Chroniques Point Zéro
 

Messahel au Sahel

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.12.17 | 12h00 Réagissez


Au Sommet d’Abidjan UE-UA, il n’y avait pas de président algérien. Tout juste un Premier ministre aux cheveux gris et à l’humeur joyeuse, qui donne parfois l’apparence d’un touriste ayant à la dernière minute pris la place d’un voyageur qui a raté son vol. Il y avait aussi Messahel, probablement l’un des moins brillants diplomates que l’Algérie a enfantés, errant dans les couloirs de l’international.

C’est entre autres à cause de ce choix hasardeux du personnel politique, qui n’a généralement pour cv que d’être issu du même village, que l’Algérie a perdu pied dans son propre continent, là où d’autres pays comme le Maroc, l’Egypte, le Nigeria ou l’Afrique du Sud prennent la main et déplient leurs stratégies.

Bien dommage pour le plus grand pays du continent, qui possède paradoxalement l’une des classes politiques les plus petites et n’a plus la même vision globale qu’avant, pour l’Afrique ou leur propre pays. Le dernier rapport de la Cour des comptes montre bien que sans hydrocarbures, l’Algérie serait à un niveau économique africain très moyen et, surtout, révèle que des dizaines de biens à l’étranger rattachés au ministère des Affaires étrangères sont à l’abandon, voire cédés à des privés, ce qui en dit long sur son ancrage à l’international.

Pendant que les autres nations africaines s’agitent, se dynamisent, concluent des alliances et se déploient, c’est finalement le nord de l’Afrique qui se fait doubler, là où souvent il n’avait qu’une forme de condescendance envers le reste du continent. Car depuis le départ forcé de Mugabe, les dirigeants africains les plus vieux sont le président tunisien, 90 ans, et le président algérien, 79 ans.

Si l’on ajoute le voisin de l’Ouest où une autocratique monarchie héréditaire et malade gouverne depuis des siècles, c’est finalement le Maghreb qui est à la traîne des mutations politiques dans le continent. Ouyahia est revenu à Alger, où il doit répondre de quelques accusations de fraude électorale. Il aurait dû laisser Messahel au Sahel.

Chawki Amari
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie