Pages hebdo Magazine
 

Soirées ramadhanesques à Alger

Qaâda dans les jardins du Mercure

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.06.17 | 12h00 Réagissez


L’hôtel Mercure Alger, en partenariat avec l’agence Even’s com, a lancé les soirées ramadhanesques intitulées «Les jardins du Mercure», avec les sonorités du luth et du kanoun. Des soirées musicales à la belle étoile et dans une ambiance féerique. Le visiteur est accueilli dans un beau décor de lumières, dominé par le rouge et le violet. La lune, dans un ciel étoilé, envoie ses ondes positives. Une fontaine, qui est au milieu de la Djenina, ajoute une touche de grâce. Le décor a été pensé de manière à ce qu’il invite à passer une soirée agréable entre amis ou familles. Dans un petit coin, un Targui prépare un thé à la menthe dont il garde jalousement le secret de préparation.
Un assortiment de gâteaux orientaux est proposé.

Sellini Rémy, directeur de l’hôtel Mercure Alger Aéroport, a déclaré : «Tous les soirs du Ramadhan, on aura une belle qaâda. Cela entre dans le cadre de l’animation de l’hôtel qui se poursuivra pour la saison estivale.» En effet, l’hôtellerie n’est plus considérée comme un lieu de simples nuitées (offre d’hébergement), mais il s’agit de vivre des expériences fortes plutôt qu’à satisfaire un simple besoin. C’est beaucoup plus qu’un endroit où passer la nuit. Aujourd’hui, l’individu n’est plus indifférent face à sa consommation. La standardisation ne répond plus à sa demande. L’objectif est aussi d’incarner la promesse d’une marque en harmonie avec les lieux et les gens dans un esprit enthousiaste, sincère et chaleureux. La direction veut communiquer davantage sur l’hôtel pour accroître sa notoriété et sa visibilité auprès des clients. Le Mercure fait partie du groupe Accor, qui a ouvert ses portes à Alger en 2000 suite à la signature d’un contrat de management avec l’EGT Centre. Une formule qui a été adoptée par les autorités algériennes de l’époque.  

Quand l’orchestre interprète Djazaïr Zinet El Bouldane, les invités apprécient ce morceau. Même si cette année, il y a moins de kheïmas, les Algériens ont toujours soif de soirées ramadhanesques colorées et authentiques. Des appareils photo crépitent et des selfies sont pris pour les poster ultérieurement sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram).

Kamel Benelkadi
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie