Chroniques Point Zéro
 

Nous ne lâcherons pas

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 30.10.17 | 12h00 Réagissez


C’est fait. Les Subsahariens ont été expulsés, les opposants refoulés du Salon du livre, les bons diplomates mis à la retraite pour faire de la place à Messahel et les chrétiens, ahmadis, extraterrestres, militants, blogeurs et journalistes indélicats sont tous en prison ou presque. Maintenant que nous sommes enfin entre nous, que faire ? Le M'zab est pacifié, la Kabylie isolée, Alger interdite, Annaba privatisée et In Salah surveillée, il faut organiser des élections communales, bien obligés, pour donner une façade minimaliste à la démocratie. Simple formalité administrative, ils peuvent bien prendre les 1500 APC du pays, elles n’ont pas plus de pouvoir qu’un ramasseur de balles dans un match de football. Ensuite ? Finir la Grande Mosquée chinoise et faire signer la loi de finances par le Bulgare Ouyahia, qui est très heureux de ce nouveau rôle, et continuer à bien vivre tout en faisant payer aux autres notre incompétence économique. Mais après ? Après, il va vraiment falloir réfléchir. Qui pour succéder à l’actuel Président ? L’actuel Président.

S’il ne nous lâche pas, si on peut faire croire qu’il est dans l’alacrité, murmure aux ministres et suit l’actualité sur internet. Ou son frère, si c’est possible, bien que l’opération semble difficile à faire avaler à d’autres que Belloumi et Ould Abbès, qui sont en survêtement toujours prêts. Mais si ce n’est ni l’un ni l’autre, qui alors ? Il y a bien d’autres frères, cousins, enfants du village, garçons des frontières mais difficiles à faire passer, trop peu connus. Alors qui ? Gaïd Salah, El Hamel, Ouyahia, Sellal, Hannachi ? Pourquoi pas Haddad ? Il nous est redevable, il va mettre son argent, il est FLN et pense qu’il a du pouvoir. Non. Alors ? Il y a bien une solution. Repasser par un changement de Constitution non conventionnel et prolonger pour des raisons sécuritaires ou alimentaires le mandat présidentiel de 5 ans. Comme ça on a le temps. Prochaines élections en 2024. Bon. D’ici là, on sera tous au Paradis ou au Panama.
 

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie