Pages hebdo Arts et lettres
 

Hocine Zaourar. Parcours atypique d'un photoreporter

En renaissance...

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.03.14 | 10h00 Réagissez

 
	La Vie en rose. Casbah d’Alger. 2004.
zoom | © H. Z.
La Vie en rose. Casbah d’Alger. 2004.

En contemplant la couverture de l’album de photographies* de Hocine Zaourar, une réflexion vient tout de suite à l’esprit : il s’agit de sa première publication alors que sa carrière, déjà longue et dense, lui aurait permis d’investir plus tôt le monde de l’édition.

Deux raisons expliquent ce «retard». La première est qu’il s’est donné pleinement au photojournalisme, travaillant pour de grandes et exigeantes agences de presse ou de photographie (Sipa, Reuters, AFP), engagé à fond dans l’actualité, allant d’un conflit à l’autre : génocide du Rwanda, occupation israélienne en Palestine, guerres civiles en Somalie et au Congo… Dans ce tourbillon, il restait peu de place aux projets personnels. La deuxième raison tient sans doute à l’énorme phénomène médiatique suscité par sa photographie prise lors du massacre de Bentalha, près d’Alger, le 23 septembre 1997.

Avec la vélocité d’une traînée de poudre, l’image de cette femme-douleur, photographiée à l’hôpital Zemirli, le jour-même, a fait le tour du monde, établissant des records de visibilité. Elle s’est retrouvée à la «une» de 750 journaux dans le monde, sans compter les magazines. Elle a été diffusée et commentée sur d’innombrables chaînes de télévision, vue par des dizaines, sinon des centaines de millions de gens. Un journaliste l’a nommée «La Madone de Bentalha» et, sous cette appellation, elle s’est imposée aussitôt comme l’incarnation visuelle de la tragédie algérienne, sinon l’une des icônes modernes de la douleur humaine.

La pratique d’un métier exaltant mais chronophage et l’incroyable audience internationale d’une seule photographie ont pesé de tout leur poids sur Hocine Zaourar, l’empêchant de montrer jusque-là des clichés plus personnels qu’il a pourtant commencé à prendre depuis la fin des années 70’, les classant dans ses tiroirs, en prenant de nouveaux entre deux reportages, les classant encore, tout cela pendant que le poursuivaient les trompettes de la renommée mais aussi ses tromperies. Dans sa préface à l’album, Pascal Convert, artiste qui a réalisé une sculpture en cire de la photographie de Zaourar, raconte combien l’avait scandalisé le fait de se voir plus reconnu que l’auteur initial, victime, selon lui, d’une double discrimination. La première relève, selon lui, d’une certaine acception de l’art contemporain.

Il cite pour cela le critique Sylvain Maresca constatant que le retour du document (ici, la photo) dans l’art contemporain profite d’abord «aux artistes plasticiens qui explorent les formes et les fictions documentaires», ensuite «à certains photoreporters passés à la création pour les galeries d’art» mais jamais «aux photographes de presse classiques» (Art Press, n° 19, 1995).  Pascal Convert rappelle que la valeur sur le marché de l’art (comme sur tout marché d’ailleurs) se fonde sur la rareté et qu’une photo étalée sur des centaines de médias ne peut donc s’en prévaloir.
 
Pour lui, la deuxième discrimination dont a été victime Hocine Zaourar serait «géo-politique». Invoquant la protection du photographe, l’agence AFP où il travaillait alors avait caché son nom de famille et il n’a pas même été invité à la remise du Prix Bayeux des correspondants de guerre qui lui avait été décerné. Pascal Convert précise : «C’est le directeur photo de l’agence qui a reçu le prix en son nom. Il serait plus juste de dire en son prénom : Hocine. Quand il s’agit d’un auteur d’Afrique du Nord, cette ellipse du patronyme rappelle le temps où les colons appelaient les indigènes par leur seul prénom». Comment d’ailleurs expliquer, que 17 ans après, c’est presque toujours ce prénom qui apparaît sur les sites consacrés au prestigieux World Press Photo 1998 dont Hocine Zaourar est également lauréat, restant probablement à ce jour, et depuis 57 ans (le prix ayant été fondé en 1955), le seul photographe arabe et africain à l’avoir obtenu et l’un des rares au monde dans deux catégories : celle du grand prix et celle du portrait ?

Hocine Zaourar peut être fier de son œuvre car une photographie de reportage peut devenir une œuvre au sens complet du terme quand la qualité artistique vient rejoindre l’intérêt du sujet. Certains évoquent le hasard, la coïncidence ou encore la chance. C’est mal connaître l’art photographique et celui du reportage que d’envisager les choses sous cet angle. Il faut beaucoup d’expérience, de talent et de maîtrise pour capter un tel «instant photographique».

Si Hocine Zaourar s’est rendu ce jour-là à l’hôpital Zemirli, si son œil, puis l’objectif de son Reflex se sont portés sur cette femme parmi tant d’autres, c’est aussi parce que, depuis le début de ses reportages des années noires, il avait évité de photographier les cadavres. «Quel intérêt peut-il y avoir, nous, affirme-t-il, à montrer des corps inanimés ? Ceux qui sont morts sont partis pour de bon, que Dieu ait leur âme. Ce sont les vivants, ou plutôt les survivants qui vivent le drame, ce sont eux qui l’expriment, ce sont eux qui souffrent longtemps et doivent nous intéresser.»

La photographie de Bentalha a eu un tel impact que beaucoup ont comme oublié que Hocine Zaourar travaillait sans relâche depuis le début de cette sombre décennie, vivant une épreuve à la fois professionnelle et personnelle : «J’avais beau travailler professionnellement, il m’était difficile, en tant qu’être humain, algérien de surcroît, de rester froid devant tout ce que je voyais et photographiais. Aussi, quand on me parle de succès de la photo, je ne peux m’empêcher de penser que tout cela s’est construit sur la douleur des miens. J’avais le devoir de témoigner mais cela ne pouvait se faire sans la pudeur que la mort et la douleur nous imposent.»

Hocine Zaourar a subi lourdement le contrecoup d’une immense et soudaine médiatisation. Ce qu’on pourrait appeler la rançon de la gloire s’est doublé d’une campagne de dénigrement aux sources et aux formes multiples. Faute de pouvoir s’en prendre à la photographie, on s’en est pris au photographe, l’accusant d’avoir trafiqué la prise de vue, d’avoir rédigé une fausse légende, et autres griefs. Pendant des années, Zaourar s’est battu, parfois devant la justice, pour démonter les amalgames et les mensonges. «Le plus beau dans tout ça, nous confie-t-il, c’est que certains pensent que je me suis fait une fortune avec cette photographie. Ils oublient que j’étais salarié à l’AFP». Avec son employeur, les relations deviendront vite tendues et finiront par se rompre malgré une longue collaboration (1993-2006). Mais aujourd’hui, l’amertume a cédé la place à la sérénité d’une expérience digérée.

Le photographe y a glané de nombreux prix. En 1997, la photographie de Bentalha est entrée dans la collection du Newsmuseum de Washington ainsi que le boîtier qui avait permis de la prendre. En 1998, elle a été sélectionnée parmi les cent photos du siècle et, en 2011 — suprême retournement après un anonymat forcé — Hocine Zaourar est entré dans le «Who’s Who» ! Plusieurs recherches universitaires ont été menées sur la Madone algérienne, un ouvrage d’art allant jusqu’à l’analyser comme une peinture classique.

Après deux années à Istanbul (2006-2008), Hocine Zaourar est revenu en Algérie où il exerce en tant qu’indépendant, ravi de sa liberté retrouvée, renouant, sans abandonner le reportage, avec sa première vie d’artiste-photographe menée de 1972 à 1984. Il se remémore avec émotion ses premiers pas d’autodidacte. Il avait 17 ans et devait devenir technicien en hydrogéologie. A l’INRH, il est entouré de professeurs férus de photo dont un ingénieur coopérant, ancien préparateur chez Kodak, qui lui apprend à fabriquer des émulsions et de la gélatine.

Mais sa rencontre décisive se fera avec Chérif Khellaf, architecte passionné de photo qui, lors d’un déménagement, offre au jeune Hocine des produits de développement et devient en quelque sorte son mentor (il lui a d’ailleurs dédié son album). Dans la petite maison familiale de Bir Mourad Raïs, son père lui fabriquera un agrandisseur en bois. On se croirait aux premiers âges de la photo ! Hocine en a gardé un amour irréductible de l’argentique. Pas question de lui parler des progrès du numérique qu’il veut bien reconnaître mais sans s’y reconnaître.  Il assène : «Celui qui n’a jamais fait d’argentique ne pourra jamais comprendre la photo. D’ailleurs, il ne pourra pas même exceller dans le numérique.»

Il continue à développer lui-même ses photographies, soucieux de maîtriser toute la chaîne, depuis la prise de vue jusqu’à la fixation. C’est dans cette alchimie de la passion qu’il a concocté son album, le truffant de photos attachantes, parfois étonnantes telles ces prises de vue en octobre 2005 de la Place des Martyrs à Alger, quasiment vide en plein jour pour cause d’éclipse solaire. Au même endroit, l’ombre d’un jeune footballeur en noir et blanc nous propose une leçon de photographie que le grand maître Henri Cartier-Bresson n’aurait pas dédaignée. Que dire aussi de ces tranches de vie dans La Casbah où la joie enfantine côtoie la désolation architecturale ? Hocine Zaourar nous entraîne aussi vers Berrouaghia, Constantine, Azzefoun et autres lieux urbains ou champêtres de notre vaste Algérie.

Des scènes de rues aux paysages grandioses, l’album nous «dévoile» un pays (comme l’affirme son titre), mais également le regard, tour à tour amusé, critique et tendre, d’un photographe qu’on a du mal à imaginer dans ses guêtres, pas si anciennes que cela, de baroudeur de l’image. Auteur des textes, Omar Zelig relève ce décalage finalement heureux : «Pourtant, on peut tenter de dire des mots particuliers à propos de ces images particulières parce qu’elles nous livrent aussi quelque chose de notre renaissance dans le nouveau millénaire et qu’elles sont l’œuvre de Hocine Zaourar, celui qui avait fixé pour le monde et pour l’éternité l’horreur absolue de notre descente aux enfers.» De renaissance, on peut donc retenir aussi celle d’un artiste qui, au-delà de l’actualité et de la compétition médiatique, se réapproprie la plénitude de son art. C’est aussi Hocine Zaourar qui passe «de l’ombre à la lumière», comme l’affirme le sous-titre de l’album. A. Ferhani

 

*Hocine Zaourar, «L’Algérie dévoilée, de l’ombre à la lumière», Préface de Pascal Convert. Textes de Omar Zelig. Ed. Aglaë, Alger, 2013.

 

Ameziane Ferhani
 
 
Votre réaction
 
Pour réagir à cet article veuillez saisir votre login/pass ci-dessous ou vous inscrire en cliquant ici
 
Sur le même sujet
Exposition thématique au palais des Raïs : Si l’histoire m’était dessinée
USA : Planes 2, haute voltige
Les nouvelles tendances du cinéma en Afrique du Nord
 
Tous les titres d'El Watan

Actualité

Des victimes du crash du vol AH5017 étaient en route pour Montréal

La représentation de la compagnie nationale au Canada a pris en charge le déplacement de leurs proches en Afrique.

Un conseil interministériel à Constantine

Le RCD critique la défection de Bouteflika

Sellal assume l’interdiction des marches à Alger ( actualisé )

Crash de l’avion d’Air Algérie : Sellal répond aux critiques

Sit-in de soutien aux palestiniens à Béjaia

Vol AH 5017 : deux ministres algériens dépêchés sur les lieux du crash

Vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée

118 personnes périssent dans le crash d’un avion d’Air Algérie au Mali : Les autorités algériennes à la traîne de la gestion de la crise

Les autorités algériennes entament leur enquête sur le crash : Une forte délégation embarque pour le Mali

 

Sports

Championnats d’Afrique d’athlétisme : 28 athlètes algériens pour Marrakech

Finalement, 28 athlètes algériens (23 garçons, 5 filles) ont été sélectionnés par la Fédération algérienne d’athlétisme (FAA) pour prendre part à la 19e édition  des Championnats d’Afrique d’athlétisme prévus à Marrakech au Maroc (du 10 au 14 août 2014). La sauteuse en longueur, Romaïssa Belabiod (6,19m) et le jeune spécialiste du 400m haies, Saber Boukemouche (49’’90) ont complété la liste suite aux minimas réalisé à temps, mercredi dernier, en nocturne au stade annexe de l’OCO.

Angleterre : Didier Drogba revient à Chelsea

En bref…

RC Arba : Un stage totalement réussi

JS Saoura : Fin de séjour à Benidorm et retour au bercail

WA Tlemcen : Bahari, Aïssaoui et Belakhdar en renfort

 

Economie

Importation de médicaments : La facture en hausse de 25,83%

Au premier semestre 2014, les importations algériennes en produits pharmaceutiques ont atteint 1,2 milliard de dollars.

Fonds monétaire international : Prévisions de croissance en baisse pour 2014

Opérateur Ooredoo : Des investissements en hausse de 45%

Céréaliculture : Forte chute de la production nationale

5 agences BDL proposent cette prestation : Le prêt sur gage pour faire face aux dépenses imprévues

Ooredoo-Algérie : 104,7 millions de dollars de bénéfice net en six mois

 

International

Yael El Fahoum. Ambassadeur de Palestine en France : «Nous sommes en face d’un génocide avec une complicité internationale»

«C’est horrible ce qui se passe en Palestine, c’est inhumain», s’est exclamé l’ambassadeur de Palestine en France, lors d’une rencontre informelle avec la presse, pour expliquer ensuite que la stratégie guerrière du gouvernement israélien est «suicidaire» pour la société israélienne elle-même.

La LDJ, organisation fasciste, à l’index

Ghaza : La diplomatie française critiquée

Attaques israéliennes contre Ghaza : Le signal d’alarme de l’ONU

Bamako et les groupes armés touareg signent à Alger une feuille de route : Le dialogue intermalien remis sur les rails

Libye : La procureure de la CPI menace les responsables des violences

 

Culture

Accostant à Béjaïa en provenance de Marseille : A l’accueil des passagers du Tassili II

Port de Béjaïa. Une brise tiède et embaumée précède une journée annoncée caniculaire en cette matinée d’été. Il est 10h. Le car-ferry Tassili II, en provenance de Marseille (France), accoste le quai.

Radio de Tizi Ouzou : Sensibilisation aux dangers de la mer

Mustapha Bouafia. Professeur au Conservatoire d’Alger et ancien élève de M’hamed El Anka : «Il faut donner tous les moyens à la génération montante»

La Ministre de la Culture rencontre les musiciens : «L’Etat n’a pas à être promoteur de spectacles»

News : Le Festival de Salzbourg ouvre ses portes sur fond de soucis financiers

Casting : Mostra de Venise Le nouveau film du Mexicain Inarritu en ouverture

 

Région Est

Constantine : Des habitants ferment la rue Tatache Belkacem

Des dizaines d’habitants de la rue 19 mai 1956 (ex-rue Chevalier) ont fermé, hier, la rue Tatache Belkacem (ex-rue Thiers) à proximité du lycée Redha Houhou, pour revendiquer la distribution des logements sociaux.

Sétif : L’insalubrité prend ses quartiers

L’insalubrité qui s’est installée dans divers coins de la capitale des Hauts plateaux, victime de sa réputation de «ville propre» et d’une expansion urbanistique effrénée, crève les yeux. L’incivisme des citoyens criant affecte grandement le paysage d’une cité polluée par les immondices qu’on rencontre à chaque coin de rue.

Annaba : Les jeunes femmes, cible préférée des agresseurs

Aquelques pas du perron du siège d’Algérie Poste de la cité Plaine Ouest, une jeune fille a été agressée, hier, devant des passants indifférents, avons-nous appris de la victime.

Jijel : Rassemblement de solidarité avec Ghaza

Plus d’une centaine de personnes, essentiellement de jeunes scouts, se sont rassemblés hier en milieu de matinée devant le siège de l’Apc de Jijel, pour protester contre l’agression sauvage que subit le peuple ghazaoui depuis quelques semaines.

Kanouaâ (Skikda) : Les habitants d’Affensou réclament l’eau

En signe de protestation  contre « la soif » qu’ils endurent en cette période de jeûne et de canicule, les habitants de la localité d’Affensou, dans la commune de Kenouaâ, à l’ouest de Skikda, ont procédé, mardi tôt dans la matinée, à la fermeture du siège de l’APC.

Batna : Pas de répit pour les commerçants le jour de l’Aïd

«Les règles seront appliquées pour cette année aussi !», a déclaré hier matin Khidri Ibrahim, directeur régional du commerce à propos de la permanence des commerçants durant les trois jours de Aïd El Fitr.

Biskra : Des cités résidentielles ou zones d’équipements ?

Des habitants de plusieurs quartiers de Biskra sont outrés par la dégradation de leur cadre de vie du fait de la mutation inexorable des cités, en principe classée zone résidentielle, en zone d’équipements et d’activités semi-industrielles.

Des projets non lancés à Guelma : «L’infructuosité» tue le développement

Des investisseurs ont eu le courage de dire au wali qu’ils ne peuvent pas s’exprimer dans la salle au risque de s’exposer à des représailles.

 

Région Ouest

Téléphonie et Internet : Algérie Télécom lance le paiement électronique

Ce nouveau service permet à ses bénéficiaires d’éviter les déplacements, les transactions en espèces, et de facto le temps perdu et les retards.

Mostaganem : Une vie nocturne très animée

Chlef : Les ordures envahissent la ville

Trafic de carburant : Le retour des hallaba

Sidi Bel Abbès : Cinq malfaiteurs sous les verrous

Mascara : La zone humide de la Macta sera aménagée

Tiaret : Un entrepreneur accuse un maire de «l’avoir agressé»

Saisie de plus de 6kg de cannabis à Relizane

 

Région Kabylie

Désastre écologique en cours à Azazga : La mort absurde de la forêt de Yakouren

Autrefois baptisée «Bois Sacré», la forêt de Yakouren est à présent devenue le bois empoisonné.

Sit-in de soutien aux palestiniens à Béjaia

Bouira : Des gardes communaux protestent devant le siège d’Algérie Poste

Chabet El Ameur (Boumerdès) : La ville croule sous les ordures

Lakhdaria : Nécessité d’un réseau d’assainissement

 

Région Centre

Solidarité durant le mois de Ramadhan : Les restaurants Rahma, une aubaine pour les démunis

L’aide durant le mois de jeûne s’articule autour du couffin du Ramadhan et des restaurants Rahma.

Ressources en eau à Tipasa : Les attentes des populations

Logement LPA à Mouzaïa : Y a-t-il arnaque ?

Ain Defla : Trois morts et 16 blessés dans une Collision entre un bus et un véhicule touristique

 

Région Sud

Les représentants de la société civile en appellent au wali : Ils réclament la dissolution de l’APC de Tamanrasset

Les représentants de la société civile ont critiqué la gestion de l’actuelle Assemblée élue, et tiré à boulets rouges sur le P/APC de cette municipalité qui s’est noyée dans une abysse d’écueils, et ce, depuis novembre 2012.

Ouargla : Arrestation d’un couple pour agression et vol d’une voiture

Deux citoyens se dirigeant à bord d’un véhicule de location de marque Hyundai Accent, de Touggourt vers Ouargla, ont pris en stop un jeune et sa compagne, sur la RN3, entre Touggourt et Hassi Messaoud.

La canicule s’installe dans la durée : Vivre à Ghardaïa par 45° à l’ombre !

«Même les oiseaux ont été contraints par cette chaleur à trouver d’autres endroits plus cléments autres que cette véritable étuve qu’est Ghardaïa», nous fait remarquer Aâmi Bakir,  le marchand de bagagerie installé juste à côté du siège de la wilaya de Ghardaïa.

 

Contributions

Ghardaïa et ses trouble-fêtes répétitifs

S i l’on considère que fondamentalement  tous les courants religieux de ces musulmans que nous sommes étaient à leur naissance motivés par un désir d’intégrité plus intense, par le besoin de répondre plus nettement aux principes supposés de la foi et aux aspirations de bonheur des individus, aucun d’eux ne peut être le contraire de l’autre, ni même supposé l’être, sauf s’il y a une intentionnelle manipulation guidée de l’intérieur ou de l’extérieur.

Révision constitutionnelle : Tamazight langue officielle aux oubliettes ?

 

Magazine

Bacheliers à 30, 40 ou 60 ans : Quand les séniors foulent les campus !

Sésame, visa d’entrée à l’université ou encore tremplin, les adjectifs ne manquent pas quand il s’agit de définir le baccalauréat, un mot dérivé du latin médiéval bacca laurea, en l’occurrence la couronne de baies de laurier posée au-dessus de la tête qui symbolisait la réussite et la victoire.

Rupture du jeûne avec les policiers : Immersion dans des barrages de police durant l’iftar

 

Etudiant

Animateur, garde-malade, manœuvre... : Un travail d’été ? J’y songe déjà

On dit que le travail c’est la santé. On dit aussi qu’il vaut mieux user des souliers que des draps. Toujours est-il que travailler devient de plus en plus nécessaire : pour gagner sa vie, s’épanouir, acquérir de l’expérience ou tout simplement passer du temps. Eh oui, passer du temps. Et nombreux sont ces étudiants qui ont déjà choisi de travailler pendant leurs vacances d’été.

Amira Ghazi.Etudiante à la Faculté d’Oran : Le Mondial a dépassé même la beauté du foot

 

Auto

Diamal-Chevrolet : Relance pour la nouvelle Optra

La nouvelle Optra a connu des évolutions extérieures de valeur visibles à travers son nouveau design au look modernisé.

Sovac : Un nouveau showroom Škoda à Chéraga

 

Environnement

La Terre poursuit son réchauffement

L’année 2013 fut l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées, les gaz à effet de serre ayant atteint des niveaux historiques et les glaces de l’Arctique continuant de fondre, selon un rapport de référence publié jeudi. Le rapport annuel sur le climat, publié dans le Bulletin de la Société météorologique américaine, compile des données scientifiques et les événements climatiques de l’année passée, résultat d’un travail de 425 scientifiques dans 57 pays.

Environnement : Un continent de plastique dans l’Atlantique Nord

 

France-actu

Abbas Bendali. Directeur de Solis : «350 millions d’euros de dépenses alimentaires»

Les musulmans en France consomment environ 350 millions d’euros pendant le Ramadhan. Abbas Bendali, directeur de Solis, cabinet d’études marketing spécialisé dans les sondages ethniques, note que le mois de jeûne est propice à la consommation.

Le regroupement familial sur place

 

Histoire

La crise de l’été 1962 : Des origines à la fracture : Les fissures d’une jeune Révolution

Durant le deuxième semestre de l’année 1959, la Révolutions algérienne va s’enfoncer dans une profonde crise de croissance que l’inexpérience du GPRA, rudement secoué, n’explique pas entièrement. Des frottements râpeux, au sommet, enfiellaient l’atmosphère déjà lourde depuis la formation du premier gouvernement provisoire en septembre 1958.

La crise de l’été 1962 : Des origines à la fracture, le point de non-retour

 

Multimédia

Téléphonie mobile : Djezzy lancera la 3G durant le Ramadhan

Les abonnés de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy vont eux aussi pouvoir enfin bénéficier, d’ici quelques jours, des services de téléphonie de troisième génération (3G).

La gamme des Smartphones s'enrichit : Samsung Algérie dévoile le Galaxy S5

 

Portrait

Daksi Allaoua. Ancien membre du réseau Jeanson, ancien président de la FAHB : Constantine et la saga des Daksi

«Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.» (Gandhi)

Abdelhalim Bensmaïa. Humaniste, philosophe, théologien, exégète (1866-1933) : Le penseur émerite et la médersa perdue

 

Santé

Un pacemaker biologique testé en laboratoire

Des chercheurs du Cedars-Sinai Heart Institute à Los Angeles sont parvenus à convertir des cellules cardiaques en pacemaker en injectant un gène dans des porcs.

Lutte contre l'obésité des enfants : L’OMS mobilise des experts

 
El Watan Magazine



El Watan Etudiant

ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

impact journalism days

 

Toute l'info sur la coupe du monde 2014

Indépendance Algérie

 

Vidéo

L'industrie militaire algérienne

L'industrie militaire algérienne
le dessin du jour
LE HIC MAZ
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco

El Watan 2014 l'info indépendante présidentielle

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter

El Watan sur Facebook

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie