Pages hebdo Arts et lettres
 

Le maghreb des films : un bon cru cinéma

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.12.13 | 10h00

zoom | © D. R.

Les films algériens ont fait vibrer les écrans avec Allouache et la nouvelle génération...
 

Pour sa cinquième édition, le Maghreb des Films a concocté une programmation de qualité, répartie entre l’Institut du Monde Arabe (20/25 novembre) et la salle de cinéma La Clef (27 novembre au 2 décembre) drainant un public nombreux dans l’auditorium Rafik Hariri de l’IMA et un noyau de cinéphiles passionnés dans l’enceinte de La Clef. Cette édition, qui confirme la progression et l’audience de la manifestation, a été marquée par le trentenaire de la Marche pour l’Egalité et contre le racisme, dite «Marche des Beurs» (octobre 1983), anniversaire qui s’est traduit ici par la présentation du long métrage de Nabil Ben Yadir La Marche et du documentaire de Samia Chala, La Marche, chronique des années beurs (lire El Watan Arts & Lettres du 30/11/13). Après s’être successivement consacré à la Tunisie en ébullition et au Cinquantième anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie, le Maghreb des Films s’est focalisé cette année sur le cinéma marocain et ses dernières fournées.

Ces rencontres qui, chaque année, font le point sur la production récente venue du Maroc, de Tunisie, d’Algérie, voire de Libye, ont été dominées par l’avant-première hexagonale du dernier opus de Merzak Allouache, Es Stouh (Les Terrasses), remarqué à Venise et primé à Abu Dhabi avec le Grand Prix du meilleur film arabe et la distinction suprême de la critique internationale (Fipresci). Il a fallu rajouter des sièges aux 420 places de l’auditorium de l’IMA, tant l’engouement pour les films d’Allouache est désormais une constante, même si les distributeurs ne se sont guère manifestés jusque-là… Mais cela ne saurait tarder au vu d’un film qui prendra place dans le panthéon de l’œuvre du cinéaste.

En un laps de temps très court – onze jours – et une économie de moyens, Allouache a promené sa caméra au faîte de cinq quartiers populaires d’Alger (La Casbah, Notre-Dame-d’Afrique, Bab El Oued, Alger-centre et Belcourt) renvoyant, in fine, une image pertinente de la société algérienne, celle des exclus et des marginaux qui se débattent dans un univers marqué par la violence. De fait, Es Stouh est un film à la fois dur et rude, qui ne ménage guère les travers d’une ville vouée à la dégradation du bâti pour le décor, et aux rapports de force pour ce qui est des relations entre ces habitants accrochés à leurs terrasses comme des naufragés à un radeau.

Ce qui séduit d’emblée, c’est la structuration du récit centré sur une journée scandée par les cinq prières quotidiennes qui ne modifient en rien le vécu d’enfermement des habitants de ces lieux à l’écart d’un monde devenu profondément inégalitaire et voué à la déchéance ou au désespoir malgré des trouées empreintes d’humour (le groupe de musiciens ou l’équipe de tournage). La brutalité des rapports sociaux règne en maître dans une société de la malvie, thème cher à Allouache, et du déclassement. La caméra épouse les contours d’un stéthoscope posé ici ou là pour entendre les cris et même les silences qui sont autant de protestations muettes s’agissant de la relégation sociale des uns et des autres selon un déterminisme lui aussi social.

La structure filmique n’est pas sans rappeler La Terrasse de l’italien Ettore Scola (1979) où, là aussi, s’entremêlaient cinq récits avec, côté Allouache, une forme de fluidité dans la mise en scène qui nous fait passer d’un quartier à l’autre, d’une terrasse à l’autre, de personnages à d’autres, tous d’une forte épaisseur psychologique renforçant la dimension du réalisme social. Reste à espérer qu’on n’attendra pas un an, comme pour Le Repenti, afin de montrer Les Terrasses en salles à Alger… L’œuvre demeure en tout cas à nos yeux un film libre, sans concession quant à «pointer» les tares sociales qui vont de la religion instrumentalisée à la corruption, en passant par un chaos qui a gangréné l’ensemble de la société algérienne…

Dans ce Maghreb des Films, la part belle fut faite à la nouvelle génération de cinéastes algériens qui, entre les deux rives, n’hésitent pas à emprunter des chemins de traverse pour témoigner du présent, faisant fi des aides institutionnelles subordonnées à un contrôle éditorial auquel cette nouvelle vague se refuse. Aussi, rien d’étonnant si le résultat affiche des œuvres frappées du sceau de la liberté de ton et de style. Ils ont pour noms Karim Moussaoui (lire interview page 14), Bahia Allouache, Hassen Ferhani, Myriam Hammani, Damien Oumouri, Amin Sidi-Boumediene, Djamil Beloucif, Djamel Kerkar, Lamine Ammar Khodja. Ils incarnent le renouveau, un souffle salvateur et un ancrage dans le réel et le présent. Quand leurs aînés continuent souvent à arpenter la mémoire de la guerre d’indépendance, ils consacrant une forme de rupture en tournant le dos à une culture des mythes fondateurs qui ne les inspire guère. Outre le critère de la liberté critique, leur commun dénominateur, ces jeunes pousses innovent surtout en questionnant l’écriture et la forme, remettant en cause les codes classiques du récit narratif.

Ainsi, Hassen Ferhani «tricote» entre la quête historique et l'inspection documentaire pour évoquer le quartier Cervantès et la cinéphilie dans Tarzan, Don Quichotte et nous. Ainsi, Lamine Ammar-Khodja, dans Demande à ton ombre, œuvre aux frontières du documentaire, convoquant les printemps arabes et les émeutes algériennes, avec la fiction portée par un personnage unique. Ainsi, Amin Sidi-Boumediene explore les limbes de l’imaginaire dans L’Ile (Al Djazira) et apparaît sans doute comme un des derniers cinéastes maghrébins à investir le fantastique cher à Ray Bradbury – auquel il rend hommage – signant des images et une bande son très fouillées, génératrices d’une atmosphère qui habite ce récit où l’étrange le dispute à une fin ouverte.

Ainsi encore, Karim Moussaoui dont Les Jours d’avant, moyen métrage, évoque la non-rencontre homme/femme dans un montage parallèle sur fond de montée du terrorisme islamiste. Ainsi enfin, Myriam Hammani dont Les Lettres intimes (62’) est un voyage dans le temps et l’espace à base de «collages», empruntant ses codes à l’art pictural. A leur propos, nous revient en mémoire la formule de Jean-Luc Godard selon laquelle «c’est la marge qui tient la feuille».

Côté marocain, la fiction se porte bien. Zéro de Nourredine Lakhmari confirme l’existence au Maghreb de films de «genre», en l’occurrence ici un polar social qui évoque de loin Martin Scorsese. Côté tunisien, l’hommage qui lui a été consacré confirme le talent multi-facettes de Walid Tayaa dont le documentaire sur la première femme journaliste arabe, Dorra Bouzid, une Tunisienne un combat, a séduit le public de l’IMA. Bref, 2013 au Maghreb est un bon cru cinématographique !

           

L'association «le maghreb des films»

Créatrice et organisatrice du Maghreb des Livres qui existe depuis une quinzaine d’années, l’association Coup de Soleil a également créé le Maghreb des Films et en assuré les deux premières éditions. En décembre 2009, elle a parrainé la naissance de l’association «Le Maghreb des Films» qui est devenue, dès l’année suivante, l’organisatrice et le support de la manifestation avec les objectifs suivants : faire découvrir au public le plus large possible le cinéma maghrébin dans toute sa diversité d’origine ; promouvoir la création cinématographique maghrébine ; favoriser la circulation des œuvres ; susciter des contacts et des rencontres entre professionnels ; susciter réflexions et débats sur les sociétés et cultures maghrébines et leurs liens avec les autres cultures, notamment européennes et méditerranéennes. Depuis son assemblée générale de février dernier, l’association «Le Maghreb des Films» est présidée par l’écrivain algérien Bachir Hadjadj, auteur notamment du récit Les voleurs de rêves, Prix Seligmann 2007.  
 

Mouloud Mimoun
 
 
Sur le même sujet
Festival de Cannes : Gilles Jacob prend sa retraite
Le rôle des réseaux sociaux durant cette campagne électorale : Ne cherchez pas l’opposition, elle est sur Facebook
France 5 et Arte donnent à voir une «Algérie vraie et authentique»
 
Tous les titres d'El Watan

Actualité

En Espagne, l´élection présidentielle a été marquée par le boycott et l´indifférence

Un peu plus de 12 % des 24 912 électeurs inscrits sur les listes électorales des Consulats d’Algérie à Madrid, Barcelone, et à alicante se sont déplacés aux 18 bureaux de vote mets à leur disposition, du 12 au 17 avril 2014 .Abdelaziz Bouteflika est sorti avec plus de 70% des suffrages exprimés.

Il ne reconnaît pas la victoire de Bouteflika : Benflis appelle à combattre le système

Sellal toujours en campagne pour le président : «C’est nous qui avons besoin de Bouteflika, pas le contraire»

Abdelaziz Belaïd : «Le plus dur nous attend»

Touati dénonce la fraude : «Cette élection n’a aucun sens»

Un fort taux d’abstention et une large «victoire» pour Bouteflika : Score à la brejnévienne !

Repère : Abstention-sanction

Louisa Hanoune arrive en 4e position : La grande désillusion

L’image de Bouteflika dénude le système : Un président «dirigé» pour une Algérie qui regarde ailleurs

Surveillance de l’élection : Deux commissions, zéro résultat

 

Sports

Réflexion sur la loi, l’esprit de la loi et le libre arbitre en football : Trois situations récurrentes débattues

Mondial 2014 / Italie : La guerre des sept buteurs

Le billet du Mondial dévoilé par la FIFA

Valcke va inspecter trois stades inachevés

Mondial 2014 - Sao Paulo : Mea culpa du responsable des travaux

Brésil- Argentine le 11 octobre à Pékin

 

Economie

L’état prend le contrôle de Djezzy

Vimpelcom empoche 4 milliards de dollards de dividendes Djezzy transférera 4 milliards de dollars à Vimpelcom au titre des dividendes bloqués depuis 2009.

Moyen-Orient et Afrique du Nord : Le FMI lance un débat sur le changement économique

Les brèves

L'Algérie acquiert 51% du capital Orascom Telecom Algérie OTA

Pour développer son secteur long courrier : Aigle Azur renforce sa flotte avec deux Airbus

Rachat de FagorBrandt : Cevital reçoit le feu vert de la justice française

 

International

Accord de Genève sur l’Ukraine : Le niet des insurgés séparatistes

La paix en Ukraine n’est manifestement pas pour demain. Les insurgés séparatistes de l’est de l’Ukraine ont rejeté hier l’accord conclu jeudi à Genève, lui préférant une réforme constitutionnelle. 

L’université au cœur de la crise en égypte : «Les militaires n’ont pas peur de nous !»

Face à la misère en Jordanie, certains préfèrent retourner en Syrie : Le drame des réfugiés syriens

Colonisations et non-libération des prisonniers : L’UE critique les décisions d’Israël

Turquie : Gül exclut un ticket avec le «président» Erdogan

Les brèves

 

Culture

Concert de jazz à Alger : « Nights in Tunisia » : L’effet Dizzy Gillespie

La formation de jazz Diagonal, à travers son projet  Nights  in  Tunisia, donner un concert, le lundi 28 avril à 19h, à  salle Ibn Zeydoun, à Alger

Mort de l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez : Adios Gabo !

Garcia Marquez et l'Algérie : Un Colombien vaut bien un Algérien

Automobile club d'Egypte de Alaâ El Aswany : Le roman du face-à-face entre nantis et serviteurs

Alaa El Aswany. Romancier : «Il s’agit de la relation dominant-dominé»

Souad Asla, l’authentique Sahrouia sur scène

 

Région Est

Projet du palais des expositions de Zouaghi : Les travaux au point mort

Au fur et à mesure de l’avancement des chantiers, l’on s’aperçoit que les projets ont été lancés dans la précipitation au niveau central, ce qui ouvre la voie à tous les dépassements.

Réhabilitation des écoles primaires : 200 millions de dinars végètent dans les tiroirs

En dépit de la disponibilité des moyens financiers, l’opération n’a toujours pas été lancée à cause des procédures administratives imposées par le code des marchés.

Annaba : 72 individus sous mandat de dépôt

Commerce de bazar à El Milia (JIJEL) : La nouvelle vocation de Trik Ezzaoualia

Plateforme pétrochimique : Les agents de sécurité durcissent le ton

Tazoult (Batna) : La vespasienne de la discorde

Biskra : Arrestation du meurtrier de la gare routière

Souk Ahras : Lancement imminent de la 4G

 

Région Ouest

EL Aoumeur et Slatna (Boufatis) : Le transport public est défaillant

À El Aoumeur tout comme à Slatna, le transport est quasi inexistant, ce qui pousse les habitants de ces deux localités à recourir au transport clandestin.

Mostaganem : 200 aides supplémentaires au logement rural

Chlef : La CNAS lance la télé- déclaration des cotisations

Ghazaouet : Les parents d’élèves revendiquent une passerelle

Sidi Bel Abbès : La ville se prépare au festival du théâtre professionnel

Cimenterie Lafarge d'Oggaz à Mascara : La solidarité avec les employés licenciés prend forme

Tiaret : 132 familles relogées à Rahouia

Saïda : Progression alarmante de la tuberculose

 

Région Kabylie

Éleveurs et producteurs de lait à Tizi Ouzou : Protestation au siège de la wilaya

Des dizaines d’éleveurs de bovins et de producteurs de lait ont procédé avant-hier à la fermeture des sièges de la direction des services agricoles et de la chambre de l’agriculture de la wilaya.

Inauguration de la stèle Saïd Mekbel à Béjaïa : Le wali «récupère» l'événement

La placette aménagée à la cité Rabéa, dans la ville de Béjaïa, au centre de laquelle trône un buste de Saïd Mekbel, journaliste assassiné le 3 décembre 1994, a enfin été réceptionnée.

Wilaya de Bouira : Des familles croupissent dans des garages

8000 DA de loyer pour vivre dans un garage de 20m2. Aucune promesse de relogement pour ces familles en détresse.

Secteur de la santé à Boumerdès : Les consultations spécialisées «sorties» des hôpitaux

Le transfert des consultations spécialisées vers les polycliniques a provoqué le mécontentement de nombreux patients de la région.

 

Région Centre

L’EPIC créé en 2013 est opérationnel depuis janvier ExtraNet, une nette amélioration !

L’Epic ExtraNet couvre 29 communes, soit 80% de la superficie de la wilaya d’Alger l En plus des locations, l’établissement de la wilaya compte acquérir une vingtaine de camions.

Tipasa : Un taux plus bas que celui de 2009, Bouteflika en tête

Conférence sur l’efficience énergétique à Blida : Vers le respect des normes de l’isolation thermique

Laghouat : Une eau à la couleur suspecte

 

Région Sud

Déficit en parcs d’attraction et de loisirs à Tamanrasset : Les parents exigent la création d’espaces de jeux

La ville de Tamanrasset accuse un déficit énorme en matière d’espaces d’attraction et de loisirs, notamment en ce qui concerne les parcs de jeux pour enfants.

Ouargla : La CNDDC dénonce une campagne médiatique diffamatoire

Dans communiqué de presse rendu public mercredi, le comité national pour la défense des droits des chômeurs «condamne vigoureusement le discours diffamatoire soutenu par des chaînes de télévision privées ainsi que certains candidats à la présidentielle».

Djanet : Importante saisie de drogue et de psychotropes

Les éléments de la sûreté de daïra de Djanet, relevant de la sûreté d’Illizi, ont arrêté deux personnes impliquées dans la commercialisation de drogue, a-t-on appris auprès de la sûreté de wilaya.

 

Contributions

Pourquoi le déclin du monde arabo-musulman relève d’une fausse conception de l’Histoire ?

L’humanité, et cela est incroyable malgré toute sa complexité, se lit au fond presque à livre ouvert. Et c’est cela qui fait sa richesse.

Quid des intellectuels algériens

 

Magazine

Chronique d’une campagne inédite

De quelle Algérie rêvent-ils ?

 

Etudiant

Situation délétère à Ghardaïa : L’Université va mal

«On ne comprend plus ce qui se passe. On est fatigués. On veut que ça cesse. C’est notre avenir qui est en danger.» Cette phrase est revenue dans la bouche de Rabab, Sara, Belkacem, Mohamed, Amine et tant d’autres étudiants de Ghardaïa, malékites soient-ils ou ibadites. Des étudiants qui vivent au quotidien, depuis des mois déjà, un regain de violence inouïe, qui les prend en tenaille, menaçant sérieusement leur cursus universitaire. Reportage.

Métallogénie, à la recherche des minéraux utiles

 

Auto

Mourad Oulmi, nouveau président de l’AC2A

Le PDG du groupe Sovac, Mourad Oulmi, a été désigné à la tête de l’AC2A, l’association des concessionnaires automobiles d’Algérie. Il remplace ainsi Lachachi Abderrazak, qui était président par intérim et qui vient d’être installé au poste de directeur exécutif de l’association.

Activité de concessionnaire automobile : Quand l’agrément pose problème

 

Environnement

La vie serait possible sur cette planète : La Terre a une jumelle !

Baptisée Kepler, cette planète est dans une zone dite habitable et où l’eau serait en état liquide.

Découverte : Un herbivore âgé de 300 millions d’années

 

France-actu

Recueillement au Père-Lachaise : Ali Mécili rassemble toujours

Le recueillement en hommage à la mémoire de Ali Mécili a rassemblé, hier au cimetière parisien du Père-Lachaise, plusieurs dizaines de militants de tous bords politiques et associatifs.

Premier jour de vote à l’étranger : Faible engouement en France

 

Histoire

Sur l'exécution de Maurice Audin : exécutants, exécuteurs, responsabilité politique

Intervention de René Gallissot à la soirée Nous demandons la vérité sur l'assassinat de Maurice Audin organisée le 24 mars 2014 par la Ligue des droits de l'Homme, Mediapart et l'Association des amis de l' Humanité au TARMAC, Paris.

Célébration de la journée de la femme à Tipaza : Des moudjahidates méprisées par les organisateurs

 

Mode

Fashion night Algiers : Un show… so chic!

C’est une première en Algérie. Vendredi dernier, au Centre commercial de Bab Ezzouar, le public algérois avait rendez-vous avec un show assez particulier : le Fashion Night Algiers.

 

Multimédia

Mobilité et transformation numérique : Microsoft veut connecter l’Algérie aux TIC

Microsoft a organisé, pendant deux jours à Alger, un événement majeur «Connect Algeria 2014».

El Khabar lance sa chaîne KBC : Il passe à la télévision

 

Portrait

Khaoula Taleb Ibrahimi. Spécialiste en sciences du langage, professeure à l’université d’Alger, militante des libertés : «Le pouvoir ne communique qu’avec sa clientèle»

«Les hommes au pouvoir ne doivent jamais attendre que les sentiments qu’on leur témoigne soient totalement désintéressés. Les gens, lorsqu’ils s’inclinent devant eux, cherchent toujours sur le tapis quelque miette de puissance à y ramasser.» Maurice Druon

Omar Benmahdjoub. Ancien membre de l’OS, du bureau politique du FLN (1964) et de l’Assemblée : Du djebel Ouarsenis aux frontières

 

Santé

Alerte sur un médicament biosimilaire mexicain : Un produit encore commercialisé en Algérie

Le ministère de la Santé et la Commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires (Cofépris)mexicains ont lancé une alerte sanitaire, le 14 mars dernier, pour le retrait d’un médicament biosimilaireb anticancéreux fabriqué au Mexique et importé par l’Algérie.

Commercialisation des médicaments Biosimilaires : Des traitements qui ne sont soumis à aucune législation

 
Journalism Impact Day 2014 - Elwatan

El Watan 2014 l'info indépendante présidentielle



El Watan Magazine

El Watan Etudiant

ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Les débats d'El Watan

Les débats d'El Watan
Vos réactions
Cache ton Bendir.
Vos bendirs bruyants, nous rendent de plus en plus sourds à vos discours d'un autre âge, dénués de toute vérité. L'armée Algérienne, comme la Police et la gendarmerie, s'arment à outrance, non pas pour la ...   la suite
Argou sur : Le Maroc « craint que l’Algérie devienne le gendarme de la région »
le dessin du jour
LE HIC MAZ
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter

El Watan sur Facebook

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Téléchargements PDF

Journal du 19/04

El Watan week-end

en ligne en PDF