Pages hebdo Arts et lettres
 

Timimoune . Atelier de création de films documentaires

Images au Sud

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.10.17 | 12h00 Réagissez


J’ai eu le plaisir de diriger et d’encadrer pendant huit ans Béjaïa Doc, atelier de création de films documentaires (2007/2014) en collaboration avec une dizaine de collègues (réalisateurs et réalisatrices, administrateurs et administratrices, monteurs et monteuses, animateurs et animatrices). Les associations porteuses étaient Cinéma et Mémoire (Algérie) et Kaïna cinéma (France). Plus d’une trentaine de courts métrages documentaires singuliers ont vu le jour.

Les apprenti(e)s ont pour la plupart poursuivi leur carrière dans l’assistanat, la production, la réalisation, le son, l’image, la régie, l’animation, etc. En 2015, en partenariat avec l’Institut pour la Ville en mouvement, nous avons lancé un concours panafricain sous la thématique «Filmer le passage dans une ville africaine». Cinq projets ont été sélectionnés et ont bénéficié d’un encadrement pédagogique et d’une production pour être réalisés. Les films ont eu depuis une belle carrière dans les événements cinématographiques et festivals. Le collectif Cinéma et Mémoire a, entre-temps, pu exister à travers la diffusion des films réalisés dans le cadre de Béjaïa Doc, l’encadrement d’ateliers d’initiation à la réalisation et éducation à l’image dans des lycées, associations et ONG algériennes ainsi qu’un soutien actif aux ciné-clubs associatifs.

Suite à une demande de plus en plus accrue, le collectif envisage de reprendre ce travail important d’encadrement et d’accompagnement à la création de films documentaires qui puissent témoigner de notre société, de ses mutations et de ses rêves. Je suis heureuse de vous informer qu’un atelier de création de films documentaire va commencer le 1er novembre 2017 à Timimoune. Il accueillera exclusivement des femmes et accompagnera des projets de films autour de la vie des femmes en Algérie d’un point de vue social, politique, mémoriel, intime, etc. L’appel à candidature a déjà été diffusé en juin. Sept projets ont été sélectionnés. Cette formation durera un an et accompagnera les projets de l’idée à la réalisation, puis à la diffusion des films. Toute la pédagogie de cet atelier est basée sur la pratique artistique — apprendre en réalisant. En plus de l’écriture et de la réalisation, une partie théorique est prévue ainsi qu’une formation technique en son et image.

La fondation allemande Friedrich Ebert, à travers son bureau en Algérie, contribue activement à la mise en place de ce projet. La première phase (12 jours) se fera en résidentiel à Timimoune. La particularité de cette formation en atelier est sa gratuité. C’est pour cela que nous cherchons des financements pour compléter l’apport de la fondation Friedrich Ebert. Un dossier a d’ores et déjà été envoyé au Fonds Arabe pour la Culture basé à Beyrouth et à d’autres fonds et associations culturelles. Nous ne négligerons pas le mécénat et les dons privés. Cet atelier répond à un besoin très fort exprimé en Algérie, surtout par les jeunes mais pas seulement. Beaucoup souhaitent apprendre à maîtriser le langage de l’image (esthétique et éthique) et de pouvoir élaborer une proposition de film. Il est à rappeler qu’il n’y a toujours pas d’école de cinéma en Algérie et les universités ne proposent pas non plus de cursus en réalisation cinématographique. Je ne manquerai pas de vous informer de toutes les étapes de ce projet.



*Réalisatrice / Formatrice en cinéma/ djahninehabiba@hotmail.fr
Films à visionner: https://www.facebook.com/Atelier-de-creation-de-films- documentaires-Bejaia-DOC-307959576282728)
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie