Pages hebdo Etudiant
 

Etudes au Japon : Des possibilités malgré des offres onéreuses

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.01.18 | 12h00 Réagissez

Après l’obtention du baccalauréat ou un diplôme universitaire, entamer des études au Japon semble compliqué ; pourtant, le pays séduit plus 200 000 étudiants étrangers à travers le monde. Avec un système universitaire performant dans plus de 700 universités privées et publiques, le Japon se hisse dans le top des universités dans le monde. L’ambassade du Japon en Algérie a partagé un guide minutieux et pratique pour les étudiants algériens. A consulter !

L’ambassade du Japon en Algérie vient de publier un guide pratique pour les étudiants désirant se rendre au Japon pour poursuivre leur cursus. En effet, ce volume d’une quarantaine de pages est entièrement dédié aux informations sur les formalités et les obligations pour effectuer un séjour d’études au Japon.

Ce guide, intitulé «Guide de l’Etudiant au Japon», est édité en anglais par la Japan Student Services Organization (consultez leur site pour plus de détails : www.jasso.go.jp/en/index.html ou sur la page Facebook de l’ambassade : www.facebook.com/ambjpalger/). Quel que soit le cursus souhaité (stage, études courtes ou longues, programme d’échanges, etc) le visa est obligatoire.

Au préalable, il faudrait donc traduire les documents, se préparer à des entretiens par téléphone ou Skype (soit avec des agents de l’université ou du service de l’immigration). Sans compter sur la préparation des documents pour l’inscription, trouver un logement et être assisté par des étudiants japonais ou étrangers. Plus de 200 000 étudiants étrangers font le choix du Japon, d’après les statistiques de la Japan Student Services Organization (JSSO) : presque 1930 venant d’Afrique, 1670 du Moyen-Orient, 3000 des Etats-Unis, 1390 d’Amérique latine, etc.

Programmes

Le Japon compte près de 700 universités entre franchises nationales, publiques et privées. La durée des études universitaires est de quatre ans et six ans pour médecine, vétérinaire et chirurgie dentaire. Il existe cinq types de programmes : «Graduate Schools» qui correspond au master et au doctorat ; «Junior Colleges», un cursus de deux à trois ans selon la spécialisation ; «Colleges of Technology» et qui dure cinq ans au minimum, et enfin le «Special Training Colleges» d’une durée de deux ans et tous les diplômes obtenus sont équivalents des lycées professionnels et les «Colleges of Technology» qui forment les étudiants pour un métier.

Avant d’entamer les formalités du visa, assurez-vous de lire attentivement toutes les recommandations dans le guide, ainsi que les coûts : du séjour par mois, le prix des aliments, des transports, des avantages de la carte d’étudiant, etc.

Tout est minutieusement détaillé selon le programme choisi ; par exemple, pour se loger, il existe de nombreuses résidences universitaires pour les étudiants étrangers. Toutefois, pour les étudiants désireux de  s’installer seuls ou en co-location, il faut compter entre 20 000 et 120 000 da pour bénéficier d’un appartement. A Tokyo, un appartement peut aller jusqu’à 120 000 da par mois — vu que c’est la capitale — et un dépôt de garantie non remboursable peut être réclamé par le locataire.

Bourses

Il existe également une autre solution, moins coûteuse, bien pratique et qui permet d’intégrer immédiatement les codes et les traditions du Japon. En effet, de nombreux étudiants étrangers optent pour la vie en famille d’accueil ! Ce qui est encore plus coûteux que le logement, ce sont les études. Il faut savoir que les frais d’inscription dans les universités japonaises sont très onéreux, dépassant largement les 2000 dollars.

Il faut savoir aussi que le Japon dispose d’un système de bourses pour les étudiants étrangers, mais ce dernier bénéficie uniquement à 11 000 chanceux. Les autres peuvent espérer trouver d’autres moyens pour financer leurs études, soit sur fonds propres, en travaillant, etc. A noter que le Japon délivre d’autres bourses pour les jeunes comme la bourse d’études et de recherche ou celle de langue et civilisations japonaises.

Cela dépend essentiellement de la coopération universitaire entre le deux pays, en l’occurrence l’Algérie et le Japon. Avant de s’inscrire dans une université japonaise, il est donc recommandé de vérifier les différents types de coûts qui peuvent surgir. D’où l’importance de consulter ce guide qui donne les détails des frais pour postuler à l’université, les frais liés à l’admission, ou encore les frais validés par un centre de formation professionnel.

Par ailleurs, il est obligatoire de parler anglais et d’intégrer des cours de japonais pour tous les cursus proposés. L’examen d’entrée dans les universités du Japon s’appelle EJU (Examination for Japanese University Admission for International Students) et il est nécessaire de maîtriser la langue Shakespeare pour passer l’examen d’entrée. Certaines universités japonaises proposent des cours aux étudiants étrangers, en Algérie l’ambassade du Japon propose ce service depuis quelques années avec validation des niveaux.

 

Faten Hayed
 

Etudiant : les autres articles

Qaada Science : Promouvoir la culture des sciences Réagissez

 

Journée mondiale de la diversité biologique : Rien ne semble être fait pour enraye l’érosion de la Biodiversité Réagissez

 

Jean-Pierre Quignard. Professeur à l’université de Montpellier : Les lagunes méditerranéennes ont une grande valeur écologique, sociale et économique Réagissez

 

Mohamed Hichem Kara. Professeur à l’université de Annaba : Le maintien de la biodiversité n’est possible que dans un environnement sain et équilibré Réagissez

 

Un ouvrage de 1500 pages du Pr. Mohamed Hichem Kara (Annaba) et du Pr Jean-Pierre Quignard (Montpellier) consacré à la biodiversité en Méditerranée Réagissez

 

Aviation Training school : Sortie de la première promotion de pilotes Réagissez

 

Abdelmadjid Fechkeur. Directeur de l’école Aviation Training School (ATS) : Nous avons pour ambition d’installer un campus à Tiaret Réagissez

 

Conférence internationale sur l’énergie, matériaux, énergétique appliquée et pollution ((ICEMEAP ) : Une mise à jour des développements technologiques Réagissez

 

Projet de développement et de rationalisation de la gestion des ressources humaines à l’université de Souk Ahras : Cinq ateliers pour pallier les lacunes administratives Réagissez

 

Belkacem Benzenine. Docteur en philosophie politique et chercheur au Crasc d’Oran : «Les libertés académiques sont menacées» Réagissez

 

Tous les articles

loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...