Pages hebdo Etudiant
 

Conseil supérieur de la jeunesse

Le docteur Khalil Sakhri pressenti pour la présidence du CSJ

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.06.17 | 12h00 Réagissez


Expert international sur les questions de la jeunesse, consultant pour des agences onusiennes (UNODC, UN-Habitat, Unaoc), ainsi qu’auprès de  la Commission européenne et le Conseil de l’Europe, le docteur Khalil Sakhri (médecin à Sonatrach), très connu dans la sphère onusienne où il a fait ses preuves, est, nous dit-on, pressenti pour présider le Conseil supérieur de la jeunesse. Contacté par El Watan, le formateur pour l’Agence Erasmus Jeunesse et Sport a bien voulu parler de sa vision des choses.

«Le Conseil national de la jeunesse aura indéniablement le rôle d’innovateur, il doit favoriser les intérêts des jeunes et mettre en œuvre des projets pilotes et un programme d’activités, de formation, d’information et de services de consultation afin de créer le maximum d’opportunités pour les jeunes Algériens», souligne, en préambule, l’ancien  président du Club scientifique de la faculté des sciences médicales de Sétif, où il a fait ses premiers pas. Et d’enchaîner : «Le Conseil supérieur de la jeunesse du plus grand pays africain doit être exemplaire par ses activités au niveau local, régional, national et international. Comme il doit coopérer avec les autres conseils de la jeunesse dans le monde entier et particulièrement les pays euro-méditerranéens. Le Conseil supérieur de la jeunesse algérienne aura toutes les chances de devenir le leader de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord). Son programme doit inclure la formation et le renforcement des capacités dans le domaine de l’engagement et de l’éducation civique, culturelle, sportive, sociale et humanitaire. Sans doute, l’engagement et l’implication des jeunes conduit à une meilleure employabilité.

On veut un conseil en mesure de vendre l’image du pays, en apportant ainsi son soutien au développement de la coopération internationale en s’impliquant dans les programmes des Nations unies.» Apostrophé à propos de l’information relative à sa désignation à la tête du CSJ, le dynamique Dr Sakhri est resté évasif : «Je suis et demeure au service de mon pays qui m’a tout donné. La question de la désignation est du ressort exclusif de Son Excellence le président de la République.» 

Kamel Beniaiche
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie