Edito
 

Vaudeville permanent

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.08.17 | 12h00 Réagissez


Alors qu’on croyait que l’épisode Tebboune n’était qu’un orage d’été vite dissipé par la mise à l’écart spectaculaire et inattendue de l’ancien Premier ministre, la nomination officielle, jeudi en matinée, du gouvernement que va diriger Ahmed Ouyahia a donné lieu à un nouveau spectacle risible. Dans la liste officielle, publiée par la présidence de la République, s’est glissé – une nouvelle fois – le nom de Messaoud Benagoun. Malgré lui, le militant du MPA est de nouveau mêlé à ce qui est devenu un symbole de la déliquescence des institutions de l’Etat. Car une mise au point publiée par l’agence officielle – APS –, qui s’apparente à un rafistolage opéré dans la précipitation, raye de la liste le nom du faux-ministre du Tourisme. Une maladresse ? Une omission ? Un acte d’indigence ? C’est tout cela à la fois.

Si certains cercles du pouvoir tentent de minimiser l’acte en réduisant les faits à une simple erreur de frappe, cette nouvelle bourde est symptomatique d’un vaudeville permanent qui se joue dans les institutions de notre pays. Pis, il ne s’agit pas d’une faute commise une fois, mais d’une erreur qui se répète. Le nom de ce jeune homme, qui a subi beaucoup d’opprobre une première fois lorsqu’il a été démis 3 jours seulement après avoir été nommé ministre, sonne de nouveau comme un signe de la déchéance des institutions d’une République que beaucoup d’hommes politiques et d’observateurs voient déjà chavirer. Une chute brutale, aggravée par l’état de santé d’un Président dont les Algériens ne savent désormais plus rien. Les proches du pouvoir vont tenter de plaider l’erreur. Mais les couacs sont tellement récurrents qu’une explication étriquée ne fera pas taire ceux qui se posent des questions sur la réalité de la prise de décision dans le pays. Il est vrai qu’en l’absence de transparence au niveau de la présidence de la République des autres institutions et surtout dans un pays où les contre-pouvoirs sont laminés, tout ce qui sort du Palais devient parole d’évangile ! Quitte à ce que cela passe par des canaux officieux, comme ce fut le cas lors de l’escouade portée à Abdelmadjid Tebboune.

Rien à l’horizon ne semble venir redresser la situation d’un pays qui va de mal en pis. Le problème est qu’il y a fort à craindre que la situation puisse échapper à tout contrôle. Ce qui appelle donc à un sursaut républicain et patriotique !

Ali Boukhlef
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie