Chroniques Point Zéro
 

Les hommes de Taghmanant

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.01.18 | 12h00 Réagissez


C’est en gros ce qui explique la lourdeur et les problèmes de développement, l’Algérie est un pays très centralisé où même pour changer l’ampoule du bureau de la direction des forêts d'In Salah, il faut avoir l’autorisation d’Alger, cité interdite où le régime paranoïaque veille sur tout ce qui bouge, et ne bouge pas.

Pour les premiers, ceux qui bougent, c’est évidemment pour ces raisons que tous ceux qui se sentent injustement lésés veulent manifester à Alger, car il n’y a que là où l’oreille géante de la Matrice est plus ou moins réceptive. Sauf que les manifestations y sont interdites alors qu’elles sont possibles ailleurs mais où elles sont inutiles puisque tout se décide à Alger, ou plutôt à Zéralda, ce qui pour les gens de l’intérieur équivaut à la même chose.

Ce que savait ce petit groupe de Taghmanant, village perdu au sud de l’Aftout près de Chenachène, à 2500 kilomètres d’Alger, mais toujours en Algérie, entre l’erg Iguidi et l’immense erg Chech, coincé près des frontières fermées maliennes et mauritaniennes. Bien décidé à se faire entendre, le groupe a traversé l’effrayant Tanezrouft, le Touat et le Gourara pour arriver sur l’Atlas saharien qu’ils ont franchi, les Hauts Plateaux qu’ils ont dépassés afin de gravir encore la deuxième chaîne de montagnes de l’Atlas tellien et se retrouver près de la mer, mais toujours à 200 kilomètres d’Alger. Ils ont pris la route de la côte et 1 an après leur départ de Taghmanant, ils arrivaient dans la capitale, usés mais bien décidés à s’exprimer.

Sauf qu’à la Grande-Poste, ils se sont fait rapidement embarquer par la police, traîner dans des fourgons et entasser dans des commissariats. Quelques jours plus tard, ils étaient relâchés dans la nature. Ayant réussi à se retrouver, ils sont finalement rentrés chez eux à Taghmanant, après une nouvelle année de voyage. On n’a jamais su ce qu’ils revendiquaient et ce que leur manifestation avortée à Alger avait comme objectif. Peut-être un pays plus petit. Ou des dirigeants
plus grands.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie