Pages hebdo Magazine
 

Piscines publiques et privées : Rafraîchissement assuré

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.08.17 | 12h00 Réagissez

En ces temps de grandes chaleurs, une grande majorité d’Algériens préfèrent fréquenter les piscines que les plages. Ils sont nombreux à consacrer un budget conséquent pour s’adonner à ce plaisir.

U ne balade des plus attrayantes à travers quelques pisines de la capitale nous a permis de constater que la plupart des parents ne lésinent pas sur les moyens pour offrir à leurs chérubins des journées d’évasion au bord de certaines piscines.

Entre glissades sur les toboggans et animations diverses, il faut avouer que les gamins n’ont pas le temps de s’ennuyer dans ces espaces, dédiés au farniente et à la détente. Notre petite escapade commence par Bordj El Kiffan, lieu où se trouvent deux parcs aquatiques privés : Kiffan les adolescents et les familles

. La piscine du  Kiffan Club a réussi en 18 ans d’existence à fidéliser une certaine clientèle et a acquis beaucoup d’expérience. Le lieu est des plus saisissants et les prestations sont des plus étudiées. Le parc aquatique est  constitué de cinq piscines ludiques de différentes profondeurs, dont la principale est d’une superficie de 1500 mètres carrés.

L’un des gérants précise qu’au départ de l’activité, les parents venaient avec les enfants, mais aujourd’hui, ce sont ces mêmes enfants qui reviennent avec leur progéniture. «Nous pérennisons, dit-il, la chose avec les mêmes standards avec des formule mini et ado-Club, avec également des forfaits familiaux, l’organisation des anniversaires et la célébration de certains événements». Notre source nous précise que le leitmotiv de la maison c’est toujours papa, maman et les enfants.

Si l’entrée est fixée à 1500 DA pour les adultes et 800 DA pour les enfants, une autre formule avantageuse est proposée : un pack familial, où le tarif est revu à la baisse. «C’est notre volonté de donner à une famille un moment de plaisir et de loisir», dit-il.

Si des activités de tous genres sont organisées au quotidien sur ce site, il n’en demeure pas moins que les organisateurs font dans le caritatif, puisque, entre autres, tous les dimanches, des associations avec des enfants sont reçues. Hormis la présence nombreuse de maîtres nageurs, à proximité des bassins, la Protection civile accompagne les responsables de Kiffan Club en assurant la formation du personnel. Un médecin urgentiste est même en permanence dans l’établissement. Le règlement intérieur est respecté à la lettre. Preuve en est : le tissu dans l’eau est interdit. Les maillots non conformes ne sont pas acceptés.

L’année prochaine, le Kiffan Club compte bien faire peau neuve, puisqu’un gros projet de rénovation sera à l’honneur en prévision de la saison estivale 2018. A quelques mètres de Kiffan Club se trouve Aquafortland, un grand parc de loisirs aquatiques avec à la clé une panoplie de jeux et d’attractions toutes gratuites, et ce, pour tous les âges. Trois piscines sont proposées : le Dauphin, la Rivière et la Pataugeoire pour les enfants. Cet espace comporte également, entre autres, un jacuzzi en plein air, des toboggans, des trampo-jumps, un terrain de sable pour des matchs, un baby-foot géant et une salle de jeux. De nombreuses animations sont aussi organisées, dont des jeux aquatiques et des quiz musicaux.

Le parc Aquafortland est ouvert tous les jours de 10h à 18h, à des prix de 1500 et 2200 DA, donnant droit à l’accès au parc, un parasol, un transat, une consigne gratuite et un accès illimité à toutes les activités et animations. D’autres formules sont proposées pour les juniors et les ados. Nous quittons Bordj El Kiffan pour la piscine des Sablettes, gérée par l’OPLA (Office des parcs des sports et des loisirs).

Malgré un vent mouvementé, une odeur nauséabonde, provenant de oued El Harrach, agresse les narines. Les trois bassins sont pris d’assaut par des personnes de tous âges. L’accès à la piscine est subordonné au port d’un bracelet, dont la couleur change au gré des jours. Malgré l’implantation d’un kiosque de restauration à l’extérieur de la piscine, les familles préfèrent consommer leurs propres repas. Comme il est interdit de manger au niveau des bassins, des espaces adéquats ont été aménagés, juste à l’entrée. Pour faire trempette, il suffit de débourser la somme de 500 DA pour les enfants de moins de 14 ans et de 1000 DA pour les adultes.

La chargée de communication de l’OPLA, Karima Boudiaf, reconnaît que ces trois dernières années ont apporté leur lot de professionnalisme et d’expérience. «Pour 2017, dit-elle, nous avons opté pour une réorganisation au niveau des dispatching des tâches et des services. Nous avons même conçu des cartes de fidélité. Notre seule satisfaction est de voir repartir les familles en fin de journée satisfaites».

Autre piscine gérée par l’OPLA depuis trois ans, Djenane Lakhdar, à El Madania, à Alger. Longeant le mur du ministère de la Santé, plus exactement sur le boulevard Laâla Abderrahmane, cette piscine contient un bassin semi-olympique et une pataugeoire. Les horaires d’ouverture et les tarifs sont identiques à ceux de la piscine des Sablettes. Une cafétéria, un fast-food, un court de tennis, des espaces verts et des aires de jeu sont mis à la disposition des intéressés, avec en prime cette vue imprenable sur une végétation des plus verdoyantes,  notamment les arbres millénaires. Il est clair que d’autres piscines privées et publiques sont ouvertes aux éventuels nageurs de tous âges confondus, et ce, pour tous les plaisirs de la baignade.

Nacima Chabani
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...