Pages hebdo Arts et lettres
 

Alger. LA FUTURE STATION-MUSéE DE LA PLACE DES MARTYRS

Sous les pavés, l’histoire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.04.14 | 10h00 2 réactions

zoom | © Photo : CNRA - INRAP

Dans le ventre de la ville, le métro de la modernité a rencontré le passé.

Traversant la grouillante station de bus de la Place des Martyrs, fermée au public depuis cinq ans, peu d’entre nous se doutaient qu’ils foulaient du pied la couche supérieure d’une stratification témoignant de l’histoire la plus ancienne de la ville d’Alger : Ikosim la phénicienne, Icosium la romaine ou El Djazaïr du prince Bologhine. Evoquant le passé de la ville, certains invoquent les souvenirs de l’époque coloniale, d’autres les récits de l’époque ottomane… Mais la profondeur historique d’Alger remonte à des époques bien antérieures. De Juba II aux bus de la RSTA, deux mille ans de notre histoire sommeillent sous les pavés.    

C’est à la mise en valeur de cette vertigineuse profondeur historique que s’atelle actuellement une équipe d’archéologues franco-algérienne qui partage le chantier avec les ouvriers de l’Entreprise du Métro d’Alger. «Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve», écrivait le poète. Le cas échéant, c’est le péril de la destruction des vestiges qui a imposé l’urgence des fouilles. En effet, c’est le projet d’une station de métro qui a impulsé les recherches sur ce site archéologique de première importance. Le potentiel du site était déjà connu des spécialistes et des opérations ponctuelles avaient été effectuées dès 1995. Mais c’est seulement en 2009 que deux grands sondages ont permis d’identifier les zones à sauvegarder dans une stratégie de fouille préventive.

Objectif : une station-musée qui permettra aux usagers du métro de voyager, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps. «Le défi est d’allier un projet de développement, la construction d’une station de métro avec la préservation et valorisation du potentiel patrimonial et archéologique», résume Farid Ighilahriz, directeur du Centre national de recherche en archéologie (CNRA) qui mène les fouilles en collaboration avec l’Institut national de recherches en archéologie préventive (INRAP). Cet institut français apporte son savoir-faire en la matière, autrement dit la sauvegarde d’un patrimoine archéologique dans le contexte d’un projet d’aménagement du territoire ou d’urbanisme (station de métro dans ce cas précis). Recommandé par l’Unesco, cet institut participe à l’élaboration d’une stratégie qui concilie les exigences du ministère des Transports et celles du ministère de la Culture, tous deux parties prenantes de ce projet de station-musée. L’intervention de l’Unesco s’explique par le fait que le site est placé dans le périmètre de La Casbah, classée patrimoine mondial de l’humanité depuis 1992.
Pour sauver ce qui peut l’être, le plan de la station a été totalement revu. Le tunnel sera enfoui à 35 mètres de profondeur afin d’épargner les 7 mètres où se déroulent les fouilles et le nombre des puits de ventilation a été revu à la baisse. Sur le site, les archéologues travaillent à plein temps depuis le mois de juin 2013 pour des fouilles qui s’étendent sur une superficie de 3250 m².

Entre la cacophonie des klaxons de l’avenue du 1er Novembre et l’incessante ritournelle des vendeurs à la sauvette de la rue Bab El Oued, les scientifiques s’appliquent à sauver les vestiges de notre passé. Autour du site, un mini-laboratoire est en construction afin d’analyser les objets sur place. On y rencontre Kemal Stiti, chef de chantier des fouilles, en discussion animée avec un collaborateur de l’Entreprise Métro d’Alger. Il nous confie que les négociations pour gagner du temps pour les fouilles constituent son lot quotidien. «Nous travaillons dans l’urgence pour sauver ce qui peut l’être avant le passage de l’équipe du métro. Nous apprenons à travailler ensemble. C’est une négociation de tous les instants. Souvent, une découverte fait que nous demandons plus de temps à nos collaborateurs du métro d’Alger. Mais ces derniers ont aussi leur calendrier avec des charges importantes. Et chaque retard leur coûte de l’argent. Il nous arrive souvent de travailler le week-end pour pouvoir avancer. Depuis quelques mois, nous voyons de moins en moins nos famille.»

Le site est en effet le théâtre du constant va-et-vient des archéologues, allant de découverte en découverte. Sa richesse est telle qu’il a fallu sacrifier certains vestiges pour en sauver d’autres. C’est le cas de l’hôtel de la Régence dont la construction, durant la période coloniale, s’était faite aux dépens des vestiges antérieurs remplacés par ses caves. Plus largement, la construction de l’ex-Place du Gouvernement s’était faite sur les débris des bâtiments préexistants, détruits par les autorités coloniales. Les traces de ces destructions seront d’ailleurs symboliquement conservées comme trace de l’agression physique de la colonisation, nous confie M. Ighilahriz. Ces fouilles relèvent donc d’une sorte de recherche des temps «perdus», ou du moins une réappropriation du passé dans toutes ses dimensions. «On doit décoloniser l’histoire, explique le directeur du CNRA. Les bases de notre histoire et de notre archéologie ont été écrites par le colonisateur (et souvent par des militaires). Et cela explique la mise en avant des envahisseurs aux dépens de tout ce qui peut représenter nos repères identitaires. Aujourd’hui, les spécialistes doivent faire un travail de vulgarisation auprès du grand public pour corriger cette vision des choses.»
L’histoire du site de la Place des Martyrs s’étale sur une période de plus de deux mille ans. Sur le temps long, on retrouve quelques constantes comme la vocation portuaire de la ville présente dès la fondation d’Ikosim (3e siècle avant J.C.) et sous le règne de Juba II. La ville était certes d’une importance moindre que Cirta (Constantine) ou Césarée (Cherchell), mais elle était primordiale pour l’économie. Son ouverture sur la mer en a fait, dès le début, un carrefour d’échanges commerciaux (mais aussi culturels) dont témoignent encore les nombreuses poteries importées d’Europe et d’ailleurs retrouvées dans différentes strates historiques. Situé dans un vallon orienté nord-sud, le site garde les traces d’une large rue dallée typique de l’urbanisme romain. L’axe de cette rue du 1er siècle est sensiblement le même que celui de l’actuelle rue Bab El Oued. Comme quoi, même quand nous l’ignorons, nous marchons sur les traces du passé.

Du deuxième au cinquième siècles, le site abrite un vaste bâtiment qui semble être une basilique paléochrétienne avec sa nef centrale de dix mètres de largeurs et une riche mosaïque polychrome. Les investigations sont toujours en cours pour identifier avec précision ce bâtiment. Une autre énigme est celle de la nécropole byzantine du 5e siècle installée sur les ruines du quartier abandonné durant les deux siècles précédents. On y trouve des inhumations successives et de nombreuses tombes d’enfants qui posent la question des raisons de cette soudaine mortalité infantile. Les archéologues sont à pied d’œuvre pour éclairer cette période de la vie de nos aïeuls. «Il n’y a pas que les objets ou les constructions qui nous intéressent, mais surtout la vie sociale et culturelle de l’homme, explique M. Ighilahriz. Nous avons des riches céramiques, des outils, des pièces de monnaie qui peuvent nous renseigner sur cela.» Outre un tracé des rues, qui restera le même durant les siècles suivants, seules les fondations de quelques bâtiments subsistent pour l’époque médiévale. Ceux de l’époque ottomane, qui se sont élevés sur leurs ruines, sont mieux conservés. Des fours et des forges témoignent des nombreux ateliers de ferronnerie qui peuplaient le quartier artisanal situé au sud des habitations. Sayyida, une des plus vieilles mosquées d’Alger qu’on croyait totalement détruite par le colon, est en train de renaître de ses décombres. La salle de prière ainsi que la base de son minaret ont été mises au jour. A ses côtés, on retrouve les vestiges de Beit el mal, institution financière de première importance dans la Régence d’Alger. Une fontaine décorée par des carreaux de céramique, datant de la même période, a également été retrouvée en bon état et sera présentée au public dans le circuit de la station-musée. «Ce sera d’une part un musée de site avec des vestiges laissés in situ, dans leur emplacement original. D’autre part, nous intégrerons des éléments mobiliers ou immobiliers ainsi que des reconstitutions et des images virtuelles», annonce M. Ighilahriz.

Il existe actuellement deux stations de ce genre dans le bassin méditerranéen, celle de l’Acropole d’Athènes, en Grèce, et celle de Rome, en Italie. La future station-musée d’Alger se distinguera toutefois par la richesse et la diversité des strates historiques qu’elle renferme. Actuellement, les archéologues sont au stade de la collecte et de la sauvegarde des vestiges qui durera deux ans. L’analyse et l’interprétation des données dureront ensuite un an et demi pour présenter un rapport final en octobre 2016, annonçant l’ouverture de la station-musée en 2017. «Les fouilles permettront aux spécialistes de recueillir beaucoup de nouvelles informations afin de mettre à jour les connaissances sur l’histoire d’Alger. Pour le grand public, ce sera une certaine visibilité sur les différentes séquences historiques et culturelles de la ville», ajoute le directeur du CNRA. Ce centre, sous tutelle du ministère de la Culture, s’associe également au secteur de l’enseignement supérieur en intégrant des étudiants qui pourront soutenir des thèses en rapport avec les fouilles de la Place des Martyrs. De plus, cette expérience développe également un volet formation. En effet, la collaboration avec l’Institut français de recherches en archéologie préventive devrait se concrétiser par une transmission de savoir-faire. «Nous profitons de cette opération pour mettre en place une entité algérienne spécialisée en archéologie préventive, affirme M. Ighilahriz. Le CNRA travaille dans ce sens afin d’intervenir plus tard dans les multiples chantiers. Nous avons beaucoup de projets de développement : routes, urbanisation, usines… Et l’Algérie est riche en patrimoine. Très souvent, quelques coups de pioche mettent au jour d’impressionnants vestiges de notre histoire.»
Comme un métro, l’histoire défile ses rames sur les rails du temps.

WALID BOUCHAKOUR
 
 
Vos réactions 2
AïrJazz   le 17.04.14 | 11h34

AïrJazz

Alger est un mille feuilles !! Merci de préserver notre patrimoine et d'en faire une pièce montée pour la ville blanche. Je suis du même avis que celui de laazzi : Un" grand" reportage télévisuel pour ... la suite

 
laazi   le 15.04.14 | 10h21

Sublime

Il est très intéressant de faire un petit reportage télévisuel pour mieux comprendre cet oeuvre grandiose et unique dans les anales algériennes. L'Algérie et la science ça fait deux pareil pour Algérie et ... la suite

 
 
 
Sur le même sujet
Colloque internationale Massinissa : Une relecture de l’histoire s’impose
La capitale malade de son environnement : Le Plan vert comme alternativeExtraNet décriée à Ouled Fayet :
Évènement culturel de 2015 à Constantine : Des projets qui piétinent et des sites mis aux oubliettes
 
Tous les titres d'El Watan

Actualité

Un touriste français enlevé à Tizi Ouzou, revendication d'un groupe lié à l'Etat Islamique

Un ressortissant français a été enlevé   dimanche soir à Tizi Ouzou, à 110 km à l'est d'Alger, ont annoncé lundi à l'AFP   des sources sécuritaires et judiciaires.   

Mohamed El Ghazi : « Il est question d’un avant-projet de code de travail pas d’un projet ! »

Colloque internationale Massinissa : Une relecture de l’histoire s’impose

Plus de 21 quintaux de kif traité saisis à Naama

Une agence d'assurances attaquée en plein jour à Chlef

Des centaines de poissons morts à Oued Soummam

Bouira : Fermeture de l’autoroute Est-ouest au niveau d’El Adjiba

Formation et enseignement professionnels : 160 000 stagiaires inscrits

Un émir de l’ex GSPC abattu à Tizi Ouzou

Affaire de l’autoroute Est-Ouest : La Cour suprême temporise

 

Sports

Suspension de la JSK par la CAF : Une décision inique et arbitraire

La Confédération africaine de football (CAF) a lourdement sanctionné la JS Kabylie : deux ans de suspension de toutes les compétitions organisées par cette instance continentale.

ES Sétif : Quand l’Aigle surestime Mazembé

Bou saâda : Premier supporter interdit de stade

Affaire Bitam : La FIFA ouvre une enquête

USMA : Les Rouge et Noir stoppés… après 11 mois

Mohammad Tahmi : «La décision de la CAF est une sanction sportive »

 

Economie

La Banque d’Algérie présente les grandes lignes de sa réforme prudentielle

Le gouverneur de la Banque d'Algérie, M. Mohamed  Laksaci, a dévoilé lundi à Alger les grands axes du nouveau dispositif prudentiel qui prévoit notamment le relèvement du ratio de solvabilité des banques et la  création d'un "coussin de sécurité" pour les risques pondérés.         

Mauvaise gestion, gaspillage et faiblesse des ressources financières : Le développement local otage du bricolage

Khaled Menna. Chercheur au CREAD : «La faiblesse de l’encadrement local accentue les dérives budgétaires»

Les propositions du Collectif Nabni pour le développement local : «Les incitations et la gouvernance des acteurs doivent changer»

Retour au Conseil populaire de la ville d'Alger ?

La tripartite, principale interface du dialogue social : Un modèle révolu à repenser

 

International

Sahara occidental : La «complicité» du Conseil de sécurité dénoncée

La communauté internationale doit imposer des sanctions économiques et militaires au Maroc pour avoir entravé l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental.

Eric Denécé du CF2R à propos de la situation en Irak : «Le Daech se retourne contre ceux qui l’ont armé et financé»

Attentats potentiels en France et à Bruxelles

Il a quitté la politique en 2012 après sa défaite face à Hollande : Le «nouveau» Nicolas Sarkozy arrive

Spectacle. «Boolywood Pandits» à Alger : Un grand show aux couleurs de l’Inde

Il est publié par le journaliste marocain Omar Brouksy : Mohammed VI derrière les masques, le nouveau livre qui dénude Rabat

 

Culture

Concert de Sylvain Beuf au Dimajazz Constantine : un jazz porté par l'énergie d'aujourd'hui

Le saxophoniste français Sylvain Beuf est venu à Constantine accompagné de son Electric quartet présenter un jazz très contemporain.

Festival International du Jazz de Constantine : Mamia Chérif, Karim Ziad et Eric Sardinas ouvrent le bal

Clôture du Festival international de musique symphonique : Grandiose bouquet final

Spectacle. «Boolywood Pandits» à Alger : Un grand show aux couleurs de l’Inde

Parution. Pourquoi j’ai répondu oui au FLN de Mohamed Khaldi : Le combat d’un juste

Éditions Thala : Quand Qu’alaat béni Salama raconte Ibn Khaldoun

 

Région Est

Rentrée universitaire à Constantine : Le taux élevé d’absentéisme suscite la polémique

Le phénomène, qui n’est pas pourtant nouveau, a pris ces dernières années des proportions alarmantes.

Sétif : Une expropriation impayée …

Propriétaire de 17 957 m2 à Boufaroudj, une localité dépendante de la commune de Hammam Guergour (Sétif), la famille Djenidi a été, en 1986, dépossédée une première fois de 1794 m2 (délibération de l’APC n°39/86 du 30 avril 1986). La parcelle abrite un centre d’échange rural.

Trafic de foncier appartenant anciennement à des pieds noirs à Annaba : La mise en cause arrêtée

Citée dans une affaire de trafic de foncier appartenant à des pieds-noirs à Annaba et objet d’un mandat d’arrêt émis par le tribunal local, une femme B.M. a été arrêtée, jeudi soir, par la brigade criminelle de la sûreté de wilaya, avons-nous appris de sources sécuritaires.

Jijel : Surcharge dans les lycées

L’instruction de la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghebrit, datée du 14 du mois en cours et dans laquelle elle instruit les chefs d’établissements scolaires du cycle secondaire de trouver une solution aux élèves exclus des classes de terminale, pour leur permettre de refaire l’année, a soulevé l’incompréhension chez certains proviseurs.

Skikda : Fuite de gasoil au tunnel de l’îlot des chèvres

Une fuite de gasoil a concerné, dans la matinée d’hier, le tunnel de l’îlot des chèvres qui abrite deux pipes desservant les bras de chargement du port mixte de Skikda.

Batna : un groupuscule d’étudiants tente de perturber la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire

Un groupuscule d’étudiants affiliés à l’association du renouveau estudiantin national (AREN) a perturbé la cérémonie de l’ouverture officielle de l’année universitaire 2014-2015.  

Biskra : Les habitants de Jnen Benyaâkoub ont soif

Des dizaines d’habitants de Hai Jnen Benyaâkoub, dans le centre de la ville de Biskra, se sont rassemblés, hier matin, sur l’avenue Hakim Saadane pour protester contre la pénurie d’eau dans leur quartier.

Barrage de Bouhamdane (Guelma) : Les températures extrêmes auraient causé la mort des poissons

Aentendre le directeur de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya de Guelma ou son collègue de l’environnement et même le directeur du barrage de Bouhamdane, le phénomène de mortalité qui a touché la semaine dernière, le  Sandre dans les eaux dudit  barrage est sans conteste naturel.

 

Région Ouest

Projet de la nouvelle aérogare : COSIDER exhortée de rattraper le retard

Les travaux de réalisation la nouvelle aérogare d’Oran sont encore en état de fondation, et le stade d’avancement a à peine atteint 22%.

Mostaganem : Le secteur du transport sombre dans l’anarchie

à la faveur de l’ouverture depuis de nombreuses années du secteur du transport au privé, le calvaire vécu autrefois, quant à l’insuffisance des moyens de transport pour de nombreuses lignes, n’est plus de mise, certes !

Chlef : Le corps sans vie d’un pêcheur retrouvé

Tlemcen : Un médicament périmé dans les pharmacies

Des malades atteints d’une maladie neuromusculaire dénoncent la vente du Mestinon périmé dans certaines officines pharmaceutiques.

Sidi Bel Abbès : Plaidoyer pour un aménagement «écolo» d’un lac

L’étude d’aménagement du Lac de Sidi M’Hamed Benali, présentée jeudi dernier au siège de la wilaya par le bureau d’étude Eco-Vert, permettra-t-elle de sauver ce site défiguré par des travaux irréfléchis, effectués il y a trois années de cela?

Mascara : Les travaux de la pénétrante autoroutière lancés

Les travaux de réalisation de la liaison autoroutière reliant Mascara à l’autoroute Est-ouest sur une distance de 43 km, un projet tant attendu par la population locale et celle des régions limitrophes, ont été «officiellement» lancés, samedi 20 septembre.

Tiaret : Une bâtisse illicite démolie

Réagissant à un article paru sur El Watan dans l’une de nos précédentes éditions, les autorités communales sont passées à l’action samedi en démolissant une bâtisse en pleine construction attenante à la cour de l’école primaire Benamara1 à Aïn Bouchekif, 17 kilomètres à l’est de Tiaret.

El Bayadh : Les scorpions font des ravages

 

Région Kabylie

Wilaya de Tizi Ouzou : Les villageois ferment l’APC d’Azazga

Une action de protestation a été menée hier par les comités de plusieurs villages de la commune d’Azazga.

Des clients de la Sonelgaz protestent à Béjaïa : «Halte aux coupures d’électricité !»

La promptitude à réagir au non paiement de facture par des coupures sur compteurs de petits consommateurs passe mal.

Bouira : 4 morts dans un accident de la route

Quatre  personnes ont trouvé la mort dans un accident de la route survenu durant la nuit de dimanche à lundi, sur la CW N°06 au niveau de la localité Tizi Oujaavouv, à la frontière entre les wilayas de Bouira et Tizi-Ouzou.

Secteur de la jeunesse et des sports (Boumerdès) : Des projets en attente de réalisation

Le manque d’assiettes foncières, les oppositions et la défaillance des entreprises de réalisation sont à l’origine du blocage de nombreux projets de développement.

Lakhdaria : Nécessité d’un réseau d’assainissement

Les habitants du bidonville sis au village Zbarboura (Lakhdaria), au nord-ouest de Bouira, continuent à subir les néfastes conséquences d’un assainissement anarchique.

 

Région Centre

Le président de l’APC d’Alger-Centre au forum d’El Moudjahid : La justice pour obliger les entreprises à remettre en état la chaussée

Le président de l’APC d’Alger-Centre s’est réjoui de la décision du gouvernement de relancer la police municipale, dont le statut est en discussion au niveau du ministère de l’Intérieur.

Tipasa : Démantèlement d’un réseau de prostitution

Quatorze femmes et 05 hommes ont été arrêtés par les éléments de la sûreté de wilaya le mardi dernier, dans une villa de 3 étages dans un quartier situé en amont de la ville de Tipasa. Un important arsenal constitué des armes blanches, notamment des sabres, des manches en bois et un stock de préservatifs avaient été saisi par les policiers lors de cette opération.

Rentrée scolaire à Blida : Les parents d’élèves satisfaits

Ça y est ! 257 657 élèves, dont 64 618 nouveaux écoliers, ont repris le chemin de l’école dans de bonnes conditions dans la wilaya de Blida, et ce, grâce aux efforts de la Direction de l’éducation de la wilaya de Blida.

Cadre de vie à Médéa : Saleté et désordre urbain

Le manque d’hygiène dans la ville devient un problèmes inextricable.

 

Région Sud

Tamanrasset : Les employés de la nouvelle gare routière interpellent le DG de Sogral

Alors que les employés de la société réclament leurs arriérés de salaire et de meilleures conditions de travail, la tutelle se mure dans le silence.

Brèves de Ouargla

Theniet El Makhzen : Les trottoirs squattés

Ils sont des dizaines de marchands ambulants de fruits et légumes à élire domicile sur les trottoirs et  autres espaces censés être à l’usage exclusif des piétons, défiant ainsi toutes les lois qui régissent ce genre de commerce, notamment dans les centres urbains.

 

Contributions

L’éthique académique : Réalité ou illusion ?

Parmi les éthiques se distingue celle du développement durable. Précisons que ce courant fait partie des éthiques anthropocentriques (Sauvé, & Villemagne, 2006), dans lesquelles l’être humain est le centre de la moralité.

Pas d'industrie, pas de croissance durable

 

Magazine

Mauvaise gestion des deniers publics : Des logements inoccupés depuis près de 20 ans

Le «Titanic» n’en finit pas de couler !

 

Etudiant

Nouveau pôle universitaire de Koléa : Le pôle d’Excellence en mal de réussite !

Inauguré en grande pompe par le Premier ministre, le pôle d’Excellence des écoles de commerce de Koléa, présenté censément comme un grand accomplissement dans le secteur universitaire, est devenu en cette rentrée la hantise du ministère de l’Enseignement supérieur.

Amina Kadri-Messaïd. Directrice de l’Ecole nationale supérieure de management : Notre école n’est pas concernée par la contestation

 

Auto

Incursion à l’Usine Skoda de Mlada Boleslav (République Tchèque) : Un complexe aux normes germaniques

La méthode germanique du groupe VW, géant mondial de l’automobile, est appliquée à la lettre au niveau du complexe automobile de Mlada Boleslav.

Il compte produire dans un premier temps 10 000 unités par an : Emin Auto veut se lancer dans le montage de camions légers

 

Environnement

Nos oiseaux victimes du commerce sur internet

Des rapaces, comme les aigles, les vautours, les buses, les milans, les faucons ou les passereaux, comme le malheureux chardonneret qui fait les frais de son plumage et de son chant mélodieux, sont maintenant en vente sur des sites internet algériens.

Poisson-lièvre, poisson-lapin : Poissons tueurs ?

 

France-actu

Smaïn Laâcher. Professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg : «Le lien entre l’échec scolaire et le djihad n’est pas établi»

Le sociologue Smaïn Laâcher, également directeur du Centre de recherche Constructions européennes, mobilités et frontières, porte un regard critique sur l’école et déconstruit les discours prémâchés des deux côtés de la Méditerranée.

Nationalité française pour les immigré(e)s de plus de 65 ans : Procédure simplifiée

 

Histoire

Rencontres : Une série de conférences internationales sur les tortures

Une conférence internationale sur les tortures pratiquées par l’armée coloniale française sera organisée une année durant sous forme de rencontres», a annoncé, dimanche à partir de Tiaret, le ministre des Moudjahidine.

Histoire : L’Algérie au premier Jamboree des Scouts arabes

 

Multimédia

Course à l'innovation : Samsung présente le casque de réalité virtuelle

Samsung et Oculus collaborent pour créer une nouvelle dimension immersive de vie mobile avec le premier casque de réalité virtuelle mobile grand public, optimisé pour Samsung Galaxy Note 4. L’annonce a été faite récemment lors de l’IFA de Berlin

Téléphonie mobile : Djezzy lancera la 3G durant le Ramadhan

 

Portrait

Daksi Allaoua. Ancien membre du réseau Jeanson, ancien président de la FAHB : Constantine et la saga des Daksi

«Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.» (Gandhi)

Abdelhalim Bensmaïa. Humaniste, philosophe, théologien, exégète (1866-1933) : Le penseur émerite et la médersa perdue

 

Santé

Lutte contre la Mortalité infantile : Anéantir les causes évitables pour les générations à venir

Grâce au Programme élargi de vaccination (PEV), la communauté internationale vise à réduire de manière significative la mortalité maternelle, néonatale et infantile due à des causes évitables d’ici une génération.

Usine de Oued Aïssi de Tizi Ouzou : Production d’un nouveau médicament antidiabétique en 2015

 
impact journalism days

 

El Watan Magazine



El Watan Etudiant

ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Confidences de Mechati à El Watan

Confidences de Mechati à El Watan
le dessin du jour
LE HIC MAZ
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco


Première journée Dimajazz 2014 Constantine - Faire Video

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter

El Watan sur Facebook

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie