Pages hebdo Magazine
 

Philatélie : Il a été illustré sur un timbre émis en 1975

La fabuleuse histoire du bureau de poste d’El Kantara

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.04.17 | 12h00 Réagissez


C’est le premier et unique bureau de poste illustré à ce jour sur un timbre-poste. Le 10 mai 1975, à l’occasion de la Journée du timbre, la Poste algérienne avait mis en vente une vignette d’une valeur de 0,50 DA, dessinée par Bachir Yelles, tirée à 4 millions d’exemplaires pour l’usage courant, représentant le désormais populaire bureau de poste de la ville d’El Kantara, dans la wilaya de Biskra, devenu plus tard un lieu qui fait partie du patrimoine local.

Sur ce timbre, riche en couleurs, on peut lire «Bureau de poste El Kantara – Les Aurès», avec le vieux logo de la Poste algérienne au fronton, à une époque où la région dépendait de la wilaya de Batna. Mais autour de ce petit bureau, il y a toute une histoire, dont nous avons pu avoir certains détails grâce au précieux témoignage de Mohamed Boukerche, enseignant retraité, véritable mémoire vivante de la ville d’El Kantara. L’on saura ainsi qu’après l’arrivée des Français à El Kantara, en 1844, un petit village européen a été construit au lieu connu aujourd’hui sous le nom d’El Gouss, juste avant le célèbre Pont romain, réhabilité durant l’époque coloniale et situé à l’entrée des fameuses Gorges d’El Kantara, principale curiosité dans la région.

Le village, dont les restes existent encore de nos jours sur la RN3, où est installé un barrage fixe de police, regroupait durant les premières années de la colonisation un siège de la gendarmerie, une maison cantonnière, une gare ferroviaire, l’hôtel de M. Bertrand, mais aussi l’un des premiers bureaux de poste en Algérie ouvert en 1870. Ce dernier sera fermé plus tard, pour être remplacé par le bureau actuel porté sur le timbre de 1975. Un bureau qui sera ouvert en 1937 par l’administration postale française. C’était une propriété de M. Chauve, louée aux PTT.

Abdelkader Bellal, aujourd’hui décédé, sera son premier receveur. Il y exercera jusqu’à l’indépendance, avant de partir à la retraite. Le bureau d’El Kantara sera définitivement acquis par les PTT en 1955, auprès de Mme Chauve, après le décès de son époux. Situé sur la RN3, qui le sépare de Oued El Haï, traversant les gorges d’El Kantara, le bureau que nous avons visité en mars dernier est implanté au milieu d’un magnifique décor naturel, entouré de vieilles maisons de style colonial, de jardins d’arbres fruitiers et de murs en pierre, avec une entrée surélevée de 3 m de la route, où deux palmiers en forme de V semblent monter la garde devant la porte depuis de longues années.

Remarquable par son architecture simple et agréable, avec un dôme et des portes en arc sur la façade et sur les parties latérales, le petit bureau, accessible par deux rampes latérales, a gardé toute son originalité. En passant par une porte ornée de deux colonnes, on se retrouve dans une salle d’environ 6 m x 4 m, où trône au milieu une vieille cabine téléphonique, qui se dresse comme un dernier témoin d’une époque révolue.

Dans cette salle, rien n’a changé depuis 1937, même le comptoir en granite et le vieux ventilateur cloué au milieu du plafond. Sur le panneau du guichet, la photo du timbre de ce bureau vient rappeler sa notoriété, qui demeure encore inconnue parmi la jeune population d’El Kantara. Un jeune agent nous accueille, le sourire aux lèvres.

Il est heureux d’apprendre que nous venons visiter ce mythique bureau de poste, pour raconter son histoire aux lecteurs de cette chronique. Il nous fait visiter l’autre salle, de la même surface que la première, où l’on a installé le mobilier de bureau, le coffre-fort, un canapé et une armoire métallique.

Signes de modernité, un microordinateur placé sur le bureau et un climatiseur fixé au mur ne passent pas inaperçus. Le bureau de 4e classe, selon la classification d’Algérie Poste, assure tous les services à la population d’une partie d’El Kantara. Aujourd’hui, le bureau de poste d’El Kantara, peint aux nouvelles couleurs d’Algérie Poste, garde encore fièrement son cachet, s’inscrivant désormais sur la liste du riche patrimoine de cette ville accueillante.

Arslan Selmane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie