Pages hebdo Magazine
 

Les réserves naturelles en Algérie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.06.17 | 12h00 Réagissez


- Réserve naturelle de Mergueb

D'une superficie de 13 482 ha et située  dans la wilaya de M’sila, la réserve  naturelle de Mergueb constitue un écosystème steppique unique en son genre. On y trouve un formidable  paysage de la steppe à Alfa, qui est un paysage des dayas, où on rencontre  le pistachier de l'Atlas et le chien, ainsi que quelques populations de gazelles de  Cuvier, le lynx, le fennec, le chacal, le  lièvre, le zorille (genre de mouffette).  L'avifaune est représentée par l'outarde houbara, qui est une espèce menacée,  l'aigle royal, qui est également menacé d'extinction, l'aigle botté, le faucon  pèlerin, la chouette effraie, la fauvette  naine, le faucon lanier, le héron cendré et le chardonneret.

- Réserve naturelle des Babors

S’étendant sur une superficie de 2367 ha, le mont des Babors se situe dans la région de la Petite Kabylie. Le mont se trouve en bordure des Hauts-Plateaux de la région de Sétif. La végétation composant la forêt domaniale des Babors est une relique. Elle comporte l’unique station du sapin en Algérie. Plusieurs peuplements caractérisent la forêt des Babors : le peuplement de cèdres, le peuplement de chênes zeen, Le peuplement de sapins de Numidie, la chênaie sapinière et le peuplement de chênes verts.

La faune de la forêt des Babors est aussi riche que sa flore. Cette faune se distingue par plusieurs espèces, en particulier la sittelle kabyle. Parmi les mammifères identifiés, on note  le singe magot, le chacal, le renard, le sanglier, la belette, le hérisson algérien, le lapin, la genette, la mangouste, l’hyène. A 1250-1300 m d’altitude, on signale l’existence de reptiles.

- Réserve naturelle de Béni Salah

S'étendant sur une superficie de 2000  ha, la réserve naturelle de Béni Salah,  située au nord-est de la daïra de Bouchegouf (wilaya de Guelma), la forêt domaniale de Béni Salah est l'un des massifs forestiers les plus importants de la région Est du pays. La végétation couvre environ 95% de la superficie totale de la réserve et se compose essentiellement de formations de chêne-liège, de maquis à bruyère et à arbousier et de formations herbacées à graminées.

On y rencontre également quelques petits reboisements à base d'eucalyptus, pins maritimes et cyprès. L'accessibilité difficile, ainsi que les incendies répétés, ont conduit à une sous-exploitation et par conséquent à une dégradation plus ou moins marquée de la forêt, allant dans le cas extrême jusqu'à sa transformation en maquis.

- Réserve naturelle de la Macta

S'étalant sur une superficie de 19 750 ha, le marais de la Macta est situé au nord-ouest de  l'Algérie, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Mostaganem. L'étendue de la Macta présente une végétation homogène, surtout aquatique et halophyle. La faune du Marais est surtout représentée par une avifaune diversifiée.

En effet, le Marais abrite en hiver un certain nombre de populations de plusieurs oiseaux aquatiques. Cette zone constitue un site attractif pour les flamants roses. Par ailleurs, certaines espèces de l'avifaune sont considérées comme rares à l'échelle internationale et donc il est urgent de les protéger, à savoir l'ibis falcinelle, la sarcelle d'hiver, la poule sultane et l'aigle de bonelli.

- Réserve naturelle des  îles Habibas

S’étendant sur une superficie de 2684 hectares, la réserve se situant au large de la côte algérienne, à l’ouest de la baie d’Oran et de Mers El Kebir, recèle de nombreuses espèces protégées. La majorité des espèces recensées sont méditerranéennes, au sens large. Les espèces les plus rares et les plus importantes recensées sont le goéland d’Audouin, le faucon d’Eléonore et le cormoran huppé. Une bonne partie de la faune aquatique figure sur la liste des espèces animales protégées par la loi.

Ces espèces sont surtout représentées par la patelle géante, qui constitue la plus grande espèce de patelle, autrefois répandue dans toute la nacre ( Pinna nobilis ) qui est le plus grand mollusque de la Méditerranée dont elle est endémique. Sur le plan ornithologique, 7 espèces d’oiseaux rares protégées par la loi sont observées. Parmi les particularités de la réserve, l’existence d’un phare pittoresque construit en 1879 qui culmine à plus de 110 mètres.Source : Direction générale des forêts (Dgf)
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...