A la une Culture
 

Office national des Droits d’Auteur et Droits voisins

Des rétributions versées aux artistes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.08.17 | 12h00 Réagissez

Pour l’exercice 2016, l’Office national des droits d’auteur et  droits voisins compte verser aux artistes des rétributions de l’ordre de 874 212 713,66 DA.

Le directeur général de l’Office national des droits d’auteur et droits voisins, Sami Bencheikh El Hocine, a animé, hier matin au niveau de la salle Magnolia de l’hôtel Sofitel d’Alger, une conférence de presse portant sur les répartitions des droits de l’exercice 2016 au profit des auteurs membres de l’ONDA. Etaient présents à ce point de presse plusieurs artistes de l’ancienne et de la nouvelle génération, à l’image du doyen des dessinateurs algériens, Saïd Zanou, de l’artiste Rabah Driassa, des groupes Freeklane et El Dey, de Amel Zen, Hayet Zerrouk, Mohamed Rouane, ou encore Hakim Salhi.

Avant de revenir en détail sur toutes les données chiffrées concernant les montants répartis par catégorie de droits et de bénéficiaires, le directeur général de l’Office national des droits d’auteur et droits voisins, Samy Bencheikh El Hocine, s’est félicité du travail effectué en étroite collaboration, entre son organisme et certains auteurs et créateurs. Le conférencier rappelle que son département a pour mission, chaque année, de livrer les montants attribués aux droits d’auteur et droits voisins. Les répartitions en question ont démarré depuis déjà deux semaines.

L’orateur précise que la première répartition de redevances concerne les artistes qui ont édité des CD et qui ont été émis à travers des chaînes de télévision publiques (PTV) et de 35 stations de radios locales et régionales. Samy Bencheikh El Hocine précise, en outre, que l’ONDA est en train de poursuivre la collecte des redevances auprès de ces chaînes de télévision privées, avec lesquelles une démarche de sensibilisation a été lancée en 2015.

Il faut souligner que la plupart de ces chaînes se sont conformées à la loi et ont réglé les redevances des droits d’auteur dues aux artistes dont les œuvres sont exploitées par ces même chaînes. D’ici la fin de l’année en cours tous les bénéficiaires recevront leurs droits, c’est du moins ce qu’a laissé entendre le directeur général de l’ONDA. Ainsi, pour l’exercice 2016, l’ONDA a distribué à 4785 auteurs bénéficiaires une somme globale s’élevant à 874 221 713,66 DA, dont 770 599 632 DA destinés aux droits d’auteur vivants.

Concernant l’argent du domaine public, il est de 103 613 080 DA. Le directeur de l’ONDA a éclairé l’assistance en donnant d’autres chiffres importants : les programmes de droits de reproduction CD avoisinent les 372 000 milliards de dinars. L’exécution publique télévison et radios en 2016 est de l’ordre de 208 milliards de dinars au profit des auteurs, toutes disciplines confondues.

Le directeur de l’ONDA indique : «Quand nous avons consulté notre base de données informatiques, nous nous sommes rendu compte que les familles de grandes figures de proue de la culture algérienne recevront d’importantes redevances, dont Amraoui Missoum, Cheikh El Hasnaoui, Abdelkrim Dali, Mahieddine Bachtarzi, El Hachemi Guerrouabi, Cheikh Hachlef, Dahmane El Harrachi, El Hadj M’Hamed El Anka, Abdelkader Lazizi et d’autres encore.

Plus de 12 artistes ont dépassé la barre du milliard de dinars». Aux dires de notre interlocuteur, l’Algérie est désormais le premier pays africain et arabe ayant pu atteindre un degré de transparence appréciable dans la distribution des redevances des auteurs et des droits voisins. «Il y a, dit-il, dans notre pays une véritable dynamique dans la création et dans la protection des œuvres.

Cette relation avec les auteurs est en train de se consolider au fil du temps. L’ONDA œuvre depuis quelques années déjà à l’accompagnement et l’encouragement d’une panoplie d’artistes». Le directeur a préconisé aux jeunes de s’inscrire auprès de l’ONDA pour justement protéger leurs œuvres créatives. Prenant la parole, le chanteur Rabah Driassa a estimé que l’ONDA n’est pas une banque et qu’elle ne faisait nullement l’aumône aux artistes. Mais que l’ONDA se doit de préserver notre patrimoine de la déperdition et du vol.
 

Nacima Chabani
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie