Pages hebdo Etudiant
 

Ramy Zemmouchi. Président du club scientifique de l’ESI (SCE).

Les étudiants sont non seulement doués dans le domaine Tech, mais ils sont également assez créatifs

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.03.17 | 12h00 Réagissez


- Comment vous est venue l’idée d’organiser les hackathons ?

Les hackathons sont des événements très fréquents dans le monde entier. On les trouve essentiellement aux Etats-Unis, en Angleterre ainsi que dans les pays du Golfe. On s’est donc dit pourquoi ne pas organiser ce genre d’événements en Algérie. Il faut savoir que dans le monde entier, le hackathon est sponsorisé par les plus grandes firmes dans le domaine Tech, en l’occurrence IBM, Microsoft, Facebook… nous avons commencé donc à travailler sur cet événement depuis plusieurs mois.

- Quel est son objectif ?

L’objectif est de rassembler les talents, pour cette édition, ils sont plus de 80 participants,  afin de trouver des solutions à des problèmes très fréquents dans le monde entier. Il s’agit en fait de répondre aux OMD (Objectifs millénaire du développement) établis par l’ONU. Trouver des solutions technologiques est devenu un objectif primordial, surtout que la technologie contribue en grande partie à la résolution de plusieurs soucis que rencontre le monde.

- Avez-vous établi des critères dans le processus de sélection ?

En fait, nous avons reçu 500 demandes de participation. Les profils étaient éclectiques. Nous avons demandé aux candidats de se présenter et de proposer leurs propres projets. Il est important de savoir que dans ce genre d’événement, on ne participe pas pour apprendre, mais plutôt pour créer quelque chose. Avec Microsoft, on a choisi les profils les plus motivés, qui ont un certain background leur permettant de créer quelque chose.

- Comment avez-vous lancé votre appel à candidature ?

On a commencé d’abord par lancer l’événement, et, ensuite, nous avons ouvert les inscriptions qui ont duré une semaine. C’était un travail titanesque qui nous a pris beaucoup de temps pour pouvoir le réussir.

- Avez-vous remarqué une différence régionale quant aux idées et projets des participants ?

Effectivement. Nous avons reçu des candidats venant des quatre coins du pays. Ce sont des étudiants de différentes universités et écoles et dans différents domaines d’études. Ils ne sont pas forcément inscrits en informatique, mais ils affichent quand même un engouement certain pour le domaine.  On trouve, à titre d’exemple, des étudiants en économie, qui sont passionnés par l’informatique et maîtrisent pratiquement tous les outils. C’est vraiment intéressant de voir cette diversité parmi les participants.

On remarque que les étudiants sont non seulement doués dans le domaine Tech, mais qu’ils sont également assez créatifs. Nous avons constaté que les projets étaient vraiment innovants, révélant une grande différence de vision des participants. Certains participants ne se connaissent pas, mais cet événement leur permet de former une équipe, de travailler ensemble et d’échanger des idées pour ensuite créer ensemble.

Les OMD touchent à des problématiques planétaires et très variées, telles la pauvreté, l’éducation, la question des réfugiés, etc. Certaines idées proposées sont déjà disponibles, mais la valeur ajoutée que les participants essayent de créer les rend assez spéciales. Nous essayons donc de les prendre en considération lors des présentations, où les candidats vont présenter leurs idées en moins de 10 minutes, car dans ce genre d’événement, on incite les participants à nous convaincre de l’utilité et de l’importance de leurs travaux dans une démonstration qui doit être très rapide, et ce, en raison du nombre important d’étudiants participants au Hackathon.

- Quelles sont les thématiques auxquelles les étudiants sont sensibles ?

Les participants ont touché plus aux sujets relatifs à la santé. Comme nous avons présenté 17 soucis qui préoccupent le monde, les étudiants n’ont pas trouvé de difficultés à cerner une problématique et chercher par la suite une solution.

- Que gagnera l’équipe vainqueur ?

Les vainqueurs de la compétition HackIti, qui sont pour la plupart des développeurs, auront des offres et des plates-formes qui leur permettront de créer, et auront accès à des machines virtuelles et des bases de données. Microsoft soutient les étudiants et leur donne accès à «Azur», qui est une plate-forme Cloud de Microsoft, afin qu’ils puissent mener à bien leurs projets.


 

Fatma-Zohra Foudil
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Débats d'El Watan 2014

Débats d'El Watan 2014
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie