Pages hebdo Magazine
 

Batna. Aquapark-Lompi : Le secret d’un succès de l’été

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.08.17 | 12h00 Réagissez

C’est à moins de 25 km au nord-est de Batna que le buzz de cet été a eu lieu. A l’ouverture de sa saison d’activité, du 1er juillet au 31 août, l’aquapark du groupe Lombarkia (Lompi) propose une nouvelle attraction : une piscine à vagues artificielles, en plus de la plage de sable qui l’accompagne.

Que ce soit sur les réseaux sociaux ou en ville, tout le monde en parle. Beaucoup s’étonnent qu’on soit capable de concevoir et de construire cela. Quelques-uns s’en moquent. «Ce sont les ingénieurs du groupe Lompi qui ont tout fait», nous dit-on. Mais pour la majorité des gens qui y sont allés, la belle surprise ! Le fond est bleu clair. L’eau est quasi transparente sur les 2500 m2 de la piscine. Le sable est fin et s’étale sur 5000 m2.

Une impression des  îles ! Le staff est accueillant, souriant, chaleureux. On vous accompagne, on vous installe. Il y a de tout  : familles, groupes de jeunes, amis ou groupes mixtes. Chacun son plaisir. Certains se baignent dans une eau calme, d’autres prennent le soleil et bouquinent sur un fond de musique. Mohamed, le DJ biomécanicien, assure le mix.

Toutes les 45 minutes, les vagues assurent le show. Frontales, de côté, formant des tourbillons, les vagues sont là pour 15 minutes et excitent tout le monde. Les gosses, pas loin du bord, s’y jettent. Les plus téméraires des jeunes les défient et nagent à contresens. On se croirait au bord de la mer. Il s’agira ensuite d’aquagym. Tout cela sous la surveillance permanente d’un groupe de plagistes et d’agents de sécurité triés sur le volet.

Pour tout l’aquapark, ils sont 80 agents et plagistes. Ceux-là ont tous été testés. Ils savent nager et faire sortir une personne en détresse de l’eau. Selon Abdeslam Araar, gérant de l’aquapark, le secret pour que tout soit aussi fluide, c’est le contrôle mesuré, sans que ça se voit ni se ressente.

«La distribution de la clientèle sur la plage n’est pas fortuite. On fait en sorte que ça soit homogène», nous explique-t-il, avant de préciser : «Les groupes d’amis turbulents, on les laisse s’installer. Mais au moindre incident, nos agents interviennent et emmènent la personne en question dans un bureau. Là, elle est rappelée à l’ordre. Si elle ne respecte pas les autres, elle est exclue.»

Et les tabous sociaux ?

Ceci dit, l’impression des îles s’arrête lorsqu’il s’agit de tenue de plage. Tout est accepté, sauf le bikini. Abdeslam nous explique que les femmes ainsi vêtues représentent à peine 1% de la clientèle, et le bikini provoque et indispose une partie considérable de la clientèle, qui préfère partir lorsqu’elle y est confrontée. Selon eux, on ne peut regarder un bikini en famille !

«On a préféré interdire le bikini pour éviter ça. Ce n’est pas du tout à visée idéologique, c’est simplement commercial», nous a-t-il dit, ajoutant qu’un petit short et une brassière sont totalement acceptés. «En plus d’un mois d’activité, il n’y a eu que deux cas. Elles ont bien réagi lorsqu’on leur a rappelé la règle en mettant un petit foulard par-dessus», a-t-il ajouté.

Après plus d’une demi-heure en compagnie du gérant, nous entamons clairement le tabou de la mixité. Avec son calme et sa voix basse, Abdeslam nous affirme sans aucune gêne que toute clientèle est la bienvenue. C’est déjà le cas, nous dit-il. Il y a des groupes d’amis, de garçons et de filles, qui viennent s’amuser dans les différentes attractions.

Et tout se passe bien, et ce, malgré la réputation dite «familiale» du parc. «Certes, la volonté du propriétaire est que tout le parc soit essentiellement pour les familles, mais c’est surtout une question d’éducation. Il n’y a aucune raison pour que des gens bien élevés ne s’amusent pas chez nous», explique-t-il. Il ajoute : «Nous n’avons aucun droit de demander aux gens la nature du lien qui les unit.»

L’aquapark dispose de plusieurs activités attrayantes pour les groupes d’amis. En plus des toboggans géants, pour quelques-uns uniques en Algérie, il y a les terrains de beach-soccer et de beach-volley. Activités de groupes par excellence. Il serait absurde d’en interdire l’accès. L’autre performance technique au sein du complexe aquatique est le système de changement de l’eau. Elle est filtrée en continu et changée totalement deux fois par jour. Abdeslam a tellement confiance en son système de filtrage de l’eau qu’il en boit après qu’elle passe le filtre. De visu, elle est quasi limpide, même celle du bassin des enfants en bas âge.

Déficit

Certes, la qualité du service de l’aquapark en fait une destination attractive pour l’ensemble de la région est du pays. Il suffit de voir le parking pour le constater. Sétif, Constantine, Biskra, Khenchela, etc. Trois navettes gratuites par jour sont mises à disposition pour Batna. Mais c’est aussi le manque de divertissements durant la saison chaude qui le rend encore plus.

A Batna, des piscines couvertes ne fonctionnent ni durant l’année ni en été, comme celle du complexe sportif de Kechida. Cela fait deux années qu’elle est fermée. Celle ouverte au stade scolaire, sis au centre-ville, attire des dizaines d’enfants, souvent de milieux sociaux défavorisés, avec une tarification de 250 Da pour 1 heure 30 de nage.

Une envie intense et inassouvie les pousse à faire la manche quotidiennement pour accumuler la somme nécessaire et finalement accéder au peu de bonheur qu’ils ont pu arracher. D’autres s’amusent à se mouiller dans les jets d’eau, un nouveau phénomène social. La mauvaise gestion de tout le secteur de la jeunesse et des sports, que beaucoup de scandales ont éclaboussé, est coupable de cela. Car avec les infrastructures déjà existantes, la ville pourrait être complètement différente.

Un avenir ambitieux !

Par ailleurs, la tarification actuelle de l’aquapark peut constituer un handicap pour certains. 1200 Da par personne est un prix qu’on peut voir comme raisonnable lorsqu’on sait qu’il donne accès à toutes les attractions de 10h à 19h et au parc d’attractions jusqu’à minuit. Pour une personne seule, c’est même l’idéal.

Or, la principale clientèle du parc est sans conteste les familles. Et pour une famille moyenne de 5 membres, il s’agira de payer 6000 Da rien que pour entrer. Une somme conséquente lorsqu’une seule personne est chargée de s’en acquitter, et combien de fois par mois le fera-t-elle ?

Le gérant s’en rend compte et promet des formules plus intéressantes pour l’avenir. A la prochaine saison, l’aquapark offrira des bungalows, des abonnements, des packs et même une zone VIP. L’aquapark est performant, attractif et même innovant. Avec sa formule actuelle, il dispose d’une clientèle acquise. Celle à conquérir est encore plus nombreuse. Savoir se renouveler n’est-il pas le secret de tout succès pérenne ?      
 

Sami Methni
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie