Chroniques Point Zéro
 

Les grandes questions du ramadhan : la théorie de la paresse

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.05.17 | 12h00 Réagissez


L’œil bleu pâle mais avec ce reflet gelé que seuls les prédateurs possèdent, il a regardé l’invertébré qui lui faisait face, tremblant comme une pousse de blé tendre sous le blizzard du Canada.

- J’hésite entre te limoger, te faire décapiter, empaler sur la place du ‡er Mai ou te faire écarteler par 4 Clio Symbol.
Le vizir, chargé des bras et du redressement national, a imploré et levé les mains, dans une dernière tentative d’échapper à la colère du Maître :  
- Attendez Seigneur, je sais pourquoi ça ne marche pas.
Le Roi a redressé légèrement sa tête fatiguée et de sa main, a caressé le pneu lisse de sa chaise :


- Explique.
- C’est la population qui refuse de travailler.
- On le sait. Et ?
- Elle n’est pas motivée, car les syndicats sont forts et les patrons ont peur des travailleurs, un licenciement et c’est l’émeute ou au moins une agression physique. Ils ont peur de pousser les gens au travail.
- Et ?

- Il faut défendre les patrons, leur donner des gardes du corps, ainsi ça créera de l’emploi, les chômeurs deviendront gardes du corps.
- Et si les gardes du corps refusent de travailler ?
- J’y ai pensé, Seigneur, on les remplace par d’autres gardes du corps en augmentant leurs salaires, ainsi tout le monde voudra devenir garde du corps et travailler sérieusement.


- Avec quoi les payer ? On n’a plus d’argent.
- On licencie les travailleurs les plus paresseux et on donne l’argent aux gardes du corps, qui défendront les patrons contre ces licenciés.
 Le Seigneur a caressé ses moustaches grises d’un geste très lent. Mais il n’a rien dit.
- Et ma punition, Seigneur ? Je vais mourir ou aller au chômage ?  
Le Seigneur n’a pas répondu, ce qui a été interprété par le vizir comme un bon signe.  Mais au bout d’un long moment de silence, le vizir a commencé à s’inquiéter. Il s’est rapproché du Roi et l’a dévisagé de près. Est-il mort ? Non. Il s’est endormi. Pourtant, il n’est que deux heures de l’après-midi. Mais pour le vizir, c’est une journée de gagnée.                     … A suivre
 

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...