Pages hebdo Etudiant
 

Journée mondiale de la Terre

Un rassemblement pour défendre la recherche scientifique à Washington

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.04.17 | 12h00 Réagissez

n rassemblement de près d’un millier de personnes a commencé samedi à Washington pour défendre la recherche scientifique, ont rapporté les médias.

Cette manifestation, qui coïncide avec la Journée mondiale de la Terre, sera conclue par une marche vers le Capitole, siège du Congrès, a ajouté la même source. D’autres rassemblements se déroulaient dans plusieurs autres villes américaines, dont New York, et plus de 600 marches sont prévues à travers le monde. Elles ont déjà eu lieu à Londres, Paris, au Ghana, en Nouvelle-Zélande et en Australie. «Je suis inquiète de la rhétorique anti-science» de l’administration américaine «et de son manque de connaissances scientifiques», a expliqué Kathy Ellwood, la soixantaine, une biochimiste, cité par l’AFP. «Ils doivent comprendre que les faits scientifiques sont apolitiques et écouter leurs scientifiques», a-t-elle ajouté. «Mais je pense qu’il y aura beaucoup de résistance au Congrès», a estimé Elisabeth Johnston, biologiste retraitée citée par l’agence. Kara Lukin, professeur d’immunologie à la Western Governors University, qui a fait le déplacement de Denver, dans le Colorado, espère que «cette marche va amorcer un changement aux Etats-Unis, où la science et l’éducation ont été dévaluées ces dernières années». Jeudi, Rush Holt, président de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS), plus grande organisation scientifique généraliste au monde, forte de 120 000 membres, avait expliqué que «les chercheurs réalisent de plus en plus que les faits scientifiques sont trop souvent ignorés dans les débats publics et sont remplacés par des opinions et des croyances idéologiques». Il avait estimé que ce phénomène est apparu il y a plusieurs décennies et s’est aggravé récemment.

Ce scientifique nucléaire a pointé le fait que le budget fédéral de la recherche représentait moins de la moitié de celui des années 1960 en pourcentage du Produit intérieur brut (PIB). Pour sa part , Eric Davidson, président de l’American Geophysical Union a déclaré : «Nous ne pouvons pas simplement croiser les bras et supposer que tout le monde comprend à quel point la science est cruciale pour l’économie, la sécurité nationale, l’environnement, la santé humaine et bien d’autres choses.» Il a défendu cette marche soutenue par plus de 220 organisations scientifiques et instituts de recherche dans le monde.  Par ailleurs, Myles Allen, patron du programme de recherche climatique à l’université d’Oxford a insisté : «Nous avons besoin de la technologie et de l’innovation américaines pour résoudre le problème du changement climatique.» Peu après son arrivée à la Maison-Blanche, le président Donald Trump a signé des décrets pour démanteler les protections environnementales de son prédécesseur démocrate, Barack Obama, et a nommé à la tête de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) le climato-sceptique Scott Pruitt. Son premier projet de budget propose une baisse de 31% des fonds alloués à l’EPA et des coupes dans l’enveloppe de recherche des instituts nationaux de la santé. Une autre marche, pour le climat, est prévue le 29 avril.
 

APS
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...