50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie 08/07/12

Edito : les Algériens se réapproprient leur histoire

Par Boukhalfa Amazit : Journaliste, spécialiste des questions d'histoire


Quelle est la part de vérité dans L’Iliade et l’Odyssée ? C’est un récit fabuleux. Eblouissant d’imagination, dont la construction de toutes pièces est attribuée à  Homère. Et pourtant, le poème s’est révélé une source intarissable d’informations et d’enseignements sur une période fort reculée (entre 1300 et 1100 av. J.-C.) de l’histoire de la Grèce antique. Homère, s’il n’est pas une identité fabriquée, comme certains spécialistes le supposent, aurait  vécu à la fin du VIIIe siècle (av. J.-C.). Et pourtant, si l’on s’en tient à la seule partie qui concerne La Guerre de Troie, la narration qui en a été faite par l’aède ionien a permis à l’archéologue Heinrich Schliemann de découvrir, en 1870, les ruines de la cité antique.

La comparaison peut paraître incongrue dès lors qu’on met en équation des événements qui se sont déroulés il y a plusieurs siècles avec d’autres qui nous sont proches et qui se sont passés à l’ère de la télévision et du cinéma, c’est-à-dire des instruments qui ont enlevé son caractère absolu à la mort elle-même. La source demeure identique : le témoin ; le vecteur en est la parole. La crédibilité, elle, peut donner sujet à l’incertitude ou, en tout cas, à une forme de scepticisme.

Toutefois, au regard de ce qui se passe,  notamment dans le domaine de l’édition et du journalisme, les Algériens, confrontés au silence des pouvoirs publics en charge de la reconstruction mémorielle, sont en train de se réapproprier leur Histoire. Il est vrai que les historiens auront fort à faire, à l’avenir, pour passer au crible tous les témoignages qui sont en train de s’exprimer de façons diverses ; mais tout ce qui s’écrit et se dit est bon à prendre. Rien n’est à dédaigner. Tous les témoignages doivent être récoltés, consignés, filmés, enregistrés, non pour attribuer des satisfecit ou distribuer des mérites, mais pour constituer une véritable banque de données.

Dès le lendemain de l’indépendance nationale, les premiers ukases ont frappé l’histoire. Les autorités ont commencé par en extraire des personnages, puis des dates et des événements. Il aura fallu attendre la fin des années 1970 pour que la presse puisse parler du Congrès de la Soummam et que les officiels le célèbrent. On a assisté au jumelage des dates importantes comme le 5 Juillet qui a été couplé avec la Fête de la jeunesse et, plus tard, du FLN (le parti et non l’artisan de la Libération). Le 19 juin était commémoré et férié, mais pas le 19 mars, par exemple.

L’histoire de l’Algérie était prisonnière «des fonctionnaires de la Vérité» ainsi que Ben Khedda désignait les cerbères de l’Histoire. Ce dernier rapporte qu’en 1976, le président Houari Boumediène avait demandé aux historiens et aux chercheurs du Centre national des études historiques (CNEH) d’écrire l’histoire de l’Algérie et de sa Révolution en insistant sur la nécessité de ne pas citer de noms dans la phase contemporaine. Le deuxième président du GPRA poursuit  : «A un historien qui s’étonne qu’on puisse écrire cette histoire sans citer les noms de Abdelkader, Ben Badis, Messali, Ferhat Abbas… le Président estima que ce qui a été fait par la Révolution algérienne dépassait de loin leurs actions...» No comment.

Dans ce dossier
Ma guerre à moi
Une histoire d'hommes
Dessine-moi l’indépendance
Constantine 1954-1962 : un enfant raconte la guerre
Ma grand-mère a eu raison des militaires français
Baya, Zohra, Fatma et les autres...
La place Tahrir me rappelle le Palais des sports
Apprendre à se défendre dans les rangs de l’ennemi
Le cessez-le-feu, jour de victoire
Tonton, le roi de l’évasion
Mohamed Frioui. ancien imprimeur de l’aln : Nous imprimions des drapeaux en prévision de l’indépendance
Jeanine Nadjia Belkhodja. Alger Chirurgien, elle travaille pour les services de santé du GPRA : Les tueurs de l’OAS avait pour consigne de viser la tête
Edito : question de majuscule
Un certain soir de 1955
Une histoire d'hommes
Dessine-moi des moudjahidine
L’enfant héros
Mohamed Tâb raconte son enfance durant la guerre d'Algérie
Un moudjahid lynché sous mes yeux
Souvenirs traumatisants
L’affaire des trois garçons disparus dans la région de Aïn Beïda
Baya El Kahla. Première maquisarde de la Région 1, Zone 1, Secteur 1 de la Wilaya IV. : J’avais des copines juives, qui, à plusieurs reprises, m’ont sauvée
Laraf
Sorti du tribunal par les policiers
L’ami Jeanson
La grève des 8 jours à Guenzet
D’Indochine aux montagnes de Kabylie
Dans les maquis de Kabylie
Mémoires d’un moudjahid clandestin
J’ai volé le fusil de chasse de mon père
Attentat à Fréjaville
Une vie sous les bombes
Carnet de guerre
Jean Kersco. En Algérie pour maintenir la paix, il filme les fêtes du 5 juillet 1962 à Sétif : J’ai choisi d’aller en Algérie pour montrer qu’il était possible de faire la paix
Edito : la fable du traître et du martyr
Les cris dans la nuit
Une histoire d'hommes
Dessine-moi un prisonnier
Dans les tourbillons de la guerre
Souvenirs d’un enfant révolté
Fatima, la collégienne martyre du 17 Octobre 1961
Assassins, on veut les fatmas !
D’Alger à Paris, le parcours de «Kaddour»
Militer des deux rives de la Méditerranée
Des armes pour les moudjahidine
Rachid Haddad, le martyr oublié
Petite histoire de la Révolution algérienne
Souvenirs du cessez-le-feu
Des dizaines de paras emportés par l’oued Guergour
L’opération Rachel
Mon père, ce héros
Le maire qui m’a sauvé la vie
Trahison et exécutions
Lettres d’un appelé à ses parents
J’étais Algérien jusqu’à l’indépendance
Farida Bedj. Chlef. Arrêtée au début de la guerre, elle perd deux sœurs au maquis : Les parachutistes sont venus me chercher à la maison
Le cinquantenaire vu par les jeunes : un juillet 2012 orageux à Alger
En dépit de l’âge avancé des gouvernants : la tentation du pouvoir à vie
Les promesses oubliées de la Soummam

123 > >>

Tous les titres d'El Watan

Actualité

Le livre qui raconte Mokhtar Belmokhtar

Grâce à des documents exceptionnels —procès-verbaux d’enquêtes de police et d’auditions, témoignages inédits— le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem signe le premier portrait de Mokhtar Belmokhtar, Le Ben Laden du Sahara*. Comment cet obscur combattant islamiste est-il devenu le plus célèbre chef djihadiste d’Afrique du Nord et de l’Ouest ? Comment a-t-il réussi à s’implanter au Sahara ? Quels sont les hommes qui ont croisé sa route ? El Watan Week-end en publie des extraits.

Lemine Ould M. Salem. Auteur de Le Ben Laden du Sahara. Sur les traces du djihadiste Mokhtar Belmokhtar : C’est en Libye qu’il a sans doute trouvé refuge

Libertés : Manifestez et vous passerez devant le juge !

Pourquoi la Société des courses hippiques mord la poussière

Les propositions de la médiation internationale pour un accord de paix malien

Loi de finances 2015 : les inquiétudes du parti Al Adala

La famille du commissaire suicidé réclame la vérité

Tiaret : Deux personnes écrouées pour soutien au terrorisme

Bouteflika «reçoit» le ministre égyptien des Affaires étrangères

Moines de Tibhirine : Les familles des victimes accusent Alger de «confisquer les preuves»

 

Sports

Ligue des champions : Aïn Fouara à la conquête de sa deuxième étoile

Dimanche à 14h30, le représentant algérien, l’ESS, défiera sur la pelouse du stade Tata Raphaël de Kinshasa le Vita Club pour le compte de la finale aller de la Ligue des champions d’Afrique.

Sergueï Bubka hôte du COA

L’Entente au rendez-vous de son histoire…

Les coulisses de l'ESS

Derby de la «peur» à Bologhine

L’Algérie quinzième meilleure nation du monde

 

Economie

Face aux économies européennes en déprime : Le «plombier Polonais» bombe le torse

Qui ne se souvient de l’image-cliché du fameux «plombier polonais» par lequel l’establishment politique et médiatique en France snobait les ouvriers de cet ancien pays socialiste, prétendument venus louer leurs bras à bas prix ? Cette appréciation xénophobe, voire raciste aux entournures, qui avait accompagné l’entrée de la Pologne à l’UE en 2004, paraît dix ans plus tard bien dépassée.

Azzedine Bouacid : Le plus Algérien des Polonais

Krakow Expo : Des produits… craquants !

Paul Van son : Pour l’Algérie, le renouvelable plutôt que le gaz de schiste

Energie : C'est la fin du projet Desertec

Présent pour la quatrième fois au SIAL de Paris : Benamor à la conquête du marché international

 

International

Législatives en Tunisie : Le défi de la transparence

Dimanche, les Tunisiens sont appelés aux urnes pour élire 217 députés. La nouvelle Assemblée aura pour mission de parachever le processus démocratique entamé en janvier 2011. Au-delà du résultat, la transparence est l’un des enjeux cruciaux de ce vote.

Canada : Deux militaires tués dans une attaque terroriste

Les brèves internationales

Il s’agit du scrutin le plus indécis de l’histoire du pays : Ces législatives qui partagent les Tunisiens

Elles ont enregistré des avancées dans plusieurs régions : Les forces pro-gouvernementales tentent de «libérer Tripoli»

Violations contre la mosquée Al Aqsa : Le HCI appelle à l'arrêt «immédiat et définitif»

 

Culture

Lotfi Bouchouchi. Cinéaste : Il est plus facile d’écrire l’histoire avec une plume qu’avec une caméra

Lotfi Bouchouchi, réalisateur et producteur, a présenté cette semaine à Alger son premier long métrage de fiction, Le puits. Cette fiction, qui est produite par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) et par le Centre national du cinéma et de l’audioviuel (CNCA), raconte l’histoire d’un village du Sud assiégé par des soldats français durant la période coloniale. Entre soif et balles, les villageois, des femmes et des enfants, surtout, doivent résister. Le puits sortira sur les écrans en Algérie en 2015.

Ikosim un troisième numéro pour la revue scientifique d’archéologie

Une résidence d’écriture pour aller chercher les mots au fond de soi

Les limites des droits culturels

Enivrant effroi : Le Parfum, histoire d’un meurtrier Tom Tykwer (2006)

La rencontre euromaghrébine des écrivains à Alger

 

Région Est

Constantine : Un employé d’Air Algérie arrêté pour vol de bagages

Un employé affecté au service litiges bagages, opérant au niveau de l’aéroport Mohamed Boudiaf a été arrêté, hier, en début d’après-midi par les services de police, suite à une plainte déposée par une passagère, a-t-on appris de sources sures.

Foncier industriel à Sétif : Les investisseurs retardataires seront sanctionnés

L’attribution de terrains pour des investissements, dans la wilaya de Sétif, risque d’être annulée en cas de non lancement de leurs projets par les opérateurs «retardataires», ont indiqué samedi les services de wilaya.

Mohamed-Chérif Hadjar. Gérant de la plus ancienne librairie à Annaba : Le livre, la passion

Le jeune homme voue un amour pour les livres,  bien qu’il soit un architecte attitré. Mohamed-Chérif Hadjar est libraire. A six heures du matin, il est le premier à faire entendre le grincement du rideau éventail de sa librairie sur le cours de La Révolution de Annaba, le nom éponyme de son commerce. Chez les Hadjar, le livre est une affaire de famille, puisque Mohamed-Chérif a hérité cette noble profession de son défunt père, Tahar - qui avait ouvert cette librairie en 1963 - avant son décès en 2003.

El Milia (Jijel) : L’eau pour la mosquée, pas pour l’école

C’est une situation des plus ubuesques que vit l’école Merimeche Zohra dans la ville d’El Milia. Pendant que l’eau coule à flot et sans discontinuité à la mosquée «Djamaâ El Kébir», qui se trouve juste en face, cet établissement scolaire est paradoxalement confronté à une absurde situation qui le prive du précieux liquide depuis plusieurs mois.

Elle coule enfin des robinets à Aïn Kechra (Skikda) : L’eau, 52 ans après…

La majorité des habitants avaient l’habitude d’acheter l’eau. Le taux de raccordement dans cette commune au réseau d’AEP, estimé à 23,9%, est l’un des plus faibles dans la wilaya.

Batna : Le problème d’AEP perdure à El Hassi

Les habitants d’El Hassi, une commune à caractère agricole, ont profité de la sortie du wali ce lundi pour exposer le sempiternel problème d’alimentation en eau potable qui perdure encore, en dépit de toutes leurs réclamations auprès des autorités.

Biskra : Deux commerçants arrêtés pour trafic de devises

Soupçonnés de blanchiment d’argent et d’exportation frauduleuse de devises étrangères, deux commerçants, originaires d’une wilaya limitrophe, ont été interpellés, hier matin, par les agents de la brigade financière et économique de la sûreté de Biskra, a-t-on appris de sources fiables.

Transport ferroviaire à Oum El Bouaghi : La ligne Aïn M’lila –Tébessa boudée par les voyageurs

La réalisation de cette ligne de 165 km, pour un coût de 5 milliards de dinars, n’a pas eu les effets escomptés, en raison des tarifs pratiqués et de l’éloignement des gares.

 

Région Ouest

Arzew : Des oliviers séculaires massacrés

Un spectacle désolant s’offre, ces jours-ci, à ceux qui empruntent le tronçon de la RN11 reliant Oran à Arzew. Les oliviers bordant la route sont, sauvagement, saccagés par des cueilleurs improvisés qui ne pensent qu’à ramasser le plus possible d’olives avant le passage d’autres concurrents.

Mostaganem : Un Imam pendu à un olivier

Naima Tahraoui. Chercheuse dans la gestion des déchets à l’université de Chlef : «Le compostage est une solution adéquate»

Mme Naima Tahraoui-Douma est docteur en chimie, enseignante à la faculté des sciences et sciences de l’ingénieur à l’université Hassiba de Chlef. Elle compte une série de recherches sur la problématique de gestion des déchets en Algérie. Parmi ses œuvres, figurent «La valorisation par compostage des résidus solides urbains de Chlef», «La méthodologie de caractérisation des RSU de la ville» et «L’évaluation agronomique du compost issu des RSU de Chlef».

Gestion des déchets : La santé publique menacée à Tlemcen

Où vont les déchets toxiques rejetés par les hôpitaux, les cliniques privées, les laboratoires biologiques et les pharmacies ?

Gestion des déchets : Le grand échec !

La gestion des déchets est défaillante. En l’absence du recyclage, les déchets qu’ils soient ménagers, industriels ou hospitaliers sont enfouis ou pire incinérés. Ce qui est une catastrophe sanitaire et environnementale.

Mascara : 168 personnes écrouées pour consommation et trafic de drogue.

Quelques 178 personnes impliquées dans des affaires de commercialisation et de consommation de drogues ont été arrêtées par les policiers, durant les neuf premiers mois de l’année 2014, à travers le territoire de la wilaya de Mascara, a annoncée, jeudi 23 octobre 2014, par le biais d’un communiquée adressée à notre rédaction, la Cellule de communication de la Sûreté de wilaya de Mascara.

Hamadia (Tiaret) : Une liste de 120 bénéficiaires de logements affichée

Aïn Témouchent : Les giratoires «de la mort» ne seront plus qu’un mauvais souvenir

 

Région Kabylie

Tizi Ouzou : Une jeune femme séquestrée libérée grâce au numéro vert 10.55

Une jeune femme, âgée de 29 ans, séquestrée par deux  tenanciers d’un local de vente de boissons alcoolisées à Tigzirt (Tizi Ouzou),  a été libérée grâce au numéro vert 10.55, a indiqué, hier, un communiqué du  commandement de la Gendarmerie nationale.

Chemini (Béjaïa) : 4 communes non raccordées au gaz naturel

Le chef de l’exécutif a  signifié aux contestataires que «les  communes de Chemini seront inscrites dans le cadre du programme quinquennal 2015-2019».

