Pages hebdo Arts et lettres
 

Appel . La reveue Naqd en quête de toit

Pensées SDF

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.10.17 | 12h00 Réagissez

Pensées SDF

Alors qu’elle vient de fêter en début d’année ses 25 ans d’existence – un record en Algérie et même dans le monde où les publications intellectuelles n’ont généralement pas la vie longue – la revue Naqd risque de se retrouver à la rue, faute de local.

En effet, son comité directeur, sous la signature de l’historien Daho Djerbal, a lancé sur internet un message pressant dont voici le texte : «Cher(e)s lecteur(trice)s et abonné(e)s, cher(e)s ami(e)s. La revue Naqd doit malheureusement quitter incessamment les locaux où elle est installée depuis 20 ans.

La logique du marché de l’immobilier s’empare de l’ensemble des espaces bâtis ou laissés en friche dans le secteur. Nous devons donc déménager et chercher un local au loyer abordable dans Alger-Centre. Pourriez-vous nous aider à trouver une location ou nous recommander à quelque propriétaire de local parmi vos amis ou proches. Vous aiderez ainsi Naqd, votre revue, à poursuivre son aventure éditoriale. Avec nos remerciements anticipés».

C’est donc toute l’activité de la publication ainsi que sa documentation scientifique et administrative qui sont menacées, autant dire l’existence-même de ce titre indépendant qui constitue un des trop rares supports de la pensée intellectuelle abordée dans une démarche pluridisciplinaire à laquelle contribuent sociologues, historiens, psychologues, économistes, sémiologues, etc. Créée en 1991 par un groupe d’universitaires algériens, Naqd se définit comme une revue d’études et de critique sociale bilingue. Chacun de ses numéros (34 à ce jour) est consacré à un thème qui est abordé sous de nombreux angles de vue par des spécialistes algériens et étrangers et font de ces publications de véritables ouvrages de référence tant par le volume que la qualité des textes. A ce dossier central, souvent passionnant, viennent s’ajouter diverses rubriques récurrentes comme celle consacrée aux notes de lecture.

Avec un tirage d’environ 2000 exemplaires, Naqd dispose d’un réseau d’abonnés en Algérie et dans plusieurs pays arabes ainsi qu’en Europe et aux Amériques et elle est disponible dans les fonds de nombreux centres de recherche, bibliothèques et universités du monde. Par ailleurs, tous les numéros de la revue sont gratuitement accessibles sur son site internet.

La devise de Naqd, «éclaircir les consciences et faire avancer les esprits», a trouvé de belles illustrations au fil des ans. Il serait dramatique qu’une histoire de location sur un marché immobilier complexe et difficile vienne interrompre une aussi belle entreprise intellectuelle. Que les consciences éclairées et les esprits avancés se mobilisent donc pour répondre à son appel. Y aurait-il quelque part un mécène en mesure de lui venir en aide ? Et parmi tous les locaux vides (et parfois abandonnés) du secteur public, l’Etat ne pourrait-il pas en mettre un à la disposition de cette revue d’utilité nationale en lui assurant de garder son indépendance ? C’est l’Algérie qui en serait grandie.
 

Arts & Lettres

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie