Chroniques Point Zéro
 

Une tête sur un corps ou un corps sous la tête ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.11.17 | 12h00 Réagissez


Pendant que le grand professeur de médecine Ould Abbès travaille sur l'implantation de bulletins de vote directement dans le cerveau des militants FLN, la science mondiale avance dans une autre direction. En effet, on annonce une transplantation de tête pour bientôt, c'est-à-dire la greffe de la tête d'une personne qui a toute sa tête mais un corps malade, sur le corps d'une autre personne qui vient de mourir mais avec un corps en bon état. La technique serait aujourd'hui prête et il ne reste que l'aspect moral de l'opération ; en 2015 déjà, pendant que le ministre Boudiaf tentait de placer son RHB sur le marché, le neurochirurgien italien Canavero prédisait qu'en 2017 la greffe d'une tête serait réalisable.

Nous sommes justement en 2017 et alors que le RHB est commercialisé en Turquie et revenu en Algérie sur le marché noir, le neurochirurgien travaille avec une équipe chinoise et ils ont déjà réussi l'opération sur un singe qui a survécu à la transplantation, prédisant la possibilité d'une greffe de tête humaine pour la fin de cette année. L'actuel ministre de la Santé n'a pas encore réagi à cette avancée spectaculaire, car la question se pose encore sociologiquement pour l'Algérie, s'agit-il d'un problème de corps ou de tête, faut-il coller une nouvelle tête sur le corps ou un nouveau corps sous la tête ? La question n'est pas là pour Canavero, les moyens à mettre en œuvre pour cette greffe vont coûter près de 20 millions d'euros, précisant que le cobaye idéal pour cette expérience serait une personne dotée d’un cerveau en bonne santé mais lié à un corps souffrant de dystrophie musculaire. Comme il reste encore un peu d'argent dans les caisses algériennes et l'élection de 2019 n'est toujours pas réglée, ce serait la bonne solution pour résoudre ces problèmes de morale liés à la monarchie. On n'aurait plus le même candidat, mais la tête de l'un sur le corps de l'autre, plus jeune et si possible celui d'un frère. Pour des raisons de compatibilité afin d'éviter le rejet de la greffe.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie