo Magazine
 

Parc d’attractions de Corso (Boumerdès)

Quand plage et manège font bon ménage

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.08.17 | 12h00 Réagissez

Quand plage et manège font bon ménage

Jamais plage, forêt et parc d’attractions n’ont fait aussi bon ménage qu’à Corso, une localité balnéaire sise à 2 km à l’ouest de Boumerdès. En effet, dès l’approche de la plage, un parc d’attractions composé de deux parties distinctes, parc Nedjma et parc Panda, invite vos enfants à un joyeux défoulement sur des manèges, petit lac en pneumatique et toboggan.

E t à des prix à la portée des bourses modestes. Les adolescents, eux, ont droit aux autos-tamponneuses et au «mur de la mort» à bord d’une moto tournant en cercle pour défier la loi de l’équilibre, en garantissant de fortes émotions. A côté, au Panda Parc, vous êtes conviés à vous attabler gratuitement après avoir garé votre voiture sans contrepartie.

Le lieu respire la propreté. Des toilettes publiques pour hommes et femmes sont à votre disposition. Même la terre est recouverte de tartan synthétique, vous donnant l’impression du gazon. Pendant que vos enfants jouent en passant d’une attraction à une autre moyennant 50 DA pour chacune, vous pourrez siroter un rafraîchissant. Sinon, vous avez le choix entre la forêt avec ses jeux, ses randonnées équestres sur des chevaux ou des poneys, à votre convenance, ou encore des tours de mini-cars, ces voiturettes où vos enfants pourront simuler la conduite de papa.

Tout y est : la kheïma, qui propose des plats traditionnels et des thés du Sahara, des restaurants aux différents mets jusqu’aux repas légers comme les m’hadjebs ou les fast-foods. Vous voulez faire des économies ? Soit, vous pourrez ramener vos casse-croûtes faits maison et vous attabler en pleine forêt pendant que vos chérubins s’éclatent à la balançoire ou à la maison cubique, quand ils ne préfèrent pas le trampoline ou les glissades. L’entrée est fixée à 50 DA pour le parking.

Le reste dépend uniquement de votre consommation. Autrement dit, la journée à la plage peut comprendre des jeux d’enfants sans que cela revienne trop cher. Une aubaine par ces temps de crise et d’inflation. Toutefois, cet exemple démontre qu’il est possible aux collectivités locales de diversifier leurs recettes et de s’impliquer dans un tourisme de masse. A condition de veiller à la propreté des lieux et à des sources d’énergie indispensables à ce genre d’activités.

Car les pannes électriques sont fréquentes, avec le risque d’incendie provoqué par une étincelle suite à un mauvais branchement ou à une surcharge. Des améliorations sont susceptibles d’être apportées progressivement si volonté des pouvoirs locaux il y a. Les propos du gérant d’un parc l’illustrent parfaitement : «Nous avons eu d’énormes difficultés à louer cet espace. Pourtant, nous pouvons faire encore mieux que cela. Nous pouvons ramener du matériel sophistiqué pour investir et monter un ‘‘Corso Land’’ si des facilités nous étaient accordées.»
 

Hachemane Lakhdar
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie