Pages hebdo Magazine
 

El Aïssaouia, refuge de Lalla Fatma n’soumer

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.01.18 | 12h00 Réagissez


Une visite guidée à l’ancien refuge de l’héroïne de la résistance populaire, Lalla Fadhma n’Soumer, situé dans la commune d’El Aïssaouia, au nord-est de Médéa, transformé en musée-site en 2008, a été organisée lundi au profit d’étudiants de l’université Yahia Fares sur initiative du musée régional des Arts et traditions populaires.

Intervenant à la veille de la clôture de la semaine spéciale Yennayer, cette visite est une opportunité pour ces étudiants de découvrir l’histoire et le parcours de cette personnalité nationale, restée attachée aussi bien à sa religion qu’à sa culture amazighe, malgré la politique de déracinement conduite à l’époque par le colonisateur, a-t-on affirmé auprès des organisateurs. Déclinée sous le slogan : «Des ancêtres aux descendants», cette visite vient rappeler, a-t-on souligné, les liens étroits et solides qu’établissaient les différentes communautés et tribus, qui peuplaient les monts du Djurdjura, dont est originaire Lalla Fadhma n’Soumer, et ceux de l’Atlas blidéen, où elle trouva gîte et refuge.

Pourchassée par le corps expéditionnaire du maréchal Randon, Lalla Fathma n’Soumer quitte son village natal, Ouerdja, dans le Djurdjura, au cours de l’année 1857, pour se réfugier dans la région de Souk Larbaâ, où elle est accueillie avec tous les honneurs par la communauté du arch Beni Slimane.  Peu de temps après, elle se déplace, accompagnée de l’un de ses frères et   quelques fidèles, vers Tourtatine, un hameau enclavé à l’intérieur du   massif forestier d’El Aïssaouia, à l’ouest de Tablat, siège d’une   importante zaouïa dirigée par El Bey Mahiedine Ettahar, cadi et cheikh de la zaouïa El Aïssaouia.  Elle trouva gîte et protection auprès de cette confrérie religieuse jusqu’à sa mort en 1863. Son refuge devint, durant son séjour, un lieu de prière, mais aussi un endroit très fréquenté par les habitants des villages et hameaux limitrophes, qui faisaient de longs déplacements pour la rencontrer et trouver conseil auprès d’elle.

 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...