Pages hebdo France-actu
 

Une cellule «laïcité» au ministère

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.09.17 | 12h00 Réagissez


Le ministre français de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, envisage de créer une «cellule laïcité» au sein de son ministère pour répondre aux besoins des enseignants confrontés à certaines manifestations de l’islam dans les écoles, notamment les collèges et lycées. «Concrètement, a-t-il confié à L’Express, il s’agirait d’une petite équipe constituée de juristes, d’experts disciplinaires qui viendraient en appui aux écoles et aux établissements pour aider les communautés éducatives à trouver les meilleures solutions afin que les valeurs de la République soient pleinement respectées et soient au centre de l’école.»

Il explique : «Aucun professeur ne doit se sentir seul. Il doit pouvoir signaler ces situations à son chef d’établissement, il doit exister une unité des adultes au sein de l’établissement pour regarder en face ce type de phénomène et y réagir de façon appropriée. Mais si une certaine impuissance se manifeste localement, l’ensemble de l’institution se mobilisera.

Ce que je souhaite c’est que sur un tel sujet, des problèmes identiques trouvent une réponse identique sur l’ensemble du territoire. C’est aussi une question d’égalité devant la République. C’est pour cela que j’envisage de créer une cellule laïcité au sein du ministère de l’Education nationale pour répondre à tous les cas qui se présentent via les rectorats.»
Le ministre a été interrogé au sujet du livre publié par un principal marseillais à la fin août et intitulé   Principal de collège ou imam de la République (avec Emmanuel Davidenkoff, Ed. Kero).

Refusant d’être taxé d’islamophobe, l’auteur répondait dans un entretien dans le quotidien La Croix : «Tout au long de ma carrière, je n’ai jamais confondu la religion musulmane et l’islamisme. Je sais que ce livre peut être mal interprété.
Mais ce que j’attaque, ce n’est pas l’islam. Je combats les dérives d’une vision qui met la loi de Dieu au-dessus de la loi des hommes.»
Quant aux solutions, il préconise plus d’ouverture : «Plus une zone est défavorisée, plus le collège doit être lieu de culture et d’ouverture (…)  L’école doit être un opérateur de quartier. On doit être ouvert le soir, il doit se passer des choses. Mais c’est très antinomique avec Vigipirate…»

 

Walid Mebarek
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie