Pages hebdo Magazine
 

Ghardaïa : Grande affluence de visiteurs nationaux et étrangers pour les fêtes de fin d’année

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.12.16 | 10h00 Réagissez

Les sites touristiques naturels, historiques et  architecturaux disséminés à travers la wilaya de Ghardaïa connaissent, en cette fin d’année, une large affluence de visiteurs tant étrangers que nationaux, a-t-on constaté dans la vallée du M’zab.

Des centaines de visiteurs, dont près de 300 étrangers de différentes  nationalités, notamment italienne, allemande et française, ont rallié les différentes oasis de la région de Ghardaïa, Zelfana et El Ménéa, pour y passer les fêtes de fin d’année. Ce regain d’intérêt pour la destination M’zab et ses oasis est favorisé par le climat de quiétude qui règne dans cette région, réputée pour son patrimoine immatériel et matériel, notamment les monuments architecturaux classés par l’Unesco comme patrimoine mondial sauvegardé, ainsi que par l’existence de structures d’hébergement atypiques, des maisons traditionnelles très prisées par les touristes, notamment étrangers, a indiqué à l’APS Ahmed Nouh, président de la fondation Amidoul, initiatrice du projet du ksar de Tafilelt, à Beni Isguen.

Les touristes étrangers venus passer les vacances de fin d’année à Ghardaïa préfèrent les maisons traditionnelles situées dans les palmeraies de Beni Isguen et Seb Seb, contrairement aux nombreuses familles de nationaux qui ont jeté leur dévolu sur Zelfana, une station thermale située à 70 km au nord-est de Ghardaïa, a souligné Dr Nouh.

Les visiteurs de la région de Ghardaïa, tant nationaux qu’étrangers, effectuent une virée incontournable au prestigieux ksar de Beni Isguen, riche d’un passé qui a fait sa renommée dans le monde, ainsi qu’au nouveau ksar de Tafilelt, qui a obtenu le premier prix Coup de cœur des internautes City de ville durable, en novembre dernier à Marrakech. Expression d’une brillante culture matérielle imprimée par une architecture originale, ces deux ksour, cités forteresses, sont devenus des sites attractifs privilégiés des touristes et autres visiteurs de la région, a fait observer M. Hebirèche, guide touristique d’une agence de voyages.

Les touristes tant étrangers que nationaux veulent passer les fêtes de fin d’année sur des sites naturels et sécurisés, a-t-il précisé, avant d’ajouter qu’un intérêt est porté pour les maisons traditionnelles et les palmeraies existantes dans les oasis de Ghardaïa. Les maisons traditionnelles, bâties par les aïeux dans la région, sont devenues un centre d’intérêt des touristes et l’une des principales attractions, notamment dans la vallée du M’zab (qui regroupe 4 communes), a souligné un responsable de la culture à Ghardaïa.

Les villes fortifiées (ksour), les maisons érigées majestueusement sur des pitons rocheux et la répartition spatiale complexe des servitudes constituent aussi des curiosités mises en valeur comme produit touristique unique et comme enseigne pour de nombreux urbanistes et autres architectes en voyage d’étude.  De nombreux opérateurs de tourisme dans la région de Ghardaïa s’accordent à souligner que le développement et la valorisation du «tourisme culturel et  écologique», respectueux des us et traditions de la région, attirent de nombreux visiteurs en quête de découverte et avides de traditions ancestrales.

«Il faut encourager ce type de tourisme», a estimé le chef d’une agence touristique du M’zab, B. Benkhelifa, évoquant, par la même, le développement du tourisme religieux, notamment dans la région d’El Ménéa, qui abrite le tombeau et le monastère du Père Charles de Foucauld, lieu de pèlerinage pour les touristes de confession chrétienne. Les différentes actions menées par les pouvoirs publics pour revaloriser le patrimoine matériel et immatériel, culturel et environnemental que recèle la wilaya de Ghardaïa lui confèrent une place de choix dans la stratégie développement d’un tourisme durable répondant aux attentes économiques de la région.

Composée de plusieurs ksour ou cités millénaires, en particulier la Pentapole de la vallée du M’zab, les ksour de Metlili et d’El Ménéa, conçus magistralement par les aïeux sous forme d’architecturale pyramidale, épousant le site rocailleux en tenant compte du climat et des aspects religieux, cette architecture et ce mode urbanistique, dont se sont inspirés Le Corbusier, Ferdinand Pouillon et André Ravereau, attirent annuellement de nombreux touristes étrangers et spécialistes en la matière.

Les nombreux ouvrages et systèmes hydrauliques traditionnels, ainsi que les palmeraies de la région sont d’autres curiosités pour les visiteurs de la vallée du M’zab, en plus des marchés et souks traditionnels très actifs, où les objets de l’artisanat local sont écoulés à la criée.

APS
 
Du même auteur
Le taux d`inflation moyen annuel à 7% jusqu'à mars 2017
France/présidentielle : plusieurs bureaux de vote brièvement évacués pour des raisons de sécurité
Les habitants de Bethioua découvrent le site romain Portus Magnus
Pologne : Décès de la sculptrice polonaise Magdalena Abakanowicz
Envenimation scorpionique : Plus de 43 000 victimes en 2016 en Algérie
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie