Pages hebdo Etudiant
 

Agriculture : Jusqu’à la petite semence

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.07.17 | 12h00 Réagissez

 
	Cartographie des exploitations agricoles ; commune de Sidi Chami (Oran)
Cartographie des exploitations agricoles ; commune de Sidi Chami...

En économie, le secteur primaire est le cœur de l’autosuffisance alimentaire et donc de la souveraineté d’un Etat. L’agriculture, l’une des plus vieilles activités humaines peut aujourd’hui, bénéficier de l’essor technologique pour améliorer son rendement et faire les meilleurs choix d’exploitation.

Au CTS, grâce à l’imagerie du satellite Alsat 2A, une équipe de chercheurs s’intéressent à la production des statistiques agricoles en céréaliculture. Les objectifs sont essentiellement de délimiter avec précision le territoire céréalier ainsi que l’estimation de la surface et de la production. En collaboration avec la direction des statistiques de la wilaya de Sidi Bel Abbès, l’équipe du CTS s’attelle à produire des statistiques agricoles fiables et actualisées, qui sont une nécessité absolue pour le développement du secteur agricole. «Ainsi, l’étude répond à la politique d’appui à la production agricole via l’utilisation de l’imagerie satellitaire.

Nous avons effectué des interprétations sur le plan visuel pour identifier les différentes formes d’occupation du sol», explique le Dr Mansour, ingénieur en géographie et aménagement rural. En second lieu, les chercheurs effectuent un traitement automatique de la classification et la cartographie thématiques.

Le choix de Sidi Bel Abbès comme site pilote est établi d’abord par sa proximité géographique avec le CTS et ensuite par sa vocation agro-sylvo-pastorale d’une superficie totale de 9150 km2 avec une surface agricole totale de 386 552 ha, dont une superficie agricole utile de 363 191 ha. «La cartographie d’occupation du sol nous a permis de faire des estimations de chaque thème d’occupation. Dans ce travail, le potentiel de l’imagerie Alsat 2A, est démontré pour la collecte des statistiques agricoles en céréaliculture», développe le docteur.

Les traitements réalisés sur l’imagerie du satellite Alsat 2A ont abouti à une cartographie thématique (occupation du sol, limite céréalière, biomasse céréalière). Les données Alsat 2A, qui apportent une dimension géographique et des informations sur le développement des cultures, sont utilisées pour l’extraction de l’indice de végétation par différence normalisé du territoire céréalier.

Il convient de savoir que les indices de végétation sont largement utilisés, car ils permettent d’identifier et de décrire, de façon assez simple et rapide, l’évolution des cultures ainsi que d’évaluer et de rendre compte de l’état de certains paramètres biophysiques, comme la biomasse et le stade de croissance des cultures à un moment donné.

«La production des statistiques agricoles en utilisant des données de télédétection à haute résolution spatiale permises par Alsat 2A répond aux besoins en informations du secteur agricole. D’où l’intérêt d’appliquer cette méthode pour le nord de la wilaya pour pouvoir collecter des statistiques sur la céréaliculture (surface et rendement)», fait remarquer le Dr Mansour.

Ces indicateurs que sont les statistiques agricoles permettent ainsi de mieux suivre les cultures et de prévoir les besoins dans les différentes campagnes : labour, semences et moisson. D’après les explications de l’expert, l’utilisation des images Alsat 2A dans le domaine de l’agriculture a montré une grande efficacité pour en déduire des évaluations précises qui coïncident avec les besoins du secteur agricole en matière de cartographie des limites, de déclaration des surfaces ainsi que des prévisions des rentes.

«C’est une thématique qui a une portée stratégique, car nous sommes l’un des plus grands importateurs mondiaux de blé et nous le faisons généralement dans les plus mauvaises conditions. Et les outils spatiaux permettraient d’estimer les récoltes dans un temps bien précis», soutient Abdelhak Trache, conseiller auprès de l’ASAL.                   

F. Z. F.
 

Etudiant : les autres articles

Djamila Halliche .Directrice générale de l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (Anvredet) : Les moyens consacrés à la recherche restent encore dérisoires Réagissez

 

Béchar : Avec 18,35 de moyenne au bac, elle rêve de devenir astrophysicienne Réagissez

 

Le satellite, cet outil de développement et de souveraineté nationale Réagissez

 

La constellation des satellites algériens Réagissez

 

Centre de développement des satellites : L’œil du satellite Réagissez

 

Mohamed Kameche. Directeur du Centre de développement des satellites (CDS) : Les institutions ne sont plus obligées de passer par les bureaux d’études étrangers Réagissez

 

Dr Chikouche Abdelwahab. 39 ans, directeur d’études chargé des Programmes spatiaux et du Développement industriel ; PhD en Technologie spatiale Surrey Space Centre, University of Surrey, Royaume-Uni : Mettre l’outil spatial au service du développement national durable Réagissez

 

Dr BENACHIR Djaouad. 37 ans, directeur d’études chargé des Applications spatiales à l’Agence spatiale algérienne (ASAL). Ingénieur en électronique, option contrôle. Docteur en traitement d’images à l’Université de Toulouse III, France. : L’exploitation des images fournit des informations précieuses permettant une prise de décision rationnelle et rapide Réagissez

 

Urbanisme : Oran cartographiée Réagissez

 

Littoral : L’Algérois scanné Réagissez

 

Tous les articles

le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie