Pages hebdo Etudiant
 

Deuxième édition de l’ISM Talent Compétition (ITC) à Batna

Un gagnant, le talent !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.05.17 | 12h00 Réagissez

Le talent brille, s’impose et transcende tout, même les contraintes techniques.

La deuxième édition de l’ISM Talent Compétition (ITC) à la maison de la culture de Batna, samedi passé, en est la meilleure preuve. C’est le club universitaire «One City», formé d’étudiants en médecine à sa création, puis ouvert à tous, qui a organisé cet événement.

En effet, il s’agit d’une compétition culturelle et caritative destinée à révéler le talent des jeunes étudiants et à les aider à le développer. «Notre but ultime est de changer les mentalités des jeunes en les aidant à surpasser leurs craintes, en les poussant à se révéler et à s’assumer devant le monde entier», nous explique Ahmed Achouri, président du club. Les revenus de l’événement sont destinés aux plus démunis parmi la population, à l’enfance assistée, au centre anticancer, etc.

Toute la communauté universitaire l’attendait avec impatience, tous ayant en tête le franc succès de la première édition. L’engouement était tel qu’à l’ouverture des réservations sur internet, les 600 places ont été prises en seulement quelques heures. A moins de 30 minutes avant le début, la salle était presque comble, avec une section réservée aux «mamans». A chacune d’entre elles, une rose et une belle carte. Un bel hommage.

En tout, c’étaient 25 participants en lice dans les différentes catégories que propose le concours : musique, récitation du Coran, dessin, littérature et freestyle. Et c’est Khalil Benhaya, le jongleur freestyle, qui a remporté la compétition au bout de plus de 6 heures de spectacle. Un record ! Ceci dit, la programmation était maladroite. Les catégories de récitation du Coran, de dessin et de littérature ont ouvert le bal. Bien que la majorité des prestations fût correcte, la tension et l’impatience du public étaient palpables, la majorité d’entre eux étant là pour la musique.

D’ailleurs, l’entracte musical n’a pas suffi à détendre l’atmosphère, le talent lyrique des animateurs, Ahmed et Roufaida, non plus. Au bout de presque 4 heures d’attente, après une pause-café, ce fut le tour de la catégorie tant attendue, la musique. La déception était grande. Malgré la volonté de fer des organisateurs et la talent évident des compétiteurs, le système de sonorisation caduc et de très mauvaise qualité de la maison de la culture a complètement détruit les prestations.

C’est d’ailleurs le cas systématiquement pour tous les spectacles musicaux qui s’y produisent depuis des années, sans que personne réagisse. Les enceintes retour de scène ne fonctionnaient pas et, cerise sur le gâteau, le piano était désaccordé. Les organisateurs ont vu le coup venir et ont proposé une solution radicale à la hauteur de leurs ambitions : installer leur propre système de sonorisation et le laisser pour les futurs utilisateurs. Une proposition qui reflète la détermination intense de cette association à réussir son événement, mais rejetée pour cause de procédures administratives, nous a-t-on dit !

Une mauvaise sonorisation ou pas, des prestations désynchronisées ou pas, le talent des participants a brillé et l’effort des organisateurs a payé.

Sami Methni
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie