Edito
 

L'énigme Boumediène

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.06.17 | 12h00 Réagissez


Ce 19 juin 2017 marquera la 42e année du coup d’Etat qui porta le colonel Houari Boumediène au pouvoir, alors détenu par le président Ben Bella, qui vit se retourner contre lui son ancien allié de circonstance durant la crise de l’été 1962 qui opposa l’EMG au GPRA. A ce jour, sa personnalité reste énigmatique, très peu de choses ayant été écrites sur lui, tant de ses proches, de son entourage politique et militaire que des historiens. Aucun grand ouvrage ne lui a été consacré, comme aucune réalisation cinématographique ne lui a été dédiée. Quelques pages des Mémoires de Chadli Bendjedid le décrivent comme «introverti, taciturne et pudique, humble, ennemi du faste… jamais autoritaire, mais efficace et inflexible lorsque l’intérêt du pays était en jeu».

La «déboumédiénisation» qui lui a été reprochée il la récuse, avouant avoir été «le chouchou» de son prédécesseur. Sur le bilan général de Houari Boumediène, on retient avant tout la réalisation de grands complexes économiques, certes livrés clefs en main et difficilement gérables, mais qui ont permis à l’Algérie indépendante d’entrer dans l’ère industrielle. On évoque peu l’échec cuisant de la «Révolution agraire» qui était pourtant sa priorité. Au plan diplomatique, ce fut l’apogée. Dans un récent reportage, la chaîne télé européenne Arte a revisité «Alger, Mecque des révolutionnaires», au grand bonheur des admirateurs de Houari Boumediène qui, par ailleurs, lui prêtent l’intention d’avoir envisagé, peu de temps avant sa mort, la «réforme» du système politique en «autorisant» la création de courants au sein du parti unique, le FLN. Une volonté de «changement» du système ? Beaucoup en doutent au vu de la gouvernance politique qui a prévalu durant les 13 années de règne caractérisées par le muselage quasi total des libertés collectives et individuelles.

Et puis, il y eut cette ombre épaisse : les disparitions tragiques d’opposants au régime. L’idée largement répandue jusque-là est que l’ancien Président a été directement ou indirectement impliqué dans les assassinats et les décès suspects de Krim Belkacem, de l’avocat Mécilli et de Mohamed Khider, comme il a été à l’origine de la séquestration des restes des colonels Amirouche et Si El Haoues. Plusieurs écrits et témoignages sont venus appuyer cette thèse, parmi eux le tout dernier ouvrage de Tarik Khider qui recense tous les éléments de «preuves» sur l’assassinat de son père à Madrid. Avant lui, dans une entreprise de réhabilitation de l’image du colonel Amirouche, le leader du RCD, Saïd Sadi, cerne les contours de l’affaire de séquestration du cercueil du chef charismatique de la Wilaya III. Il y a également des suicides qualifiés «d’étranges», tels ceux de Saïd Abid et Ahmed Medeghri.

Cette thèse de la responsabilité de Houari Boumediène dans la liquidation d’opposants vient d’être remise en cause par le général Rachid Benyelles qui, dans ses mémoires, estime que l’ex-chef d’Etat n’avait aucune raison d’éliminer ses détracteurs, ajoutant que les assassinats ne peuvent être que «l’œuvre» de services spéciaux étrangers dans le but de «noircir» le régime et le diaboliser. Quarante ans après leur déroulement, les disparitions violentes d’opposants restent au niveau de la sphère officielle un sujet tabou et les historiens n’arrivent pas à percer leurs lourds secrets, faute de données fiables. Ils le feront certainement lorsqu’ils auront entre leurs mains suffisamment de témoignages d’acteurs de l’ époque et quand ils pourront accéder librement aux archives officielles : il y a une profonde quête de vérité au sein de la société algérienne qui ne tolère plus que les dirigeants politiques se cachent derrière la notion de «secret d’Etat»  ou  qu’ils cultivent les mensonges au nom de solidarité clanique ou idéologique. Pour son équilibre, l’Algérie ne peut plus traîner les lourds secrets d’histoire, y compris ceux de la Guerre de Libération nationale. 

Ali Bahmane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie