Chroniques Point Zéro
 

Même les oignons ont envie de pleurer

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 24.05.17 | 12h00 Réagissez


C’est en fait le nom du virus, wanna cry (envie de pleurer), première attaque informatique massive qui a touché 150 pays, développés, du Tiers-Monde et de l’entre-deux, ce qui à première vue n’est pas un complot de la NSA, de Hamadache ou du Commandant Toufik. Mais si ce virus a touché tout le monde, y compris l’Algérie qui n’est pas vraiment connectée, cette folle envie de pleurer n’est pas liée à l’internet, mais à Chakib Khelil, qui vient d’expliquer innocemment qu’il voudrait bien être Premier ministre, mais sous certaines conditions. De quoi pleurer en effet, car on pourrait poser aussi des conditions pour sa nomination. Qu’il nous explique où sont passés les 200 millions de dollars détournés de son secteur. Qu’il nous dise pourquoi c’est son neveu, Réda Hemche, actuellement en fuite, qui a été placé comme chef de cabinet du PDG de Sonatrach.

Qu’il nous montre comment, lui et sa femme, sont détenteurs de comptes à hauteur d’un million et demi de dollars, alimentés pendant qu’il était ministre, et comment son fils a-t-il pu ouvrir des comptes au Panama, toujours pendant que son père était ministre. Qu’il nous dise dans quel cadre il a rencontré Farid Bedjaoui à Paris. Qu’il nous explique comment le scandale BRC, société sous son contrôle, a été liquidée, et son directeur, qui était son lieutenant, mis en prison pour surfacturation, espionnage pour le compte d’un pays étranger et atteinte à la sécurité de la Nation, pour être ensuite réhabilité et placé à la tête de la Sonatrach. Une fois qu’il aura rempli toutes ces conditions, fait une véritable déclaration de patrimoine et juré sur la tête de sa zaouïa qu’il n’a jamais volé un stylo à gaz, nous, peuple algérien, le nommerons Premier ministre. C’est bien sûr une blague, nous n’avons aucune condition à faire valoir et la véritable condition de Khelil est que le peuple se taise, ne dise rien, avale sa colère et ses doutes, et mange silencieusement sa chorba sans viande pendant un Ramadhan qui risque de durer des années.

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...