Pages hebdo Magazine
 

Philatélie : Présence française sur les timbres algériens

Quand la tour Eiffel vole la vedette

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.04.17 | 12h00 Réagissez


Depuis la visite, le 14 février dernier, à Alger, d’Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle en France, et ses déclarations sur le passé colonial de son pays, les débats ne cessent de s’animer à l’approche du rendez-vous électoral du 23 avril en France, soit dimanche prochain. Pour des raisons historiques, politiques, économiques et sociales qui marquent les liens entre les deux nations, cette date continuera toujours d’intéresser les Algériens, toutes classes confondues, comme cela a déjà été le cas durant les décennies écoulées.

Dans l’histoire philatélique algérienne, la première présence française sur des timbres locaux s’est manifestée surtout dans la première figurine émise après l’indépendance (le 1/11/1962), plus connue par le «1+9», et qui a été l’œuvre du dessinateur français G.A. Vallée, alors que l’on considère toujours ce timbre comme un produit authentiquement algérien. La présence française apparaîtra encore dans une émission consacrée aux Jeux olympiques d’hiver organisés à Grenoble en 1968. Sur l’un des deux timbres émis le 21/10/1967, de valeur 0,30 DA, l’artiste, Bachir Yelles, avait illustré sur un fond bleu la station de Chréa, avec des skieurs qui «surfaient» sur la neige.

Une image idyllique pour l’Algérie de l’époque. Sur le second timbre, de couleur rouge, de valeur 0,95 DA, a été représentée la ville de Grenoble, avec en toile de fond des symboles des différentes disciplines de cette compétition. On ne connaît pas à ce jour les raisons qui ont poussé la Poste algérienne à illustrer sur des timbres des jeux organisés dans une ville française. L’émission sera la première et la dernière sur cette compétition, à laquelle l’Algérie a rarement pris part. Il faudra, tout de même attendre 30 ans pour voir la représentation sur un timbre algérien d’un des symboles historiques et emblématiques de la France :la tour Eiffel.

Ce n’est pas étrange pour un monument classé patrimoine de l’Unesco en 1991 et qui a fêté ses 128 ans le 31 mars dernier. Le timbre, paru le 15/4/1998, a été réalisé par Sid-Ahmed Bentounes, à l’occasion de la Coupe du monde de football organisée par la France. La tour Eiffel sera gâtée une seconde fois, en apparaissant sur le timbre commémorant le 40e anniversaire des événements du 17 Octobre 1961 à Paris. Une troisième apparition de ce monument sur un timbre algérien se fera dans une émission de deux timbres, émis le 19/2/2003, à l’occasion de l’Année de l’Algérie en France, en 2003. Pour la première fois aussi, on voit le drapeau français représenté sur une figurine algérienne, ce qui est impensable en France pour l’emblème algérien.

Cet événement, qui devait marquer une occasion pour une émission conjointe entre les deux pays, sera un rendez-vous raté. Seule, la Poste algérienne fera sortir une émission unilatérale signée de Sid-Ahmed Bentounès, où uniquement les emblèmes des deux pays, ainsi que les deux monuments les plus en vue (tour Eiffel et le Mémorial du martyr) apparaissent ensemble sur un même timbre.

La tour Eiffel sera présente pour la quatrième fois sur un timbre algérien lors de la commémoration du 50e anniversaire de la Journée de l’émigration, le 17/10/2011. Côté personnalités françaises, on remarquera l’hommage rendu par Algérie Poste à Louis Braille, inventeur du système d’écriture à points saillants destiné aux non-voyants, à l’occasion du 200e anniversaire de sa naissance, sur un timbre sorti le 4/1/2009. La présence française dans le catalogue philatélique algérien a aussi d’autres facettes liées à l’impression des timbres.

Depuis la première série à usage courant parue en 1962 jusqu’aux timbres émis en 1969, on compte 76 figurines sorties de l’imprimerie des PTT de Paris, y compris celles célébrant le 1er anniversaire de l’indépendance et le 9e anniversaire de la Révolution. A partir de 1969, l’administration postale optera pour les services du Suisse Courvoisier, avant que la Banque Centrale ne prenne les choses en main.

Arslan Selmane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie