Pages hebdo France-actu
 

Marseille : En décembre 1973, une bombe Contre le consulat d'algérie

Une plaque apposée pour ne pas oublier

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 31.01.18 | 12h00 Réagissez

En 1973, dans la série des attentats anti-algériens commis en France, la bombe contre les locaux du consulat algérien, le 16 décembre 1973, causa beaucoup d’émotion et de colère au sein la communauté algérienne, nombreuse dans la capitale du sud de la France.

43 ans après, le consulat général d’Algérie à Marseille a pris l’initiative d’apposer une plaque commémorative en présence de l’ambassadeur d’Algérie, Abdelkader Mesdoua. Dans cet attentat raciste commis par un groupuscule d’extrême droite, quatre personnes avaient été tuées et 20 autres blessées.

Le consul général, Boudjemaa Rouibah, a confié à El Watan son regret que ce grave événement soit tombé dans l’oubli : «Depuis plus de 40 ans, on en a peu parlé. L’initiative que nous avons prise s’inscrit dans une démarche contre l’oubli. C’est bien que beaucoup d’associations se soient jointes à la cérémonie, ainsi que des élus locaux.

Le personnel du consulat également était présent. Cela permet de remonter ensemble l’histoire et de ne pas oublier.» Quant à l’ambassadeur, sur son compte Twitter, il a relayé des photos en écrivant notamment : «Hommage aux victimes et contre la culture de l’oubli.» Par le même biais médiatique, M. Mesdoua indique avoir rencontré le préfet des Bouches-du-Rhône et le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, avec qui il a «discuté des opportunités de nouer des partenariats avec des villes algériennes profitant de cet espace commun propice au dialogue et au partage de valeurs communes aux deux  rives de la Méditerranée».

Après Marseille, l’ambassadeur devait se rendre dans le département voisin du Gard. A Marseille, le consulat général a mis à profit la présence de l’ambassadeur, dont c’était le premier déplacement officiel à Marseille, pour entamer une discussion avec un certain nombre de représentants d’associations et de ressortissants algériens à la suite de l’inauguration de la plaque.

Pour M. Rouibah, «l’ambassadeur a pu écouter les préoccupations exprimées sur le transfert de corps, le déplacement vers l’Algérie, le coût des voyages pendant les vacances estivales, le logement, l’emploi des jeunes, l’apport et les attentes de la communauté vis-à-vis du pays. Et, vice-versa, les attentes du pays. Les dernières décisions prises par le président de la République sur l’accès à la propriété et l’Ansej ont été débattues. Pour moi, la réunion a été positive car tout le monde était à l’écoute».

L’ambassadeur, Abdelkader Mesdoua, a estimé que «la prise en charge des préoccupations de nos concitoyens est au centre de notre action diplomatique et consulaire». Le consulat général de Marseille organise, chaque mois, des rencontres culturelles en son siège pour renforcer les liens dans la communauté algérienne. La dernière avait été une fête pour Yennayer.
 

Walid Mebarek
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...