Pages hebdo Arts et lettres
 

Hocine Zaourar. Parcours atypique d'un photoreporter

En renaissance...

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 22.03.14 | 10h00 Réagissez

 
	La Vie en rose. Casbah d’Alger. 2004.
zoom | © H. Z.
La Vie en rose. Casbah d’Alger. 2004.

En contemplant la couverture de l’album de photographies* de Hocine Zaourar, une réflexion vient tout de suite à l’esprit : il s’agit de sa première publication alors que sa carrière, déjà longue et dense, lui aurait permis d’investir plus tôt le monde de l’édition.

Deux raisons expliquent ce «retard». La première est qu’il s’est donné pleinement au photojournalisme, travaillant pour de grandes et exigeantes agences de presse ou de photographie (Sipa, Reuters, AFP), engagé à fond dans l’actualité, allant d’un conflit à l’autre : génocide du Rwanda, occupation israélienne en Palestine, guerres civiles en Somalie et au Congo… Dans ce tourbillon, il restait peu de place aux projets personnels. La deuxième raison tient sans doute à l’énorme phénomène médiatique suscité par sa photographie prise lors du massacre de Bentalha, près d’Alger, le 23 septembre 1997.

Avec la vélocité d’une traînée de poudre, l’image de cette femme-douleur, photographiée à l’hôpital Zemirli, le jour-même, a fait le tour du monde, établissant des records de visibilité. Elle s’est retrouvée à la «une» de 750 journaux dans le monde, sans compter les magazines. Elle a été diffusée et commentée sur d’innombrables chaînes de télévision, vue par des dizaines, sinon des centaines de millions de gens. Un journaliste l’a nommée «La Madone de Bentalha» et, sous cette appellation, elle s’est imposée aussitôt comme l’incarnation visuelle de la tragédie algérienne, sinon l’une des icônes modernes de la douleur humaine.

La pratique d’un métier exaltant mais chronophage et l’incroyable audience internationale d’une seule photographie ont pesé de tout leur poids sur Hocine Zaourar, l’empêchant de montrer jusque-là des clichés plus personnels qu’il a pourtant commencé à prendre depuis la fin des années 70’, les classant dans ses tiroirs, en prenant de nouveaux entre deux reportages, les classant encore, tout cela pendant que le poursuivaient les trompettes de la renommée mais aussi ses tromperies. Dans sa préface à l’album, Pascal Convert, artiste qui a réalisé une sculpture en cire de la photographie de Zaourar, raconte combien l’avait scandalisé le fait de se voir plus reconnu que l’auteur initial, victime, selon lui, d’une double discrimination. La première relève, selon lui, d’une certaine acception de l’art contemporain.

Il cite pour cela le critique Sylvain Maresca constatant que le retour du document (ici, la photo) dans l’art contemporain profite d’abord «aux artistes plasticiens qui explorent les formes et les fictions documentaires», ensuite «à certains photoreporters passés à la création pour les galeries d’art» mais jamais «aux photographes de presse classiques» (Art Press, n° 19, 1995).  Pascal Convert rappelle que la valeur sur le marché de l’art (comme sur tout marché d’ailleurs) se fonde sur la rareté et qu’une photo étalée sur des centaines de médias ne peut donc s’en prévaloir.
 
Pour lui, la deuxième discrimination dont a été victime Hocine Zaourar serait «géo-politique». Invoquant la protection du photographe, l’agence AFP où il travaillait alors avait caché son nom de famille et il n’a pas même été invité à la remise du Prix Bayeux des correspondants de guerre qui lui avait été décerné. Pascal Convert précise : «C’est le directeur photo de l’agence qui a reçu le prix en son nom. Il serait plus juste de dire en son prénom : Hocine. Quand il s’agit d’un auteur d’Afrique du Nord, cette ellipse du patronyme rappelle le temps où les colons appelaient les indigènes par leur seul prénom». Comment d’ailleurs expliquer, que 17 ans après, c’est presque toujours ce prénom qui apparaît sur les sites consacrés au prestigieux World Press Photo 1998 dont Hocine Zaourar est également lauréat, restant probablement à ce jour, et depuis 57 ans (le prix ayant été fondé en 1955), le seul photographe arabe et africain à l’avoir obtenu et l’un des rares au monde dans deux catégories : celle du grand prix et celle du portrait ?

Hocine Zaourar peut être fier de son œuvre car une photographie de reportage peut devenir une œuvre au sens complet du terme quand la qualité artistique vient rejoindre l’intérêt du sujet. Certains évoquent le hasard, la coïncidence ou encore la chance. C’est mal connaître l’art photographique et celui du reportage que d’envisager les choses sous cet angle. Il faut beaucoup d’expérience, de talent et de maîtrise pour capter un tel «instant photographique».

Si Hocine Zaourar s’est rendu ce jour-là à l’hôpital Zemirli, si son œil, puis l’objectif de son Reflex se sont portés sur cette femme parmi tant d’autres, c’est aussi parce que, depuis le début de ses reportages des années noires, il avait évité de photographier les cadavres. «Quel intérêt peut-il y avoir, nous, affirme-t-il, à montrer des corps inanimés ? Ceux qui sont morts sont partis pour de bon, que Dieu ait leur âme. Ce sont les vivants, ou plutôt les survivants qui vivent le drame, ce sont eux qui l’expriment, ce sont eux qui souffrent longtemps et doivent nous intéresser.»

La photographie de Bentalha a eu un tel impact que beaucoup ont comme oublié que Hocine Zaourar travaillait sans relâche depuis le début de cette sombre décennie, vivant une épreuve à la fois professionnelle et personnelle : «J’avais beau travailler professionnellement, il m’était difficile, en tant qu’être humain, algérien de surcroît, de rester froid devant tout ce que je voyais et photographiais. Aussi, quand on me parle de succès de la photo, je ne peux m’empêcher de penser que tout cela s’est construit sur la douleur des miens. J’avais le devoir de témoigner mais cela ne pouvait se faire sans la pudeur que la mort et la douleur nous imposent.»

Hocine Zaourar a subi lourdement le contrecoup d’une immense et soudaine médiatisation. Ce qu’on pourrait appeler la rançon de la gloire s’est doublé d’une campagne de dénigrement aux sources et aux formes multiples. Faute de pouvoir s’en prendre à la photographie, on s’en est pris au photographe, l’accusant d’avoir trafiqué la prise de vue, d’avoir rédigé une fausse légende, et autres griefs. Pendant des années, Zaourar s’est battu, parfois devant la justice, pour démonter les amalgames et les mensonges. «Le plus beau dans tout ça, nous confie-t-il, c’est que certains pensent que je me suis fait une fortune avec cette photographie. Ils oublient que j’étais salarié à l’AFP». Avec son employeur, les relations deviendront vite tendues et finiront par se rompre malgré une longue collaboration (1993-2006). Mais aujourd’hui, l’amertume a cédé la place à la sérénité d’une expérience digérée.

Le photographe y a glané de nombreux prix. En 1997, la photographie de Bentalha est entrée dans la collection du Newsmuseum de Washington ainsi que le boîtier qui avait permis de la prendre. En 1998, elle a été sélectionnée parmi les cent photos du siècle et, en 2011 — suprême retournement après un anonymat forcé — Hocine Zaourar est entré dans le «Who’s Who» ! Plusieurs recherches universitaires ont été menées sur la Madone algérienne, un ouvrage d’art allant jusqu’à l’analyser comme une peinture classique.

Après deux années à Istanbul (2006-2008), Hocine Zaourar est revenu en Algérie où il exerce en tant qu’indépendant, ravi de sa liberté retrouvée, renouant, sans abandonner le reportage, avec sa première vie d’artiste-photographe menée de 1972 à 1984. Il se remémore avec émotion ses premiers pas d’autodidacte. Il avait 17 ans et devait devenir technicien en hydrogéologie. A l’INRH, il est entouré de professeurs férus de photo dont un ingénieur coopérant, ancien préparateur chez Kodak, qui lui apprend à fabriquer des émulsions et de la gélatine.

Mais sa rencontre décisive se fera avec Chérif Khellaf, architecte passionné de photo qui, lors d’un déménagement, offre au jeune Hocine des produits de développement et devient en quelque sorte son mentor (il lui a d’ailleurs dédié son album). Dans la petite maison familiale de Bir Mourad Raïs, son père lui fabriquera un agrandisseur en bois. On se croirait aux premiers âges de la photo ! Hocine en a gardé un amour irréductible de l’argentique. Pas question de lui parler des progrès du numérique qu’il veut bien reconnaître mais sans s’y reconnaître.  Il assène : «Celui qui n’a jamais fait d’argentique ne pourra jamais comprendre la photo. D’ailleurs, il ne pourra pas même exceller dans le numérique.»

Il continue à développer lui-même ses photographies, soucieux de maîtriser toute la chaîne, depuis la prise de vue jusqu’à la fixation. C’est dans cette alchimie de la passion qu’il a concocté son album, le truffant de photos attachantes, parfois étonnantes telles ces prises de vue en octobre 2005 de la Place des Martyrs à Alger, quasiment vide en plein jour pour cause d’éclipse solaire. Au même endroit, l’ombre d’un jeune footballeur en noir et blanc nous propose une leçon de photographie que le grand maître Henri Cartier-Bresson n’aurait pas dédaignée. Que dire aussi de ces tranches de vie dans La Casbah où la joie enfantine côtoie la désolation architecturale ? Hocine Zaourar nous entraîne aussi vers Berrouaghia, Constantine, Azzefoun et autres lieux urbains ou champêtres de notre vaste Algérie.

Des scènes de rues aux paysages grandioses, l’album nous «dévoile» un pays (comme l’affirme son titre), mais également le regard, tour à tour amusé, critique et tendre, d’un photographe qu’on a du mal à imaginer dans ses guêtres, pas si anciennes que cela, de baroudeur de l’image. Auteur des textes, Omar Zelig relève ce décalage finalement heureux : «Pourtant, on peut tenter de dire des mots particuliers à propos de ces images particulières parce qu’elles nous livrent aussi quelque chose de notre renaissance dans le nouveau millénaire et qu’elles sont l’œuvre de Hocine Zaourar, celui qui avait fixé pour le monde et pour l’éternité l’horreur absolue de notre descente aux enfers.» De renaissance, on peut donc retenir aussi celle d’un artiste qui, au-delà de l’actualité et de la compétition médiatique, se réapproprie la plénitude de son art. C’est aussi Hocine Zaourar qui passe «de l’ombre à la lumière», comme l’affirme le sous-titre de l’album. A. Ferhani

 

*Hocine Zaourar, «L’Algérie dévoilée, de l’ombre à la lumière», Préface de Pascal Convert. Textes de Omar Zelig. Ed. Aglaë, Alger, 2013.

 

Ameziane Ferhani
 
 
Votre réaction
 
Pour réagir à cet article veuillez saisir votre login/pass ci-dessous ou vous inscrire en cliquant ici
 
Sur le même sujet
Nime. Bédéiste : Porte-flambeau de la nouvelle génération
Exposition thématique au palais des Raïs : Si l’histoire m’était dessinée
USA : Planes 2, haute voltige
 
Tous les titres d'El Watan

Actualité

Séisme : Plus de peur que de mal à Tizi Ouzou.

Le tremblement de terre de ce matin, vendredi, 1  août, enregistré à 5 h 11, a été fortement ressenti dans la willaya de Tizi Ouzou.  Dès la première secousse, des citoyens ont quitté leurs maisons, notamment, dans la commune de Tizi Ouzou et sa périphérie où les habitants appréhendaient surtout d’autres fortes répliques.

Séisme à Alger : Belaïz promet de reloger immédiatement les familles touchées

Abdelmadjid Bouzidi est décédé ce vendredi matin à Paris

Une femme retrouvée assassiné chez elle à Belcourt

La stèle Tahar Djaout inaugurée à Tizi Ouzou.

Secousse tellurique à Alger : Cellule de crise au ministère de l'Intérieur

Secousse tellurique de 5,6 à Alger, 6 morts et 420 blessés

Mines antipersonnel : L’héritage colonial continue de miner l’Algérie

Colonel Hcene Gherabi. Chargé du dossier des mines antipersonnel : Les documents remis par la France en 2007 ne comportent aucune information nouvelle

Libye : Probable intervention militaire d’Alger ou du Caire

 

Sports

Mercato : Les joueurs algériens ne s’exportent toujours pas !

Le produit «algérien» ne se vend toujours pas sur le marché des transferts, malgré une belle Coupe du monde en terre brésilienne.

Toujours plus de stars au Real !

Décès de Grondona : Un coup dur pour Blatter

Dunga tacle Neymar

Bouguèche s’engage avec l’USMBA

Obélé boucle le recrutement du CRB

 

Economie

Production de tubes destinés à Sonatrach : ArcelorMittal importe ses lingots de Pologne

Les conséquences de l’arrêt du haut fourneau n°2 depuis plusieurs mois commencent à peser lourd sur les délais de livraison des clients d’ArcelorMittal pipes and tubes Algeria (Ampta).

Litige Air Algérie - SMi : Une première plaidoirie début août

Argentine : Risque de défaut de paiement

Sanctions contre la Russie : Les USA emboîtent le pas à l’UE

Investissements étrangers : L’Algérie dixième dans le monde arabe

Dr Kerrar Abdelouahed. Président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP) : «Le secteur pharmaceutique a besoin d’un système de régulation puissant et solidement organisé»

 

International

En Tunisie, on fait dans la résistance populaire

Attaque terroriste à Djebel Chaâmbi, il y a 15 jours, comme en 2013 et en 2012. En juin dernier, dans les massifs forestiers de Aïn Draham, un ratissage d’envergure a permis l’arrestation d’un terroriste et la découverte d’une cache, celle d’un groupe terroriste dont la présence avait été signalée.

L’impunité israélienne met Ghaza au supplice

Les brèves

Amnesty International exhorte les États-Unis à suspendre les transferts d’armes en direction d’Israël

Le chaos s’installe dans le pays : La Libye risque l’éclatement

Ses bombardiers ont pris pour cible, hier, une école de l’ONU : Israël commet un nouveau massacre d’enfants palestiniens

 

Culture

Découvrez les rockeurs des sables

Au fil de l’actualité, le Sahara est très souvent associé à une zone de danger permanent. C’est pour parler de ses habitants et de leurs réalités quotidiennes qu’Arnaud Contreras veut publier Sahara Rocks, un recueil de photos et d’histoires récoltées au cours de ses nombreux voyages. Un parcours dans le désert à travers sa musique et sa jeunesse.

Dominique Ziegler. Auteur et dramaturge suisse : Le colonialisme commençait à inquiéter Jean Jaurès

5 destinations incontournables au Brésil

Zebda fait les 100 pas

Aveugle et a mis le khôl !

Le Casif enflamme les soirées d’El Bahdja

 

Région Est

Constantine : Colère sur la RN79

Des dizaines d’habitants de la cité Khaznadar, plus connue par la cité DNC, située non loin de l’université Constantine1, ont fermé tôt dans la matinée d’hier, la RN79 et le rail du tramway avec des pneus brûlés, des pierres et des troncs d’arbres, à quelques encablures du rond-point situé à proximité de le passage de Massinissa, en direction de la cité Zouaghi.

Fièvre aphteuse à Sétif : Plus de 300 bovins décimés

Une importante partie du cheptel des bovins de la daïra de Bir El Arch est décimée par la fièvre aphteuse, dont le premier foyer s’est déclaré, la semaine dernière. Selon un responsable de la direction des services agricoles (DSA) de Sétif, plus de 300 vaches ont péri. Pour circonscrire cette maladie qui se propage rapidement,  les services vétérinaires se trouvent en état d’alerte maximale.

Annaba : Une ancienne fuite d’eau devient une fontaine

Une importante fuite d’eau a été déclarée depuis plusieurs semaines à la rue Bouzered Hocine, face à la direction de l’action sociale (DAS). Cette fuite est devenue une «station de lavage» pour les véhicules.

Transport ferroviaire à Jijel : Un secteur en perte de vitesse

Malgré les possibilités que peut offrir ce moyen de transport populaire, la SNTF n’a jamais pris l’initiative de le relancer, notamment pour la période estivale, comme ce fut le cas par le passé.

Repeuplement du barrage de Zit El Anba à Skikda : Intégrer l’aquaculture dans les mœurs agricoles

L’opération, qui ne se limite pas aux barrages, sera étendue aux retenues collinaires, pour devenir une activité complémentaire pour les agriculteurs.

Quartier le Camp à Batna : Du rififi au marché informel

Les habitants du quartier Le camp, au centre-ville de Batna, étouffé par un marché informel qui ceinture leurs maisons, étaient au bout de leur patience, samedi en fin de matinée. Refusant d’obtempérer aux injonctions de l’un des habitants de décamper des lieux, les marchands en question faisaient semblant de ne rien entendre et s’occupaient de leurs clients venus nombreux faire leurs emplettes en ces derniers jours du Ramadhan.

Biskra : Démantèlement d’un gang spécialisé dans le vol de voitures

La veille de l’Aïd El Fitr, les éléments de la PJ de la sureté de Biskra ont démantelé un gang de 5 individus, spécialisé dans le vol de voitures et le cambriolage de maisons de particuliers, a-t-on appris de la cellule de communication de ce corps de sécurité.

Fête de l’aïd à Souk Ahras : Commerces fermés, rixes et vente de pétards

L’instruction émanant du ministère du Commerce n’a pas produit les effets escomptés à Souk Ahras et les commerçants ont encore une fois imposé leur diktat en fermant durant les deux jours de l’Aïd, boulangeries, crèmeries et magasins d’alimentation générale.

 

Région Ouest

Intoxications alimentaires : Une vingtaine de cas en une seule journée

La saison estivale est souvent synonyme d’intoxications alimentaires. Pour avoir consommé de la pâtisserie achetée auprès d’une pâtisserie connue à Oran, 4 familles composées de 14 personnes ont été victimes d’intoxications alimentaires et admises en urgence au service des maladies infectieuses où elles ont été placées sous surveillance médicale.

Mostaganem : Une vie nocturne très animée

Si les rues, les lieux et places publics sont déserts durant toute la journée, les Mostaganémois, contrairement aux autres mois de l’année, ont osé ou sont résignés à changer d’habitude en renversant les rôles et les rythmes.

Ténès : Un projet d’un centre de déchets contesté

Après une semaine mouvementée, le calme revient à Ténès où des citoyens s’opposent à la réalisation d’un centre d’enfouissement technique des déchets.

Tlemcen : 34 communes seront alimentées par de l’eau dessalée

Une population  de plus de 700 000 habitants sera alimentée à partir des deux stations de dessalement d’eau de mer de Souk Tleta et de Honaïne.

La plupart des commerces fermés durant l’Aïd : Sidi Bel Abbès décrétée ville «fantôme»

La direction du Commerce avait pourtant  annoncé, à la veille de l’Aïd, que des permanences commerciales allaient être assurées en vue de permettre aux citoyens de s’approvisionner, en toute -quiétude, en produits de consommation courante.

Mascara : Deux morts dans un accident de la circulation

Hier mercredi, vers 2 h du matin, un accident dramatique a eu lieu au niveau du quartier Sidi Moufok, au chef-lieu de la wilaya de Mascara. Deux jeunes, âgés de 19 ans, nouveaux bacheliers, à bord d’une mobylette ont été mortellement percutés par un chauffard qui a pris la fuite. Il s’agit du fils de Kaddaoui Mohamed, entraîneur du GC Mascara, et celui de Belaoudj Kada, ancien joueur du Ghali de Mascara.

Tiaret : Une bande de malfaiteurs vole un million de dinars à un éleveur

Étrange similitude que cette affaire de vol par effraction effectué par une bande de malfaiteurs dans la localité de Ksar-Chellala, quelques mois après celle ayant valu la séquestration, l’agression et la tentative de vol d’un coffre de chez un entrepreneur de la région.

Arzew : Des opérateurs économiques et des élus portent plainte contre le P/APC

Un groupe d’opérateurs économiques de la commune d’Arzew vient de déposer plainte contre le P/APC.  La plainte porte sur une infraction au code des marchés publics et à la loi relative à la prévention et à la lutte contre la corruption.

 

Région Kabylie

Prévention routière à Tizi Ouzou : Campagne de sensibilisation sur les plages

Sous le thème «vacances sans accidents», l’association de prévention routière de la wilaya de Tizi Ouzou Les amis de la route organise du 10 au 31 août une campagne de sensibilisation à Tigzirt et Azeffoun.

Beni-Ksila (Béjaïa) : Vers le renouveau économique

Dans les deux dernières décennies, l’insécurité et le terrorisme ont plongé la région dans une profonde léthargie. Les projets envisagés, dont certains sont déjà lancés et d’autres en attente de lancement, tendent tous à cet objectif.

Bouira : Un cas de fièvre aphteuse découvert à Ain Türk

Un cas de fièvre aphteuse a été découvert ce mercredi dans la commune d’Ain Türk, au nord-ouest du chef-lieu de la wilaya de Bouira, une zone à forte concentration de bovins d'engraissement, a-t-on appris de sources proches de la direction des services agricoles de la wilaya de Bouira.

Contrôle des commerces : 216 infractions à Boumerdès

Le contrôle des commerces dans la wilaya de Boumerdès s’est soldé par l’enregistrement de 216 PV d’infraction.

Lakhdaria : Nécessité d’un réseau d’assainissement

Les habitants du bidonville sis au village Zbarboura (Lakhdaria), au nord-ouest de Bouira, continuent à subir les néfastes conséquences d’un assainissement anarchique.

 

Région Centre

Permanence durant l’AÏd : La consigne n’a pas été respectée

2015 commerces étaient prévus pour assurer la permanence. Seuls quelques-uns se sont conformés à la réglementation. 

Contournement de Cherchell : Des autorités locales retardent les débuts des travaux

Comme à l’accoutumée, les autorités locales de Cherchell avaient préparé minutieusement leur chorégraphie pour accueillir en grande pompe l’arrivée de Abdelkader Kadi, ministre des Travaux publics, afin de lancer les travaux du contournement de la ville de Cherchell, après des années d’attente pour les automobilistes et les populations.

Université Blida1 : Recrutement de 80 enseignants

Colporteurs d’eau : Un commerce florissant à Médéa

Les robinets restent souvent plus d’une semaine à sec. Les plus chanceux sont soumis à un rationnement très strict.

 

Région Sud

Ecole des sourds-muets de tamanrasset : Les lauréats récompensés par l’APW

Le taux de réussite de 100% à l’examen de fin de cycle moyen obtenu par les candidats de l’Ecole pour enfants handicapés auditifs de Tamanrasset (Eeha) en a surpris plus d’un.

Ouargla : La maman du bébé décédé tirée d’affaire

La maman du bébé décédé, mardi dernier, au complexe Mère/Enfant de Ouargla (voir notre édition de vendredi) est toujours hospitalisée dans un état stationnaire.

Ghardaïa : Calme et bain de foule à Theniet El Makhzen !

«Vous êtes vraiment le wali de Ghardaïa ?», s’étonne  un jeune vendeur qui venait  de faire un brin de causette avec Abdelhakim Chater, wali de Ghardaïa, qui s’amusait à demander les prix et même à négocier une belle gandoura sur El Macadam, face au café des amis.

 

Contributions

Crise de Ghardaïa : Le document de la commission de coordination et de suivi (ccs)

Hommage au professeur Feghoul

 

Magazine

Bacheliers à 30, 40 ou 60 ans : Quand les séniors foulent les campus !

Sésame, visa d’entrée à l’université ou encore tremplin, les adjectifs ne manquent pas quand il s’agit de définir le baccalauréat, un mot dérivé du latin médiéval bacca laurea, en l’occurrence la couronne de baies de laurier posée au-dessus de la tête qui symbolisait la réussite et la victoire.

Rupture du jeûne avec les policiers : Immersion dans des barrages de police durant l’iftar

 

Etudiant

Animateur, garde-malade, manœuvre... : Un travail d’été ? J’y songe déjà

On dit que le travail c’est la santé. On dit aussi qu’il vaut mieux user des souliers que des draps. Toujours est-il que travailler devient de plus en plus nécessaire : pour gagner sa vie, s’épanouir, acquérir de l’expérience ou tout simplement passer du temps. Eh oui, passer du temps. Et nombreux sont ces étudiants qui ont déjà choisi de travailler pendant leurs vacances d’été.

Amira Ghazi.Etudiante à la Faculté d’Oran : Le Mondial a dépassé même la beauté du foot

 

Auto

Tombola Renault Algérie : L’immense bonheur de gagner... une Clio 4

Plus de 2000 participants ont pris part à ce jeu. Il suffisait de marquer un penalty dans un jeu vidéo mis en situation grâce au dispositif Kinect de Xbox.

La tendance baissière de 2013 se poursuit : Les importations de véhicules neufs en diminution de 19%

 

Environnement

La Terre poursuit son réchauffement

L’année 2013 fut l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées, les gaz à effet de serre ayant atteint des niveaux historiques et les glaces de l’Arctique continuant de fondre, selon un rapport de référence publié jeudi. Le rapport annuel sur le climat, publié dans le Bulletin de la Société météorologique américaine, compile des données scientifiques et les événements climatiques de l’année passée, résultat d’un travail de 425 scientifiques dans 57 pays.

Environnement : Un continent de plastique dans l’Atlantique Nord

 

France-actu

Abbas Bendali. Directeur de Solis : «350 millions d’euros de dépenses alimentaires»

Les musulmans en France consomment environ 350 millions d’euros pendant le Ramadhan. Abbas Bendali, directeur de Solis, cabinet d’études marketing spécialisé dans les sondages ethniques, note que le mois de jeûne est propice à la consommation.

Le regroupement familial sur place

 

Histoire

La crise de l’été 1962 : Des origines à la fracture : Les fissures d’une jeune Révolution

Durant le deuxième semestre de l’année 1959, la Révolutions algérienne va s’enfoncer dans une profonde crise de croissance que l’inexpérience du GPRA, rudement secoué, n’explique pas entièrement. Des frottements râpeux, au sommet, enfiellaient l’atmosphère déjà lourde depuis la formation du premier gouvernement provisoire en septembre 1958.

La crise de l’été 1962 : Des origines à la fracture, le point de non-retour

 

Multimédia

Téléphonie mobile : Djezzy lancera la 3G durant le Ramadhan

Les abonnés de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy vont eux aussi pouvoir enfin bénéficier, d’ici quelques jours, des services de téléphonie de troisième génération (3G).

La gamme des Smartphones s'enrichit : Samsung Algérie dévoile le Galaxy S5

 

Portrait

Daksi Allaoua. Ancien membre du réseau Jeanson, ancien président de la FAHB : Constantine et la saga des Daksi

«Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.» (Gandhi)

Abdelhalim Bensmaïa. Humaniste, philosophe, théologien, exégète (1866-1933) : Le penseur émerite et la médersa perdue

 

Santé

Un pacemaker biologique testé en laboratoire

Des chercheurs du Cedars-Sinai Heart Institute à Los Angeles sont parvenus à convertir des cellules cardiaques en pacemaker en injectant un gène dans des porcs.

Lutte contre l'obésité des enfants : L’OMS mobilise des experts

 
El Watan Magazine



El Watan Etudiant

ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

impact journalism days

 

Toute l'info sur la coupe du monde 2014

Indépendance Algérie

 

Vidéo

L'industrie militaire algérienne

L'industrie militaire algérienne
le dessin du jour
LE HIC MAZ
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco

El Watan 2014 l'info indépendante présidentielle

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie