Pages hebdo Etudiant
 

Farid Boutaba. Membre du bureau national du CNES

L’enseignant souffre

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.01.17 | 10h00 Réagissez

L’enseignant souffre dans l’université et en dehors. Sa situation ne cesse de se dégrader et il est pris entre le marteau et l’enclume, entre sa fonction et sa vie sociale et familiale.

Son pouvoir d’achat ne cesse de se dégrader. Il n’y a pas eu d’augmentation depuis 2008 malgré les forts taux d’inflation. En plus, beaucoup de ces enseignants n’ont pas de logement. Tout cela rend la vie pédagogique pénible. Avec cette gestion des flux, le professeur se retrouve dans des salles face à 400 étudiants, c’est vraiment difficile à supporter. En plus, pris par ses travaux pédagogiques, il n’arrive pas à gérer sa carrière ni à finir ses stages ou ses recherches pour le doctorat. Rares sont les enseignants qui réussissent vraiment à pallier aux deux volets.

Si on ajoute à cela l’argument de l’austérité, il est dans la difficulté pour effectuer ses stages ou trouver sa documentation. Depuis 2008, le statut de l’enseignant-chercheur n’a pas changé. Au niveau du CNES, nous avons soumis des propositions allant dans le sens de l’équilibre entre les volets pédagogique et recherche. On a engagé des discussions avec le ministère sur ce sujet. Mais depuis, rien. Ce statut doit être révisé. Car en plus, cette université qui a créé une formation à deux vitesses — classique et LMD — nous fait entrer dans une dialectique interminable qui finit par user tout le monde.
 

Samir Azzoug
 
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Débats d'El Watan 2014

Débats d'El Watan 2014
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie