Pages hebdo Magazine
 

Aknouche Hamdane Tadjedine, ancien Scout musulman de Bologhine raconte son quartier d’enfance

Balade dans le «Santodji» historique

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 21.12.17 | 12h00 Réagissez

Jadis scout au sein du groupe «El Widad» de l’ex-Saint-Eugène (Bologhine actuellement), Aknouche Hamdane Tadjedine nous plonge dans ses souvenirs pour nous proposer une balade dans le quartier hanté par les fantômes de Mourad Boukechoura, Mahieddine Bachetarzi, Kaltoum et Larbi Ben M’hidi.

On connaissait le «Santodji» festif, surtout à la veille des matchs du Mouloudia d’Alger, on découvre le quartier, berceau de la lutte armée et à l’avant-garde du patriotisme. Aknouche Hamdane Tadjedine, qui fut membre successivement des SMA, du PPA-MTLD et du FLN parle avec passion des «années difficiles» vécues entre 1944 et 1956, sans jamais courber l’échine.

Ce fort gardé par la Marine française dans les années 40, se dressant fièrement face à la baie d’Alger, fut l’un des points de la côte abordés par les troupes alliées, d’après les souvenirs de Tadjeddine Aknouche, pour préparer la libération de l’Europe du nazisme. «Le débarquement ne s’est pas fait sans encombres, dit notre interlocuteur.

Quand les Américains ont débarqué, ils ne pouvaient pas entrer au port, raison pour laquelle ils se sont rabattus sur le Fort de la Pointe Pescade.

De chez moi, on voyait des chaloupes avec des commandos qui débarquaient aux Deux-Moulins», raconte Aknouche, qui avait huit ans en ce novembre 1942, et il se rappelle encore du bruit assourdissant émanant de la mer. «Ma mère et moi, poursuit-il, regardions par le balcon les chaloupes qui débarquaient aux Deux-Moulins. Puis, on a entendu un crépitement de balles.

Plus tard, nous apprendrons que ces balles étaient destinées à un jeune vendeur de lait. Pour moi, c’est un chahid». L’altercation avec les gardes français s’étala entre 4 heures et 10 heures. Une image restera gravée dans la tête du jeune scout : celle des Marines américains faisant descendre les officiers français, mais sur la tête.

Les troupes occupèrent provisoirement les écoles du centre, obligeant les élèves à se mettre en vacances un mois après avoir entamé l’année scolaire 42/43, les Américains occupant l’école de filles, pendant que les Anglais siégeaient dans l’école de garçons. Les parents, ceux qui en avaient les moyens, envoyèrent leurs enfants à l’école privée.

Ce qui n’était pas le cas des élèves algériens. «En compensation de cette perturbation, on eut droit chaque matin à un bol de lait chaud, que nous prenions debout. C’était la première fois que les enfants algériens buvaient du lait en poudre», sourit Aknouche. Tadjedine Aknouche, lui-même membre des SMA «El Widad» de l’ex-Saint-Eugène se rappelle au bon souvenir de Mohamed Bourras, fondateur de la Fédération des SMA, ancien footballeur au sein du Mouloudia d’Alger. Etroitement surveillé, il fut soupçonné d’avoir des relations avec les Allemands et de leur avoir livré des documents secrets. Il fut traduit devant le tribunal d’Alger et condamné à mort le 14 mai 1941, puis exécuté le 27 mai 1941 sur le terrain militaire d'Hussein Dey.

«Pour nous Algériens, les ennemis de nos ennemis étaient nos amis», explique Aknouche. En ayant eu des contacts avec les Allemands, justifie-t-il, Bourras pensait agir «à titre individuel» afin d’obtenir des armes pour les jeunes Algériens.

Il eut le mérite d’avoir unifié tous les groupes scouts en une seule fédération et d’avoir organisé la jeunesse algérienne en vue de se préparer à prendre part à la libération du pays.

Amel Blidi
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...