A la une Culture
 

Mostaganem

Le Festival du théâtre amateur subit une sévère coupe budgétaire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.06.17 | 12h00 Réagissez

 
	Le commissariat du Festival national du théâtre amateur a été éberlué, en ce début de semaine, à la suite d’une information faisant état d’une revue à la baisse du budget réservé à cette manifestation, soit 70% de moins, apprend-on d’une source fiable.
Le commissariat du Festival national du théâtre amateur a...

En effet, une somme de 5 000 000 DA sera accordée par le ministère de la Culture au plus ancien festival en Afrique, qui, cette année, célèbrera ses 50 ans.

Le budget de la 49e édition, celle de 2016, a été déjà diminué en raison de la crise financière nationale, soit 15 000 000 DA, ce qui a fait de cette édition bâclée un vrai fiasco, avec seulement trois jours de manifestations et une poignée de festivaliers. Pis encore, en début d’année, le commissariat du FNTA avait déclaré n’avoir toujours pas reçu la totalité du montant accordé par le ministère, relatif à la 49e édition.

Une situation de dettes qui pourrait, avec le temps, mener le FNTA vers la faillite. Notons que le Festival national du théâtre amateur a résisté depuis sa création, en 1967, à toutes les épreuves délicates, notamment la décennie noire, où plusieurs festivals ont renoncé au combat pour la promotion de la culture en Algérie. Notre source nous confie également que les organisateurs, atterrés par cette nouvelle, ont affirmé que ce montant ne laisse pas à espérer que cette édition spéciale, - la 50e ! -, soit majestueuse, ils ont même commencé à annuler plusieurs pièces programmées pour le festival.

Depuis novembre 2016 et jusqu’au mois de mai dernier, un comité du commissariat du FNTA, constitué d’hommes de théâtre, Mohamed Adar à leur tête, a sillonné toute l’Algérie afin d’assister aux sélections régionales et augmenter le nombre de troupes théâtrales participant à la 50e édition. Pour rappel, lors de la cérémonie d’ouverture de Mostaganem capitale du théâtre, le 2 avril dernier, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, nous avait déclaré sur ce sujet que la 50e édition sera exceptionnelle, avec la collaboration de l’instance arabe et la participation de quelques troupes arabes et européennes. Une situation inquiétante pour l’événement phare de la wilaya de Mostaganem, un festival qui est le gisement du théâtre algérien. Cependant, cette énième crise prouve encore la nécessité de réformer la politique de ce festival, que les fondateurs espèrent concurrencer avec le Festival d’Avignon.

Salim Skander
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie