Pages hebdo Magazine
 

Placement de produits de consommation : le nouveau créneau des annonceurs

Ces chaînes Tv qui créent le besoin

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 02.06.17 | 12h00 Réagissez

 
	Sherazade, une des têtes montantes de l’espace culinaire algérien 
 
	Lancée en 2015, Echourouk Benna est devenue la première chaîne concurrente de Samira Tv
Sherazade, une des têtes montantes de l’espace culinaire...

Djnen Lalla, Khfif wa drif, Lemset Sherazade, Matbakh Nawel, Ahlem wa atbakh, Pâtisserie fine… autant d’émissions culinaires suivies chaque jour par des milliers de ménagères. Si leur but premier est de partager des recettes de cuisine et des astuces d’intérieur, elles sont aussi devenues de réels panneaux publicitaires pour de nombreux annonceurs. Décryptage.

Mise en situation : Une cuisine moderne entièrement équipée, une cuisinière hors pair, des produits alimentaires frais et ‘’beaux’’ visuellement. Jusque-là, rien a signaler. Sauf que sur le plan de travail, on aperçoit des détergents ! En effet, de l’eau de Javel, du produit lave-sol, du dégraissant sont exposés devant les aliments.

Cette scène n’est pas tirée d’un film, mais bien d’une émission culinaire diffusée sur la chaîne Samira Tv. On pourrait bien se demander pourquoi des produits détergents sont mis en valeur sur le plan de travail d’une cuisine. La réponse n’est pas bien compliquée : il s’agit d’une publicité. Nouveau phénomène média, Samira Tv est devenue la chaîne numéro un chez les ménagères.

On y voit passer toutes sortes d’émissions culinaires, des émissions dédiées à l’art de la couture et même des émissions de déco. Lancée le 1er juillet 2013, Samira Tv est le fruit d’un projet du couple Samira Bezaouia et son mari Yacine Sadek. Deux ans plus tard, soit le 19 mars 2015, la chaîne Echourouk lance benna Tv qui deviendra le concurrent direct de Samira Tv. Dans le même concept, cette chaîne est dédiée aux femmes qui sont passionnées de cuisine et de décoration.

Cette chaîne promet de faite découvrir aux téléspectatrices la gastronomie du Maghreb et du monde afin qu’elles puissent réaliser des chefs-d’œuvre culinaires à la maison. Ainsi, tous les jours, ces deux chaînes réunies rassemblent des milliers de téléspectatrices qui ont soif de connaître de nouvelles techniques dans divers domaines : culinaire, décoration, composition florale, couture. Et qui dit chaînes populaires dit forcement publicité. En effet, de nombreux annonceurs se bousculent pour faire passer leurs spots sur ces chaînes.
 

Publicité

Leur but est que leurs produits soient vus par les milliers de téléspectatrices chaque jour, ce qui leur garantirait une croissance en termes de vente. Et sur ces chaînes, tout ce qui intéresse les femmes y passe. Produit alimentaire tels les farines, les huiles, les sucres, les cafés, les beurres, le lait, les pâtes,… en plus des détergents. Via ces publicités, ces chaînes de télévision créent le besoin et poussent à la consommation. La pub combine pour cela différents procédés de persuasion, avec une omniprésence confinant parfois au «bourrage de crâne». La publicité vend une sorte de «recette du bonheur», qui ne peut exister que dans le produit proposé.

Fatiha, femme au foyer de 55 ans confie : «La cuisine est une passion pour moi et je suis, quotidiennement, de nombreuses émissions culinaires, que ce soit sur Echourouk benna Tv ou Samira TV. Je suis fan de certains cuisiniers et cuisinières dont je ne rate pas le passage et j’essaie toujours de reprendre les recettes qu’ils nous présentent». Et pour ne pas prendre le risque de rater une recette, Fatiha a une astuce: utiliser les même produits utilisés par les chefs.
 

Marques

«Au début, je reproduisais les recettes avec les ingrédients que j’avais à la maison, mais les recettes n’étaient pas réussies pour autant. Je me suis donc dis que le problème vient forcément des produits que j’utilisais qui n’étaient pas ceux utilisés à la télé. J’ai alors décidé de noter les recettes, les produits exacts, les acheter puis essayer la recette. Pour les marques de produits, ce n’est pas compliqué de les avoir ou de les retenir. Ils sont toujours bien exposés sur le plan de travail des chefs. On ne peut que s’en souvenir des marques vu le nombre de fois qu’on les voit», avoue-t-elle. Fatiha n’est pas un cas isolé. Souad est branché H24 sur ces chaînes. «Je les regarde en boucle. Même si j’alterne entre les deux, j’ai tout de même une préférence pour Samira Tv.

Je suis une fan de gâteaux et j’étais ravie de voir Madame Benbrime sur Samira Tv. Elle reste la meilleure en matière de confection de gâteaux orientaux et le fait qu’elle partage avec nous ces recettes et astuces est formidable. Pour réussir toutes mes recettes, je mets toutes les chances de mon côté, à commencer par les ingrédients et même les ustensiles.

Je reproduis les recettes à la lettre et je ne rate aucun détail. C’est le secret. Avec du recul, je me rends compte que j’ai dû acheter de nombreux articles que j’avais déjà à la maison dans une autre marque. Finalement ce n’est pas grave, car l’essentiel est de réussir ma recette», confie-t-elle.

Besoins

Autre détail troublant, certains produits n’ont même pas besoin de publicité. N’empêche, ils sont beaucoup demandés sur le marché à l’image des ustensiles de cuisine. A cet effet, Omar, un vendeur d’ustensiles de cuisine et d’électroménagers révèle : «J’ai eu de nombreuses clientes qui viennent chercher la poêle de Samira ou encore la casserole de Sherazade. Au début, je ne saisissais leur demande étant donné que je ne suivais pas ces chaînes et ces programmes. Par la suite, j’ai su que c’est le rendez-vous des ménagères et qu’elles tirent de nombreuses idées d’achat de ces chaînes justement. J’étais alors amené à rester branché quelque peu pour pouvoir suivre la tendance et répondre aux besoins de mes clientes», explique-t-il.

Et d’enchaîner  plus loin : «Il y a quelques années, ce sont les publicités qui orientaient la demande des clientes. Désormais, l’influence de ces chaînes a dépassé tout entendement. Par exemple, en ce qui concerne les ustensiles de cuisine, il n’y a pas de publicité spécialement dédiée à cela, mais le fait de les utiliser sur certaines émissions culinaires, c’est déjà de la pub». Un avis largement partagé par Redouane, un autre vendeur : «Ces femmes pensent qu’en ayant les mêmes ustensiles, leur recette sera aussi réussie que celle de la chef. Elle cherche alors à se la procurer. Nous avons eu tellement de jeunes filles et de mamans qui cherchaient la vaisselle de Sherazade. Ce qui a poussé de nombreux vendeurs à voir quelques émissions afin de pouvoir importer ces articles.»
 

Ramadhan

Mais finalement, cela a-t-il joué un rôle sur les bénéfices ? «Oui», affirme Mustapha, un vendeur de vaisselle à Alger. «Avant, il y avait un certain intérêt pour la vaisselle et les ustensiles de cuisine à une certaine période de l’année tel le mois de Ramadhan. Durant le mois sacré, de nombreuses familles renouvellent leur vaisselle et nous en tirions du bénéfice à ce moment de l’année. Désormais, vu le nombre d’émissions et l’intérêt que leur portent les femmes, on fait du bénéfice toute l’année. Il n’y a plus de période précise comme c’était le cas avant. Par exemple, une cliente peut venir aujourd’hui acheter une poêle en céramique et revenir le lendemain chercher une poêle antiadhésive car tout simplement Sherazade l’aurait utilisée pour ses crêpes la veille. Elle pense alors qu’en ayant la même poêle, ses crêpes seront tout aussi réussies».

Les produits alimentaires et les ustensiles de cuisine ne sont pas les seuls demandés. En effet, certaines femmes poussent le besoin encore plus loin et vont jusqu’à refaire entièrement leur cuisine. C’est le cas de Karima, une maman de 48 ans : «Après le lancement de la chaîne, je suppose que toutes les spectatrices ont été charmées par les magnifiques cuisines qui servaient de plateaux de tournage. Il y en avait plusieurs et elles étaient toutes extra modernes, belles et super équipées. Après quelques mois, j’ai succombé et j’ai décidé de changer ma cuisine en choisissant un modèle de cuisine toute faite, de couleur mauve et prête à être encastrée». De même pour Yasmine, 43 ans :

«Cela fait un bon moment que je voulais donner un new look à  ma cuisine, mais je n’ai jamais sauté le pas, car je me disais que c’était de l’argent jeté par les fenêtres. Mais devant la beauté des différentes cuisines qu’on voit régulièrement dans les émissions, j’ai convaincu mon mari d’en acheter une. Je l’avoue, j’ai été influencée par ces chaînes à 1000% et sincèrement je l’assume». Par ailleurs, ces chaînes ont leur impact sur la gent féminine.

Elles créent le besoin d’acheter, et créent aussi des stars. Aujourd’hui, qui ne connaît pas Sherazade ou encore Fares Djidi. Inconnus du grand public il y a quelques années, ils sont désormais incontournables et toutes les marques se les arrachent. En effet, grâce à leurs émissions, les annonceurs se sont tournés vers eux, conscients de l’influence qu’ils ont sur les ménagères. A titre d’exemple, Sherazade dont l’émission s’intitule «Lamset Sherazade» est devenue aussi réputée à l’étranger. Elle a sa propre chronique dans l’émission «C’est au programme» qui passe sur France 2. Elle a aussi lancé son site internet «Les joyaux de Sherazade». Et le succès ne s’arrête pas là. Elle vient de publier un livre intitulé «Ma cuisine algérienne». Hormis ces stars des chaînes Tv, une nouvelle tête vient se hisser dans cette liste.
 

Youtube

Il s’agit d’Oum Walid. Très active sur YouTube où elle alimente sa chaîne qui compte plus d’un million d’abonnés et plus de 400 vidéos, la cuisinière vient s’ajouter aux stars de Samira tv. Même principe que sur sa chaîne YouTube, elle cuisine à visage couvert. On ne voit que ses mains mais cela n’a pas empêché la chaîne de faire appel à elle. Sans doute pour augmenter son audimat grâce aux abonnés de cette dernière et cela semble marcher. En conclusion, ces émissions culinaires sont devenues un nouveau créneau pour les annonceurs afin de faire passer leurs publicités grâce à des placements de produits, devenu un moyen pour les entreprises de créer des besoins.

Certains n’ont même pas besoin de faire passer des spots. La seule présence de leurs produits sur certaines émissions leur fait grimper les ventes, et ca marche. Côté économie, ca donne quoi ? Souhil Meddah, annaliste financier, fait une analyse : «En général, les chaînes thématiques dédiées aux questions de cuisine et à la consommation contribuent directement ou indirectement pour le compte des fournisseurs des produits présentées sur chaque diffusion, qui sont en général les sponsors de ces émissions». Selon l’expert, la règle générale pour faire passer le message est de diffuser le produit d’utilisation (l’huile, margarine ou autres) pour qu’ensuite on présente le produit fini après l’utilisation de ces produits.

«Ce mode de diffusion et de communication est plus efficace qu’une simple publicité, car il montre aux personnes intéressées les différentes phases de passage pour avoir un produit de bonne qualité. Donc, l’influence par cette voie de communication est directement ou indirectement très efficace». Ainsi, «généralement les marques qui investissent dans ce type de sponsors, enregistrent une très grande évolution de leurs ventes surtout en période de Ramadhan ou lors des occasions de fêtes. Aussi, ces chaînes contribuent aussi à intégrer des produits qui n’existent pas ou qui ne sont pas connus sur le marché local», conclut-il.

Sofia Ouahib et Ryma Maria Benyakoub
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie