Pages hebdo Magazine
 

Des universités s’ouvrent aux réfugiés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.06.17 | 12h00 Réagissez

La Journée mondiale des réfugiés, célébrée chaque année le 20 juin, commémore le courage et la résilience de millions de réfugiés, et permet au grand public de montrer son soutien aux familles déracinées.

Initiée par l’UNHCR, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, cette journée est l’occasion de rappeller qu’une personne sur 113 est déracinée à cause de la guerre ou de la persécution, soit plus de 60 millions de personnes qui ont fui leur foyer au cours de l’année écoulée. A travers le monde les universités et centres d’apprentissage et de formation se mobilisent pour les étudiants réfugiés. Au Canada, six étudiants réfugiés ont effectué leur première année d’études, bien entourés par la communauté universitaire.

Les membres du personnel et le comité d’entraide universitaire mondiale du Canada à l’université les ont accueillis chaleureusement et leur ont procuré de l’aide financière et diverses formes concrètes de soutien, notamment la recherche d’un logement. Aujourd’hui, le comité d’entraide universitaire à l’université d’Ottawa et le Service du logement travaillent de concert pour favoriser encore davantage l’intégration en douceur des étudiants réfugiés qui arriveront en septembre prochain.

En France, à l’université de Nanterre, près de 26 réfugiés ont reçu le diplôme de français qui leur permet désormais de s’inscrire à l’université. Ces 26 élèves, syriens pour la plupart, âgés de 34 ans en moyenne, tous titulaires d’une licence dans leur pays d’origine, ne parlaient pas français à leur arrivée. Toujours en France, plus précisément au sein de Sciences Po, la prestigieuse école de la rue Saint Guillaume, à Paris, a accueilli une vingtaine de réfugiés.

Âgés de 21 à 36 ans et originaires de Syrie, d’Afghanistan, du Bangladesh ou du Kenya, ces réfugiés ou demandeurs d’asile possèdent tous une formation supérieure et une bonne maîtrise de l’anglais. Certains avaient déjà un métier - dentiste, graphiste ou ingénieur - avant de quitter leur pays d’origine. Ils formeront la deuxième promotion du programme «Welcome Refugees» de l’Institut d’études politiques parisien.

Un peu plus loin, en Suisse, un établissement zurichois accueille un réfugié, tout comme d’autres universités de Suisse ouvrent leurs portes à des réfugiés. L’initiative vient des étudiants. Ce sont aussi eux qui financent ce programme à hauteur de 11 000 francs, au travers d’un fonds de solidarité. Celui-ci, doté pour l’année 2016 de 344 190 francs, est alimenté de manière volontaire par les étudiants et les enseignants.

F. H.
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...