Hôpital de Bouira : Les gynécologues sans logement

L’établissement hospitalier (EPH), Mohamed Boudiaf du chef-lieu de Bouira, n’arrive pas à répondre aux attentes des citoyens. Désormais, le problème de manque de gynécologues ne se pose plus au niveau de cet établissement.

Si Mustapha (Boumerdès) : Le commissariat pris d’assaut par des manifestants

Des dizaines d’habitants en colère ont pris d’assaut, avant-hier, le commissariat de police du chef-lieu de la commune de Si Mustapha, à l’est de Boumerdès.

Lakhdaria : Nécessité d’un réseau d’assainissement

Les habitants du bidonville sis au village Zbarboura (Lakhdaria), au nord-ouest de Bouira, continuent à subir les néfastes conséquences d’un assainissement anarchique.

 

Région Centre

Repère nostalgiques : Le grain de beauté de la capitale

La Grande-Poste est le premier point de repère de la capitale.

Héroïne et chahida de la Révolution mise aux oubliettes.

Pourtant des universitaires américains avaient effectué le déplacement jusqu’à Cherchell pour connaître davantage cette algérienne débordante de courage, qui avait défié la France coloniale et la mort, sans jamais abandonner les principes et les valeurs consignés sur la Charte du 1er novembre 1954 et la plate-forme du Congrès de la Soummam.

Restauration du lycée Ibn Rochd : Des travaux peu satisfaisants

Médéa : Journées d’étude sur les œuvres et la pensée de Mostefa Lacheraf

 

Région Sud

Tamanrasset : Renversement d’une voiture de la délégation du wali à In Guezzam

Une voiture du cortège de la délégation officielle du wali de Tamanrasset s’est renversée, ce lundi 20 octobre, non loin du lieudit Bayrouten relevant de la commune frontalière d’In Guezzam, à 400 km au sud de Tamanrasset.

Ouargla : Des citoyens en colère descendent dans la rue

Une série de sit-in de protestation ont eu lieu ces derniers jours en différents endroits de la wilaya de Ouargla. A Hassi Messaoud, les habitants du quartier Cheikh Bouamama (ex-El Haïcha) se sont déclarés exaspérés d’«être les laissés-pour-compte de la réhabilitation urbaine dans la capitale du pétrole».

Au lendemain de la prise en main du maintien de l’ordre par l’armée à Ghardaïa : La population partagée entre satisfaction et incrédulité

C’est plutôt calme, même si quelques escarmouches sont signalées ici et là.  Il va sans dire que depuis la prise en main des opérations de maintien de l’ordre par l’armée, la situation s’est nettement améliorée ne serait-ce que sur le plan psychologique en ce qu’elle amène comme réconfort à la population fatiguée de tant de saccages et d’affrontements sanglants entre enfants d’un même pays.

 

Contributions

17 Octobre 1961 à Paris : La formidable explosion de l’émigration invisible (3e partie et fin)

Exactions, chocs et violences coloniales : des crimes contre l’humanité. Sur ce volet, les révélations les plus terribles nous parviennent de la déclaration d’un groupe de policiers républicains dont le document est envoyé au président de la République, au ministre de l’Intérieur et aux membres du gouvernement, aux élus députés et sénateurs, à la presse ainsi qu’aux personnalités politiques, syndicales et religieuses. Il est accablant.

17 Octobre 1961 à Paris : La formidable explosion de l’émigration invisible (2e partie)

 

Magazine

Le malaise du secteur de l’habitat prend de l’ampleur : Immobilier, petits trafics entre amis

L’ Algérien pense au logement avant toute dépense, avant de se marier, avant d’avoir un enfant, avant de mourir. Les prix pour la location comme pour la vente ont atteint des seuils record, comparables à ceux pratiqués dans les grandes villes européennes. Que s’est il passé dans cette Algérie, où il y a à peine 40 ans les biens vacants se négociaient sur le marché à quelques milliers de dinars ?

Elle a bouclé ses 116 ans en juillet dernier : Na Messaouda, doyenne de l’humanité

 

Etudiant

La qualité “made in” Mebarki

Améliorer la qualité de l’enseignement, c’est le leitmotiv du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Université de Boumerdès : L’autorité et ses discours en débat

 

Auto

Marc Hirschfeld. Directeur général de Diamal (groupe CFAO) : «La qualité du diesel en Algérie n’évolue pas aussi vite que les normes européennes»

A la tête du groupe Diamal depuis deux ans, Marc Hirschfeld possède dans son actif plusieurs années dans le domaine de l’automobile, près de 25 années pour être plus précis. Il a débuté en France chez le groupe Fiat Auto et le Groupe PSA Citroën, puis à la distribution en tant que directeur de succursale Citroën en région parisienne durant 8 ans, puis après avoir croisé la route du Groupe CFAO où il a été nommé responsable Afrique pour Citroën, Il quitte ces derniers pour prendre la direction générale de CFAO Automotive à l’île de La Réunion, en 2007 où il dirige cette filiale qui distribue 5 marques automobiles : Toyota, Ford, Volvo, Lexus et Citroën au travers de deux sociétés et 350 personnes. Il nous livre , dans cet entretien, sa vision du marché de l’automobile en Algérie et les perspectives des marques qu’il dirige.

Il est l’ athlète le plus populaire aux USA : Une star du NBA ambassadeur de KIA

 

Environnement

Migration : C’est le moment de lever les yeux vers le ciel

Un peu plus de 7 milliards d’oiseaux appartenant à 9990 espèces différentes, dont 1360 menacées d’extinction — 134  sont complètement éteintes — vont sillonner la planète du nord au sud en empruntant des voies immuables qui leur sont propres.

Aïssa Moali. Ornithologue, spécialiste en écologie/environnement : L’outarde a quelques chances d’échapper à l’extermination si la pression du braconnage est jugulée

 

France-actu

Fellag. Comédien, écrivain : «Aucun homme ne peut représenter à lui seul la providence»

Un espoir, des espoirs de Fellag : Des mots sur des maux

 

Histoire

Musée central de l’armée : Mohamed Belkheiria, le martyr oublié

Au Musée central de l’armée, situé à Riadh El Feth, une aile au deuxième étage a été consacrée aux condamnés à mort exécutés dans les prisons de Serkadji (Alger), celle d’Oran et celle de La Casbah à Constantine.

Tipasa : La leçon d’Histoire de Moh Clichy à l’Université.

 

Multimédia

Disques durs et solutions de stockage : Seagate zoome sur le marché algérien

Seagate est installée officiellement en Algérie depuis octobre 2013. Elle compte à moyen terme atteindre 50% des parts de marché.

Course à l'innovation : Samsung présente le casque de réalité virtuelle

 

Portrait

Daksi Allaoua. Ancien membre du réseau Jeanson, ancien président de la FAHB : Constantine et la saga des Daksi

«Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.» (Gandhi)

Abdelhalim Bensmaïa. Humaniste, philosophe, théologien, exégète (1866-1933) : Le penseur émerite et la médersa perdue

 

Santé

Transplantation d’un Cœur artificiel : Le deuxième patient opéré «va bien»

Le deuxième patient opéré d’un cœur artificiel français Carmat «va bien» et a dépassé la durée de survie du premier patient décédé en début d’année, selon le chirurgien qui a effectué l’implantation à l’hôpital de Nantes (Ouest).

Violences familiales : Les crimes sur proches se multiplient

 

Arts et lettres

Gros plan. MIMI T'Mouchenti, l'artiste oublié : Une belle aventure

Tous ceux au fait des débuts du raï moderne connaissent les artistes qui ont gravité autour de celui qui est réputé en être le père.

Fronton : Malaises en fête

 
impact journalism days

 

Vidéo

Confidences de Mechati à El Watan

Confidences de Mechati à El Watan
Chroniques
Point zéro Analyse éco Repères éco
El Watan Magazine

El Watan Etudiant

fabriqalgeria



ICI ET LA-BAS Histoires franco-algériennes

El Watan weekend blog

Indépendance Algérie

 

le dessin du jour
LE HIC MAZ

Entreprise : publiez vos annonce d'emploi Emploitic.com - Publication d'offre  - emploi algerie

El Watan 2014 l'info indépendante présidentielle

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie