Pages hebdo Magazine
 

Béchar (Taghit)

Des curistes sous une chaleur suffocante

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.08.17 | 12h00 Réagissez

Si les estivants prennent d’assaut en ce moment les villes côtières du pays, Taghit, la petite localité touristique, dévoile elle aussi ses magnifiques atouts dissimulés sous le sable et qu’elle exhibe en période de grandes chaleurs.

Elle accueille depuis le mois de juillet dernier de nombreux curistes atteints d’affections rhumatismales et qui arrivent de toutes les régions de l’Ouest. La haute température, atteignant les 48° C à l’ombre, ne dissuade même pas ces personnes en quête de guérison. L’oasis leur offre le sable chaud et fin de ses dunes dorées. Le patient doit au préalable enfouir la moitié de son corps dans le sable, mais protégée contre le soleil brûlant par un parasol qui atténue légèrement l’exercice pénible de l’enfouissement. Trois séances sont nécessaires pendant trois jours consécutifs et chacune dure entre 20 et 30 minutes, la limite de la résistance stoïque pour atteindre enfin le soulagement tant souhaité et l’atténuation des douleurs ressenties au niveau des articulations.

Certains curistes affirment que le soulagement dure quelques mois, mais on est loin de la guérison totale, puisque plusieurs patients reviennent à la même période et pour les mêmes exercices. Néanmoins, les personnes atteintes de maladies chroniques (hypertension artérielle, diabète ou maladie du cœur) ne sont pas admises à effectuer ces séances éprouvantes. Sur le plan organisationnel, les structures d’accueil sont encore déficientes et l’hébergement des visiteurs en cette période ne se pose pas d’une manière aiguë comme en hiver, où les gens affluent de partout pour fêter le Nouvel an. Plusieurs habitants de Taghit saisissent cette opportunité en été, car vivant une situation sociale difficile, en mettant en location des chambres de leur habitation à ces visiteurs. La localité de Taghit élargit donc l’éventail de son espace touristique qui s’étant dorénavant à des séances «médicales», qui gagneraient à être développées dans cette oasis paradisiaque et qui pourraient constituer une source de revenus aussi bien pour la commune déficitaire que pour les habitants, si l’initiative et la volonté sont toutefois présentes dans l’esprit des gestionnaires.

M. Nadjah
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie